art

Alberto Camerini, prophète du spaghetti cyberpunk

1983. Le magazine Time attribue le prix “personnalité de l’année” à un ordinateur. William Gibson travaille encore le manuscrit de Neuromancien. Steve Jobs regarde dubitatif le prototype du premier Mac. Les hackers du Chaos Computer Club de Berlin préparent l’hold-up électronique de la Hamburger Sparkasse. Donna Haraway se demande qu’est-ce qu’un cyborg.

Le chanteur Italien Alberto Camerini, compose “Computer Capriccio”, chanson qui préfigure les communautés virtuelles, les MMORPG et les médias sociaux.

Voilà un extrait live (en playback, Eighties obligent)

(more…)

"Why is there art rather than nothing?": new book by French art critic Raphael Cuir now out

Between 1999 and 2002, French historian and art critic Raphael Cuir hosted a web-TV show called Memoires Actives on Canalweb. His guests were prominent personalities of European art – curators, philosophers, writers and artists. Each of them was invited to answer this simple yet “monumental” question : “Why is there art rather than nothing?”

The answers are now collected in a volume going by the same title (Pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien?, Paris,  Archibooks + sautereau éditeur, 2009). The book is, of course, in French, as is this short video-interview with the author:

“All in all”, Cuir writes in his introduction to the book, “by rephrasing the famous question, the ultimate metaphysical question, I asked the art world the question that Leibniz, for instance, posed to the world as a whole: ‘why is there anything rather than nothing?’ and Heidegger to existence itself: “Why is there the being instead of nothing?'”

The diverse and stimulating contributions to this book range from claims of the nihilistic nature of art (J. Baudrillard) or of art as a manifestations of the void (C. Millet), to meditations on art as the innermost essence of humankind (G. Lista) which at the same time transcends human existence (T. Todorov) and paradoxically escapes nothingness by creating value out of “almost nothing” (Orlan). Despite the seriousness of Cuir’s enquiry, the book manages to strike – thanks to its aphoristic format – the right balance between readability and depth.

Rencontrez votre "jumeau cardiaque" à Paris

Meet your Heartbeat Twin est un événement ludique et urbain qui inclut une localisation émotionnelle des participants. Le but de «Meet Your Heartbeat Twin» est de rencontrer physiquement un deuxième participant qui a trait pour trait le même rythme cardiaque. Sur leurs terminaux, les participants ne peuvent voir que les positions des joueurs qui ont un rythme cardiaque similaire. La difficulté du jeu est liée au fait qu’en approchant son «jumeau cardiaque», le joueur est en proie à une excitation qui risque précisément d’effacer la position de son jumeau cardiaque.

Il s’agit donc d’un jumelage éphémère dont la précarité problématise en permanence la promesse d’une victoire. Ainsi se dresse une véritable carte physio-géographique des participants qui se modifie en temps réel à travers leurs efforts physiques et leurs états émotionnels.

Dans le cadre de Futur en Seine, le terrain de jeu sera le quartier de la Bastille. Le jeu est lancé toutes les heures pour 10 joueurs. Les joueurs sont équipés et préparés devant le public par l’équipe MYHT durant 10 minutes. La tension monte et le “take-off” se fait à rebours devant les spectateurs. Au signal, les joueurs partent en courant, leurs différentes positions et le développement du jeu peuvent êtres consultés sur écran géant en temps réel.

Les démonstrations auront lieu à la WikiPlaza, place de la Bastille :
samedi 30 mai de midi à 14h et de 17h à 21h
dimanche 31 mai de 18h à 21h
lundi 1er juin de 15h à 18h
mercredi 3 juin de midi à 14h
jeudi 4 juin de 17h à 20h
vendredi 5 juin de midi à 14h
samedi 6 juin de 15h à 18h
dimanche 7 juin de 14h à 17h

MYHT a été développé par la startup Xilabs, un studio de jeux urbains, en collaboration avec l’artiste de nouveau media Wolf Ka.

The International “Futur en Seine” Festival

Futur en Seine (www.futur-en-seine.org) is a new popular Festival of the Digital city, a unique cultural, technological and social event, which will take place from 29th May to 7th June in the city of Paris and Ile de France region. For ten days, across the city and region, you will be able to see, touch and interact with innovative technologies and applications which will be part of daily life in the digital city of the future. The scale and scope of the Festival is breathtaking: 10 full days, 40 venues, some 300 events, 16 major prototypes, 30 conferences, and a digital village….all free of charge!

(more…)

What the Hell am I doing here #2: au Grand Palais

Pendant une heure, je suis resté sagement assis entre le Yann Arthus-Bertrand (absent de la photo parce qu’en retard), Jean-Pierre Doussin (avec qui je discute), Robert Kandel et le journaliste Philippe Petit (lequel a évidemment appris à animer les débats dans une école de dompteurs de lions ;))

Avant le débat au Grand Palais (c) Steve Corcoran

Avant le débat au Grand Palais - Photo by Steve Corcoran

J’ai exprimé mes opinions d’une manière calme et claire. J’ai déclaré mon soutien inconditionnel au Réseau des Pirates pour l’abolition de la loi Hadopi. Je me suis marré parce les écolos me font cet effet-là. A la fin du débat, une nana est venue me dire qu’Internet c’est bien beau mais il faut faire attention à l’environnement parce que “chaque recherche sur Google consomme la même quantité d’énergie que quand on fait chauffer une tasse de thé”. C’est quand même mieux de MSN, où chaque recherche prend l’équivalent du temps de cuisson du gigot d’agneau…

Quand je me souviens que je suis un utopiste : conférence-débat au Grand Palais

J’ai été invité à intervenir dans une conférence-débat dans le cadre du “Cycle Utopie” des Mardis du Grand Palais, organisée par les Presses Universitaires de France. C’est pour mardi prochain, 19 mai 2009, de 18h30 à 20h.

mardigrandpalais

J’aurais bien aimé que l’invitation soit motivée par mes articles et textes de 1999-2002 portant sur ce sujet – mais ils étaient en italien, et publiés dans des revues et des ouvrages assez méconnus (une autre fois, j’en parlerai d’une façon plus détaillée). Du coup je me demande de quoi je vais parler cette fois-ci. Le titre de la soirée est “Vivre ensemble sur terre au XXIème siècle : une utopie ?”. Avec moi, le physicien Robert Kandel, le journaliste Philippe Petit, le photographe Yann Arthus-Bertrand et Jean-Pierre Doussin, vice-président de Max Havelaar France. Je serai donc en bonne compagnie. Enfin, dans la mesure où l’on peut qualifier de “bonne” une compagnie qui inclut parmi ses membres un type comme moi…

C’est justement pour améliorer la qualité de la soirée que je vous invite à y participer. Si cela vous intéresse, vous trouvez ici le dépliant avec les renseignements pratiques. L’entrée est libre mais le nombre de places est limité, donc merci de confirmer impérativement votre présence auprès d’Elisabeth Postel-Vinay : mardis@grandpalais.fr.
Cheers,

—a

Links for Education and Social Media (eng, fr, pt)

A Study on the Effective Use of Social Software by Further and Higher Education in the UK to Support Student Learning and Engagement (by Shailey Minocha, Department of Computing, The Open University, UK)
http://kn.open.ac.uk/public/getfile.cfm?documentfileid=14866

Manifesto sobre as Mídias Locativas (by André Lemos, Federal University of Bahia, Brazil)
http://andrelemos.info/404nOtF0und/404_71.htm

L’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH)
http://www.omnsh.org/

The end of Wikipedia as we know it

“Wiki, c’est fini?” one would ask (if one was a cheesy French singer from the 1960s). More seriously, is the dream of an open access encyclopedia over? According to a recent article published in the Chronicle of Higher Education the wiki model has “run out of steam“. Don’t worry, the article is not a trite invective insisting that Wikipedia is not reliable because the author of the article on Platonism is also the author of the one on Desperate Housewives. The message here is mainly that the participatory knowledge base  model turns out to be a utopian dream (at best). As of today, Wikipedia is mainly just another social network service (with its profiles, friend counts and online grooming rituals) – and not a very performing one, either.

But this is not the worst part. I’m more concerned with Wikipedia losing its liberal street cred and becoming yet another ivory-towering knowledge institution, with its coercing ontologies and its bigbrotheresque rules. If, in the current intellectual debate over scientific authority, we’re actually fighting the academic equivalent of Star Wars, last thing we need here is to discover that the rebel HQ Coruscant has been replaced by the Death Star.  

Wikipedia: the next inevitable step?

Wikipedia's next logo?

(more…)

Hidden track # 3: The World/Inferno Friendship Society linkfest

Take a broken-hearted Jersey-born Brooklynite, a bearded saxophonist, an accordionist, a rude chick playing bass guitar, The Dresden Dolls former drummer, a bunch of other wierdos and put them on stage. Bring in an audience of emo-prone kids dressed in their best clothes and ready to mosh and slam and sweat and swear. Make them play a mix of punk rock, Weimar cabaret, pop, kletzmer, and whatever else you can come up with. Shake energically. There you are: Ladies and Gentlemen, the WORLD/INFERNO FRIENDSHIP SOCIETY!!!

world_inferno

* The World / Inferno Friendship Society – Zen and the art of breaking everything
* The World / Inferno Friendship Society – Paul Robeson
* The World / Inferno Friendship Society – Fiend in Wien

* The World / Inferno Friendship Society – My ancestral Homeland, New Jersey
* The World / Inferno Friendship Society – Just the best party

Via Deezer.