sociologie

[Radio] Les nouveaux ouvriers : #digitallabor à la Grande Table (France Culture, 10 nov. 2015)

J’ai eu le plaisir, pour parler de notre ouvrage sur le digital Labor et “les nouveaux ouvriers”, de retrouver Caroline Broué et l’équipe de La Grande Table, le magazine culturel de radio France Culture où j’avais été chroniqueur régulier. Avec moi, un discutant d’exception : Michel Lallement, sociologue du travail au CNAM et auteur de L’Âge du faire. Hacking, Travail, Anarchie (Seuil, 2015).

>> Ecoutez le podcast.

Le Digital Labor ou les nouveaux ouvriers

Alors que Manuel Valls lance un chantier de réécriture du Code du Travail, qu’Emmanuel Macron présente les grandes lignes du projet Noé, sur les nouvelles opportunités économiques ouvertes par le numérique, on pourrait penser que le Digital Labor est un concept tendant à montrer qu’internet a changé notre façon de travailler. En fait, il en va tout autrement sous la plume d’Antonio Casilli qui décrit l’émergence de nouvelles formes “implicites” de travail : comment le travail s ‘est-il “glissé dans tous les interstices de notre activité”?

 

Tripadvisor, Uber, Facebook, Amazon… : il semble que toutes ces plateformes “participatives” brouillent les frontières entre le travail et les activités personnelles. Comment, dans ce contexte d’essor du numérique, définir ce qui est de l’ordre du travail? Il semble que le fait de produire de la valeur ne suffise plus, mais comment alors éviter une forme d’aliénation par l’assimilation du temps de travail et du temps de vie? Internet ne serait-il plus un outil d’émancipation? Quelle luttes sociales peut-on mener autour du numérique? Y a-t-il une classe de “prolétaires du clic”?

 

Antonio Casilli : “On voit émerger un travail qui ne dit pas son nom, qui n’est pas reconnu comme un travail.”

“Il y a une superposition entre le rôle de consommateur et le rôle de producteur.

Michel Lallement : “Ce qui est travail c’est ce qui contribue à produire de la valeur. Comment comprendre le chainage entre le fait de cliquer sur facebook, et l’énorme production de valeur qui en découle?”

 

[Podcast] Antonio Casilli sur France Culture : Profil public / Profil privé (27 nov. 2013)

Le sociologue Antonio Casilli était l’invité de Marie Richeux pour l’émission Pas la peine de crier (France Culture).

“Public” (3/5): Profil public / Profil privé

Troisième moment de cette semaine entièrement consacrée à lidée de “public” sous toutes ses formes. Avec Antonio Casilli, nous réfléchissons aujourd’hui à la publicité du privé, et à l’usage qui en est fait sur quelques réseaux sociaux. 

 

Antonio Casilli © rf

Aujourd’hui, appliquons-nous à marcher sur la frontière public/privé dont les enjeux se modifient, se déplacent et se redistribuent à l’intérieur des réseaux sociaux numériques, ou par l’usage de plus en plus répandu de ceux-ci. Si l’on considère que les relations numériques ne remplacent pas les autres relations, qu’elles s’ajoutent à elles pour constituer le réel, on peut cependant les analyser en cherchant à comprendre leur spécificité. L’apparition d’ordinateurs personnels, de petite taille, fait entrer la technologie dans l’espace privé du logement, de la chambre. Qu’injectons-nous dans l’ordinateur et dans ses dérivés de ce que nous pouvons appeler « vie privée », terme qui est évidemment à discuter… Dans la mesure où une information échangée sur le web peut avoir une valeur tour à tour confidentielle et collective, et que cette qualification est un curseur que l’utilisateur ne maîtrise pas toujours, qu’est-ce qui se joue exactement pour les individus et les communautés qu’ils composent ?
Antonio A. Casilli est maître de conférences en Digital Humanities à Telecom ParisTech et chercheur en sociologie au Centre Edgar-Morin (EHESS, Paris). Il est l’auteur notamment de Les liaisons numériques (Ed. du Seuil, 2010).

 

[Podcast] A La Grande Table (France Culture, 28 mai 2013)

Podcast de l’émission La Grande Table, le magazine culturel du midi sur France Culture. Pour parler de l’Angleterre d’aujourd’hui au prisme du dernier livre de Martin Amis Lionel Asbo, Caroline Broué accueille Sylvie Laurent, Marc Weitzmann et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

» Portrait de l’Angleterre contemporaine – Idées – France Culture – 28 minutes.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

Antonio Casilli : « Ce qui est intriguant, c’est qu’il y a dans ce livre une tentative de reformulation sociale de cette catégorie des Asbo […] Ces comportements finissent par former un groupe social, et ce groupe social est diabolisé par Martin Amis. Cela s’inscrit dans le sillage d’une tradition littéraire anglaise, celle de la méconnaissance des aspects positifs de ce monde des classes populaires. […] En fait, on tombe très vite dans une question qui à mon avis est centrale : le fait que la culture anglaise a été un berceau de « subcultures » – une spécificité de groupes sociaux qui développent leur propre culture, laquelle culture se traduit par un style vestimentaire ou l’emploi d’un certain jargon. […] Martin Amis fait un travail de gommage et de diabolisation de tout aspect qui pourrait être caractéristique d’une culture des classes populaires anglaises. »

 

De la contagion médicale à la viralité informatique. Podcast d'Antonio Casilli (France Culture, La Grande Table, 20 janv 2012)

Podcast de La Grande Table, le magazine culturel de la mi-journée sur France Culture, consacré à la notion de contagion. Pour en parler avec Caroline Broué autour du numéro 21 de la revue de sciences humaine Tracés, les philosophes Michael Foessel et Mathieu Potte-Bonneville et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil). Ecouter le podcast.

A lire aussi, Virus, viralité, viscéralité ? (intervention d’Antonio Casilli à l’EHESS, 9 décembre 2010) et A History of Virulence (article d’Antonio Casilli publié dans la revue Body and Society, vol. 16, n. 4, 2010).

La « contagion » est un terme médical que les sciences humaines récupèrent progressivement. Que l’on parle de « contagion de la crise économique » ou de « contagion démocratique », la métaphore est riche en connotations et symboliques. En revenant sur l’épaisseur historique de la notion, l’utilisation de la métaphore dit quelque chose du présent et du rapport à l’autre. Elle nous parle surtout de la dimension interindividuelle et communicationnelle de la contagion. Ce qui nous permet de reconnaître, avec les auteurs de ce numéro de la revue Tracés que nous habitons un monde d’épidémies autant réelles qu’informatiques. Et que ces dernières, dans un jeu idéologique très ambivalent et paradoxal, prennent une connotation positive : sur Internet, la viralité devient synonyme de circulation incontrôlée de l’information, de transparence, de liberté.

La sociologie des objets de Stéphane Massa-Bidal ('Les liaisons artistiques')

Chaque nouvel épisode de la rubrique ‘Les liaisons artistiques’ propose des œuvres liée à ou inspirées par le livre d’Antonio Casilli Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Seuil, 2010). Aujourd’hui nous accueillons Stéphane Massa-Bidal (mieux connu sous les pseudonymes Rétrofuturs ou Hulk4598) . Dans sa Sociology of objects le graphisme se fait outil de critique de notre quotidien technologique.

Mon admiration pour le travail de Stéphane Massa-Bidal naît avec la découverte de sa  manière de se plonger dans le passé des technologies, des utopies et des cauchemars qui les accompagnent. Une esthétique quelque peu steampunk au service d’un talent pour l’étrange et l’inquiétant. Mais aussi un sens authentique de la nostalgie. Nostalgie non pas pour les artefacts électroniques, mais pour les relations humaines qu’ils aident à façonner. La mise en images des milieux techno-géographiques humains de Gilbert Simondon ? L’Actor Network Theory de Bruno Latour? Emprunter ses images, comme cahier icono idéal pour le chapitre “Le colosse et l’abricot” de Les liaisons numériques devient presque un geste spontané. —a

Les images


Bio

Sémioticien de formation et designer graphique autodidacte, Stéphane Massa-Bidal a créé autour de son travail sur l’iconographie du présent le concept artistique de Rétrofuturs. Images d’archives, collages, typographie, expriment les liens entre le “online” et le “In Real Life”. Présent dans les médias internationaux, il a été publié dans de nombreuses publications et sites Web de référence (Fluxus Magazine, Trax, decapage, Tamtam, Les Inrocks, Jailbreak, Boing Boing). Plus de 900 images sont accessibles sur Flickr et sur son site Web http://www.retrofuturs.com/.

Antonio Casilli au débat "Les villes numériques" (La Novela Toulouse Numérique, 5 oct 2010)

Le sociologue Antonio A. Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Seuil, 2010), interviendra dans le cadre du grand débat Les villes numériques, Centre de Congrès Pierre Baudis, Salle de conférence,  11 Esplanade Compans Caffarelli 31000 Toulouse. Sa conférence, portant sur “Les imaginaires des villes numériques”, aura lieu le mardi 5 octobre, à 14h.

Le débat s’inscrit dans le cadre de la manifestation La Novela – Toulouse Numérique, festival des savoirs partagés (1 au 17 octobre 2010).

Le grand débat de la Novela 2010 sur l’évolution politique, culturelle et sociale des villes numériques est l’occasion d’éclairer l’impact des technologies d’information et de communication sur les politiques publiques de développement territorial urbain. Il se décline en quatre thématiques et propose des échanges entre personnes issues de différentes sphères De 10h à 10h30 : Introduction De 10h30 à 11H30 : Session 1 « Les politiques publiques à l’heure d’Internet » De 11h30 à 12h30 : Session 2, « Les modes de vie dans la ville numérique, vers une urbanité numérique ? » De 14h à 15h : Session 3, « Imaginaires des villes numériques » De 15h à 16h30 : Session 4, « Démocratie de proximité, démocratie en ligne : expériences, expérimentations pour renouer le dialogue entre élus et citoyens » A 16h30 : Conclusion.

Le Grand Débat “Les Villes Numériques” – Toulouse Numérique

Le Grand Débat “Les Villes Numériques” :: Toulouse Numérique

Présentations, actualités, contact presse : comment se servir de ce site

Le site web http://liaisonsnumeriques.fr est un outil d’approfondissement des thématiques des sociabilités et des cultures en ligne, qui font l’objet de l’ouvrage Les liaisons numériques (Ed. du Seuil, 2010) du sociologue Antonio Casilli, maître de conférences à ParisTech et chercheur à l’EHESS, Paris.

Pour les lecteurs, c’est l’occasion de rencontrer l’auteur au cours de ses conférences et de ses présentations. Ou de suivre ses interventions à la radio, en vidéo, dans la presse, ou sur le Web.

Pour les plus curieux, c’est aussi la possibilité de porter un regard original sur les sujets du livre à travers la rubrique Les liaisons artistiques dans laquelle des “amis du livre” développent des oeuvres à partir de ses chapitres.


Les liaisons artistiques (Performance M. Vaglieri)

Les étudiants, les enseignants et les chercheurs peuvent télécharger des présentations powerpoint des chapitres, découvrir les autres publications d’Antonio Casilli, ou s’inscrire en auditeurs libres à son séminaire EHESS.


Présentations powerpoint des chapitres de Les liaisons numériques

Pour les journalistes et pour toute personne intéressée à faire connaître le livre en écrivant une critique ou une présentation, l’Espace presse met à disposition un dossier  contentant des renseignements pratiques, des résumés et des images libres de droits. Vous pouvez aussi joindre le Service Presse des éditions du Seuil sur la page Contact.

'Les liaisons numériques' est le choix des bibliothécaires français

Les liaisons numériques, le dernier ouvrage du sociologue Antonio Casilli (EHESS, Paris) a officiellement intégré la sélection de Le choix des bibliothécaires, le site web des professionnels du livre créé par Jean Morzadec.

Le choix des bibliothécaires est un site de recommandations qui permet de découvrir et de partager les coups de cœur des bibliothécaires.  Dans ses podcasts, les écrivains racontent leurs livres, les éditeurs présentent leurs productions, des comédiens professionnels proposent des courtes lectures.  En binôme avec Le choix des libraires, cette initiative a deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des bibliothécaires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les bibliothécaires.