censure

"Pro-ana censorship is ineffective and inefficient" : podcast d'Antonio Casilli sur CBC Radio (Canada, 26 avr. 2012)

Le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil) est l’invité de Jian Ghomeshi pour le magazine culturel Q, sur la chaîne nationale canadienne CBC Radio. Une discussion sur les conséquences négatives de la censure des contenus “pro-anorexiques” dans les médias sociaux.

Pour écouter le podcast : [audio:http://dl.dropbox.com/u/10267886/qpodcast_20120426_81083.mp3 |titles=CBC Radio Canada ‘Q with Jian Ghomeshi’ |artists=Antonio A. Casilli]

In my latest book I dealt with the topic of pro-ana (short for “pro-anorexia”) and pro-mia (“pro-bulimia”) websites, blogs and forums of persons with eating disorders. The most controversial among them have gone as far as to claim that eating disorders are a choice or a lifestyle, rather than conditions. A grant from the French National Research Agency (ANR) allowed me and my colleagues to lauch ANAMIA, a large-scale study on eating disorder-oriented online communities.

Since the early 2000s, fears that these websites may induce unhealthy behaviours (possibly in young and adolescent viewers), have prompted many web services to remove them, while some countries have considered outlawing them. Yet eating-disorder related Web communities continue to proliferate. They have migrated to more hidden platforms, barred entry to outsiders, concealed their true nature, and relocated in foreign countries. In a post published on my Bodyspacesociety blog, I have dubbed this the “toothpaste tube effect“: squeezed from one service, controversial contents re-group elsewhere. Paradoxically, censorship multiplies these websites – if only because of the urge to duplicate contents for backup purposes, in case they have to shut down and move!

Today, these websites are less open and less visible, though still numerous and densely connected with one another. Thus, they can still influence their users, just as before; but it has become harder for health and nutrition campaigns to locate them and reach out to their users.

Our results indicate that Internet censorship is ineffective and inefficient: it has failed to stop “negative” influences, and has made it more difficult for “positive” influences to operate.

Interview d'Antonio Casilli et Paola Tubaro sur réseaux et émeutes de Londres (RSLN, 30 août 2011)

Dans Regards sur le Numérique, le magazine en ligne de Microsoft France, Sandrine Cochard interviewe Paola Tubaro et Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Seuil) sur le rôle des médias sociaux dans les émeutes de Londres. L’occasion pour les deux sociologues de revenir sur leur étude commune sur les effets négatifs de la censure du Web et pour relire de manière nuancé les rôle des technologies de l’information et de la communication dans la vague révolutionnaire qui a secoué l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

RSLN : Très vite, les médias sociaux ont été montrés du doigt…

P. T. : Oui et d’une manière d’autant plus hypocrite que l’utilisation de ces mêmes médias sociaux avait été saluée dans les soulèvements des pays du Moyen-Orient. En optant pour un discours de diabolisation des réseaux, le gouvernement britannique a surtout voulu montrer qu’il reprenait le pouvoir et remettait de l’ordre dans une situation qui avait dégénérée.
A. C. : Le gouvernement britannique s’est acharné, du moins sur le papier, afin de ne pas revivre la même situation que dans les dans les 1980, quand certains médias autonomes (comme les radios pirates) avaient effectivement instrumenté et donné une voix aux émeutiers de Brixton, de Birmingham…
 
RSLN : Les médias sociaux peuvent-ils déclencher une émeute ?
A. C. : On a beaucoup insisté sur le fait que les médias sociaux puissent être des déclencheurs de conflictualité, de radicalisation politique. Or, je crois que nous avons surestimé le rôle de Facebook et Twitter, y compris dans les révolutions arabes, en oubliant les facteurs socio-économiques sous-jacents… Les médias sociaux sont des outils. Dans le cas de Londres, ils ont accompagné une manifestation sociale qui partait de la détresse et du mécontentement général vis-à-vis des coupes budgétaires et du gouvernement Cameron, mais ils n’en ont pas été le déclencheur.
P. T. : L’attention s’est focalisée sur un certain usage de ces réseaux. Or, ils ont également été utilisés par d’autres personnes qui se mobilisaient pour nettoyer les rues par exemple. A côté de la violence civile a éclos une autre réaction, celle d’une civilité citoyenne.
A.C. : Ces deux réactions sont complémentaires : comme dans chaque mouvement il y a une partie constructive et une partie destructive.
(…)
P. T. : Nous avons reçu un très bon accueil de la blogosphère, de l’intérêt de la part des médias. Le gouvernement en revanche n’a pas donné suite…
A. C. : Il faut comprendre qu’il existe en ce moment même au Royaume-Uni une sorte de haine de la sociologie. Avec les émeutes, le maire de Londres, Boris Johnson (conservateur), a eu des propos incendiaires contre les sociologues, les accusant de vouloir justifier les violences sous prétexte de les expliquer.
P. T. : Les autorités britanniques ont une conception anachronique de la sociologie. Ils pensent qu’une explication sociologique reviendrait à dire que ce sont les grandes variables, comme la pauvreté ou l’exclusion, qui expliquent ce qui s’est passé. C’est effectivement ce que faisait souvent la sociologie dans le passé, et qui a montré ses limites aujourd’hui : tous les pauvres ne sont pas des émeutiers ! Or, la sociologie actuelle développe des approches beaucoup plus fines, qui nécessitent de regarder les dynamiques de groupes et les microdéterminants des comportements individuels de beaucoup plus près.