Monthly Archives: October 2017

Le programme du séminaire #ecnEHESS “Étudier les cultures du numérique” 2017/18 est arrivé

Pour la dixième année consécutive, notre séminaire EHESS Etudier les cultures du numérique revient ! Et le programme est extrêmement riche, avec plein d’intelligence artificielle, d’études post-coloniales, de genre et sexualité, d’algorithmes et d’économie de la connaissance. Des chercheurs internationaux, des sujets de pointe, et un format long pour vous permettre d’avoir un véritable échange avec les intervenants.

Vous connaissez le principe : le séminaire est ouvert aux auditeurs libres. Il suffit de s’inscrire (pour toute l’année ou seulement pour une ou deux séances) en remplissant le formulaire de contact. Si vous êtes un étudiant et vous souhaitez valider cet enseignement, merci de me contacter par e-mail.

Le séminaire a lieu le deuxième lundi du mois de 17 h à 20 h, en salle M. & D. Lombard, EHESS, 96 bd Raspail 75006 Paris (NB: séance exceptionnelle le 4 décembre 2017). Voilà le calendrier complet:

 
13 novembre 2017 – Antonio Casilli (ParisTech/EHESS)

Des intelligences pas si artificielles : plateformes, digital labor et la ‘tentation d’automatiser’

04 décembre 2017 – Bernie Hogan (Oxford Internet Institute)
Control, Privacy, Generativity: Big Data after the Ideology of Machine Learning
08 janvier 2018 – Olivier Ertzscheid (Université de Nantes – IUT La Roche-sur-Yon)

L’appétit des géants : les plateformes sont-elles des gouvernements comme les autres ?

12 février 2018 – Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie)

Singularité : les mythes transhumanistes à l’épreuve de la recherche sur l’intelligence artificielle

12 mars 2018 Yves Citton (Université Paris 8)

Penser les médias numériques : ouvrir les boîtes noires pour surprendre la médiarchie

09 avril 2018 Payal Arora (Erasmus University Rotterdam), Edgar C. Mbanza (EHESS) Mobilizing the ludic underclass in the digital age
14 mai 2018 – Marie Bergström (INED)

Au bonheur des (plateformes de) rencontres : entre couples et hétérosexualité non conjugale

11 juin 2018 – Juan Carlos De Martin (Nexa – Politecnico di Torino)

The historical mission of the university in the wake of the digital revolution


 

 

‪Pourquoi rémunérer les usagers des plateformes numériques est une mauvaise idée (blockchain edition)‬

Après cet article de Wired au sujet de Steemit, certains avaient salué une avancée dans la direction de la rémunération du digital labor.
Vous connaissez peut-être ma position : les micro-paiements des usagers ne sont pas une solution aux tensions socio-économiques que le travail des plateformes attise. Au contraire, ils sont part du problème, dans le mesure où ils contribuent à la prolétarisation des usagers – et atomisent davantage un acte de production de valeur qui, sur les plateformes plus qu’ailleurs, est un acte éminemment social.

Ceci dit, Steemit représente une excellente démonstration de pourquoi micro-rémunérér les usagers est une mauvaise idée.

Steemit est une plateforme sociale (un Reddit-like) qui paie ses usagers en monnaie cryptée (appelée “Steem”) pour chaque post ou partage. Rien d’original jusque là. TSU avait déjà tenté cette expérience et plusieurs applications (comme par ex. Bitwalking) proposent des rémunérations en bitcoin pour le simple fait d’utiliser leur service. Sur Steem, les posts les plus partagés remontent dans le classement. Surtout, ils affichent le montant gagné par leur auteur. L'”engagement”, aussi, est recompensé : les usagers peuvent gagner des Steems en likant ou en partageant des contenus.

Sympa, non ? A un détail près : des Steems sont créés chaque jour. Dont il s’avère que le Steem est une *monnaie fondante* (c-à-d, qui se déprécie chaque jour). Ce qui crée des incitations économiques pour les usagers à l’investir en obligations (appelées “Steem Power”, qui l’immobilisent pendant 2 ans) ou à la garder sur la plateforme (sous forme de “Steem Dollars” qui peuvent être donnés à d’autres membres par ex).

Si elle reste sur la plateforme, la monnaie donne des dividendes (ou “salaires”?) plus importants quand vous postez ou likez un contenu :

“by holding Steem Power you are given some of the Steem that are created each second as more Steem Power.

90% of the new Steem goes to anyone holding Steem Power.
10% of the new Steem goes to anyone voting on a post or contributing.

When you vote for a post, the more Steem Power you have, the more you are rewarded by the creation of new steem.

For example, if you see a post with an estimate of $1000:

$500 is being paid to the curators
$250 is being paid to the author
$250 is being paid to the parent/grandparent post if there is one, otherwise it goes to the author” (Source)

Aujourd’hui, Steemit fait état de 350k usagers, dont 50k actifs. Ces derniers auraient “gagné” l’équivalent de $30 millions de Steem sur 18 mois. Ce qui peut paraître impressionnant, mais en fait c’est $33/mois en moyenne. Btw, $33 que vous ne pouvez pas échanger (ils sont thésaurisés sur la plateforme sous forme de “Steem Dollars” ou de “Steem Power”).

Bref on peut être d’accord avec les concepteurs de Steemit, quand, dans leurs FAQ, ils admettent candidement: “At its root, Steem is simply a points system”. Oui, des points. Qui ne sont pas conçus pour rémunérer le digital labor des usagers, mais bien pour attirer des investisseurs/annonceurs, qui, pour se faire de la pub ou développer des services sur la plateforme, doivent acquérir des Steems (avec les effets d’inflation et
de “bad money drives out good” que l’on connait).

Je souligne un élément important : les investisseurs/annonceurs pourront payer en Steem pour avoir leur contenu mis en avant. Cela sent la Facebook Fraud et la ferme à clic non ? C’est le CEO Ned Scott qui l’explique dans cette vidéo (vers 6’30″) : “Steemit fait ouvertement ce que FB fait en coulisses” :

Moralité : quand vous voyez la valeur en $ affichée sous chaque post de Steemit, ce montant ne vaut pas plus que le nombre de likes sur FB. Puis-je payer mon loyer avec mes likes sur FB? Non. Voilà. Sur Steemit, non plus. De surcroit, la plateforme a un intérêt déclaré à créer de la “fausse viralité” des contenus, en créant une économie parallèle faite de transactions pour fausser les score de réputation et d’engagement. Les likes sur FB sont-ils tous “organiques”? Non. Voilà. Sur Steemit, non plus.

De quoi une plateforme (numérique) est-elle le nom ?

Est-ce que le mot “plateforme” est adapté pour décrire ce qui se passe dans l’économie numérique des dernières années ?

Point de départ : les travaux de Tarleton Gillespie, qui s’est penché (avant et mieux que d’autres) sur l’utilisation de la notion de plateforme pour qualifier les services contemporains d’appariement algorithmique d’informations, relations, biens et services.

Sa théorie peut être ainsi résumée : le mot plateforme est avant tout une métaphore qui désigne une structure technique, voire une “architecture” (c’est par ailleurs de ce dernier domaine que l’emprunt linguistique s’est fait). Le choix de ce terme pour désigner une entité technologique relève d’une volonté de concepteurs, innovateurs et investisseurs de se présenter comme des simples intermédiaires, et non pas comme des moteurs d’interaction sociale et de décision stratégique dans le domaine économique. La plateforme n’est qu’une charpente, sur laquelle d’autres (usagers, entreprises, institutions) construisent. (← c’est toujours Gillespie qui résume les arguments des proprios des plateformes, hein…).

Dans un texte de 2017, il met en avant trois raisons pour lesquelles cette notion se prête à des instrumentalisations particulièrement lourdes de conséquences d’un point de vue politique.

1) La prétendue horizontalité des plateformes numériques dissimule des structures hiérarchiques et les liens de subordination qui persistent malgré la rhétorique des “flat organizations” ;
2) L’insistance sur une structure abstraite cache la pluralité d’acteurs et la diversité/conflictualité des intérêts des différentes communautés d’utilisateurs. La responsabilité sociale des plateformes, leur “empreinte” sur les sociétés semble ainsi être effacée ;
3) (point #digitallabor) en se présentant comme des mécanismes *précis* et *autonomes*, les plateformes servent à occulter la quantité de travail nécessaire à leur fonctionnement et à leur entretien.

De manière presque paradoxale, la réquisitoire de Gillespie contre le mot plateforme représente un plaidoyer pour le maintien du terme—pourvu qu’on s’entende sur sa signification et sa généalogie. Publié en 2010, un autre de ses textes esquissait une étymologie du terme.

Plateforme comme :
1) fondations d’un bâtiment
2) structure sur-élevée d’une fortification militaire
3) podium où un orateur prononce un discours
4) par métonymie, le discours même–ou son agenda politique
5) Gillespie mentionne aussi une autre valence, de nature religieuse et politique, du terme plateforme. Aux Etat-Unis, cette dernière s’est déployée entre 1648, année de rédaction de la “Cambridge Platform” des premiers groupes de colons britanniques, et la moitié du XIXe siècle, époque à laquelle sont attestées les premières utilisations du mot au sens de programme politique d’un parti étasunien.

A mon avis, cette deuxième généalogie a davantage de poids : une plateforme est une entité politique, et non pas une simple métaphore–elle illustre les dimensions collectives et la nature consensuelle des négociations qui ont lieu dans son périmètre. Pour saisir cet aspect il faut regarder l’histoire européenne, où s’est opéré ce transfert du mot plateforme du contexte des arts appliqués à celui de l’idéologie religieuse et politique.

Le terme anglais “platform” (si nous laissons pour l’instant de côté ses origines latines) est une importation directe du français du moyen âge (“platte fourme”). Certes, le Online Etymology Dictionary atteste de cette utilisation à partir du XVIe siècle (“1540s, ‘plan of action, scheme, design'” [sources non précisées]). D’autres usages sont attestés. Par ex., dans la traduction anglaise de 1582 du De Proprietatibus Rerum de Bartholomaeus Anglicus (1240), “platform” est un terme géologique qui indique la Terre en tant que “soutien” des créatures – ou le monde comme modèle idéal de la création (“archetypus” dans l’original latin).

Quelques décennies plus tard, Sir Francis Bacon écrit son An Advertisement Touching a Holy War (1622), où il emploie le terme pour indiquer un repère pour développer son “mélange des considérations civiles et religieuses” (“mix’d of Religious and Civil considerations”). Le glissement sémantique vient de commencer. C’est à l’occasion de la Grande Rébellion anglaise de 1642-1660 que “platform” s’impose comme une conception politique et religieuse très particulière et comme un outil concret, dont l’usage n’est pas exclusivement métaphorique.

C’est là que la transition de simple métaphore à notion de théologie religieuse à part entière s’achève. Bien évidemment, il y a la Cambridge Platform de 1648 (document des églises congrégationalistes puritaines du New England cité supra 👆 ). Un autre document de ce type est la Savoy Declaration (1658) qui propose “a platform of Discipline” : articles de foi et règles de gouvernance des congrégations. Ces règles régissent les questions religieuses et imposent des pratiques (“Models & Platforms of [a given] subject”).

Mais le premier usage éminemment politique du terme pour signifier une vision de la société et le rôle des êtres humains vis-à-vis des autorités et d’eux-mêmes, est principalement développé par Gerrard Winstanley, le fondateur du mouvement des Bêcheux (les “Diggers”). Nous sommes en 1652, sous le protectorat d’Oliver Cromwell. Gerrard Winstanley écrit un texte fondateur de son mouvement proto-communiste : l’essai The Law of Freedom in a Platform [Bien évidemment “proto-communiste” comme on pouvait l’être en ce siècle : des appels à l’autorité divine et de la spiritualité à fond la caisse… En même temps, c’est là que le terme “platform” s’affranchit de son origine religieuse.]

Le texte de Winstanley pose quelques principes de base d’un programme politique (la plateforme proprement dite) adapté à une société d’individus libres :
– mise en commun des ressources productives,
– abolition de la propriété privée,
– abolition du travail salarié.

Le terme désigne désormais un pacte (“covenant”) entre une pluralité d’acteurs politiques qui négocient de manière collective l’accès à un ensemble de ressources et de prérogatives communes.

Cette nouvelle signification n’échappe pas à un commentateur contemporain, sir Winston Churchill (pas celui du “sang et des larmes” de 1940, mais celui qui publia en 1660 le Divi Britannici: Being a Remark Upon the Lives of all the Kings of this Isle). Il écrit, à propos de Charles II, que les révolutionnaires qui les mirent à mort étaient comme animés par l’intention de “erect a new Model of Polity by Commons only”). Pour ce faire, ils “set up a new Platform, that they call’d The Agreement of The People” (p. 356). La convention entre entités religieuses était désormais devenue un accord entre entités politiques.

Via les écrits Winstanley ou de Churchill, il est possible d’identifier une généalogie alternative à celle proposée par Gillespie—une généalogie plus précisément politique, ainsi qu’un autre usage du terme, qui cesse d’être une simple métaphore pour devenir un levier d’action. Au vu de ceci, la reprise capitaliste (par les plateformes numériques privées) et régalienne (par l’Etat-plateforme) de cette notion au début du XXIe siècle, est moins une imitation métaphorique qu’une récupération et un détournement de ces principes.

Les principes détournés :
1) la mise en commun (la “polity by Commons” de Churchill) se transforme en “partage” sur les plateformes de la soi-disant sharing economy ;
Les principes détournés :
2) l’abolition du travail salarié (la critique de Winstanley de la servitude par le “work in hard drudgery for day wages”) se transforme en précarisation de l’emploi et en glorification du “freelance” dans les plateformes d’intermédiation du travail ;
3) l’abolition de la propriété privée (le communisme agraire des diggers) se transforme en “ouverture” de certaines ressources productives (telles les données) dans les programmes de l’Etat-plateforme.

Bref, l’expression plateforme n’est pas une simple métaphore, mais une dégradation/évolution d’un concept du XVIIe siècle. En tant que telle, elle reste porteuse d’implications et prescriptions politiques implicites qu’il serait nuisible d’égarer—si on abandonnait la notion.