admin

Why Facebook users’ “strikes” don’t work (and how can we fix them)?

Another day, another call for a Facebook “users’ strike”. This one would allegedly run from May 25 to June 1, 2018. It seems to be a one-man stunt, though (“As a collective, I propose we log out of our Facebook…”). Also, it claims to be “the first ever” strike of this kind.

Yet, since the Cambridge Analytica scandal, new calls for strikes have been popping up every few days. As far as I know, the first one dates back to March 21 (although the actual strike is scheduled on May 18, 2018). The organizer is a seasoned Boston Globe journo, who likely just discovered what digital labor is and is SO excited to tell you:

“I like the idea of a strike, because we users are the company’s real labor force. We crank out the millions of posts and photos and likes and links that keep people coming back for more.”

On April 9, 2018 an an obscure Sicilian newspaper called a strike action (which, in Italian, sounds like “sciopero degli utenti di Facebook”). It actually turned out to be an article about the “Faceblock” which did take place on April 11, 2018. It was a 24-hour boycott against Instagram, FB and WhatsApp organized by someone who describe themselves as “a couple of friends with roots in Belgium, Denmark, Ireland, Italy, Malta, Mexico, the UK and the US” (a tad confusing, if you ask me).

Of course, May 1st was a perfect time to call for other Facebook strikes. This one, for instance, is organized by a pseudonymous “Odd Bert”, who also mentions a fictional Internet User Union (which seems to be banned by Facebook). This other one looked a bit like some kind of e-commerce/email scam, but produced three sets of grievances.

“On May 1st, 2018, Facebook users are going on strike unless the company agrees to the following terms:

A. Full Transparency for American and British Voters

  1. Facebook shares the exact date it discovered Russian operatives had purchased ads.
  2. Facebook shares the exact dollar amount Russian operatives spent on political ads.
  3. Facebook shares the 3,000+ ads that Russian operatives ran during 2016.
  4. Facebook reveals how many users saw the fake news stories highlighted by BuzzFeed.
  5. Facebook lets an independent organization audit all political ads run during 2016.
  6. Facebook gives investigators all “Custom Lists” used for targeting 2016 political ads.
  7. Facebook stops running paid political ads until January 1st, 2019.
  8. Mark Zuckerberg (CEO) and Sheryl Sandberg (COO) testify before Congress in an open-door (televised) session.
  9. Mark Zuckerberg and Sheryl Sandberg testify before the UK parliament.

B. Full Transparency and Increased Privacy for Facebook Users

  1. Facebook explains to users exactly what personal data is being used for advertising.
  2. Facebook asks users for itemized consent to use photos, messages, etc. for advertising.
  3. Facebook gives users the ability to see a “history” of all the ads they have viewed.
  4. Facebook lets an independent organization investigate all data breaches since 2007.
  5. Facebook agrees to be audited monthly to make sure it is complying with local laws.
  6. Facebook allows users to easily delete their “history” on the platform.

C. Better Safety for Children on Facebook

  1. Facebook increases the minimum age for Facebook users from 13 to 16.
  2. Facebook shuts down the Messenger Kids product.”

Users’ strikes are hardly new. In 2009, the Spanish social media Tuenti was concerned by a huelga de los usuarios against their terms of service. In 2015, Reddit users disrupted the platform when they revolted en masse in solidarity with a wrongly terminated employee. On Facebook, users’ collective action is inherent to the life of the platform, whose history is replete with examples of petitions, lawsuits, and class actions. After the introduction of Beacon in 2007, a 50,000-strong petition led to its discontinuation. In 2010 several users’ groups organized and lobbied US senators and the Federal Trade Commission (FTC) to oppose the introduction of the ‘like’ button social plugin on external websites. In 2011, the association Europe versus Facebook filed numerous complaints with the Irish Data Protection Commissioner (DPC) and a class action which is presently discussed by the Court of Justice of the European Union. In 2016, the real-life protests and general mobilization against the introduction of Free Basics in India led to its successful ban by the telecommunication authority TRAI, over net neutrality and privacy concerns.

As my co-authors and I argued in our 2014 book Against the Hypothesis of the ‘End of Privacy’, the adoption of pervasive data collection practices by social platforms has been highly contentious, with frequent and cyclical privacy incidents followed by strong mass reactions. What these reactions have in common is that they are strategic, organized, collectives actions that rely on existing communities. Which could provide essential clues as to why the 2018 Facebook strikes are so ineffective. Their do not seem to be organized by active members of existing communities and they certainly do not engage with elected officials or institutional bodies. They are launched by journalists, startup bros, anonymous users trying to get noticed. These persons’ idea of grassroots is a naive one: one heroic individual (or a nonexistent “union”) sparks a revolt, hence the masses follow.

Importantly, they seem to put excessive faith in strikes seen as their only available tactic. A recent article published by a group of Stanford and Microsoft computer scientists captures this romanticized vision of “powerful” industrial actions where users stand hand in hand and nobody crosses the picket line:

“Data laborers could organize a “data labor union” that would collectively bargain with siren servers. While no individual user has much bargaining power, a union that filters platform access to user data could credibly call a powerful strike. Such a union could be an access gateway, making a strike easy to enforce and on a social network, where users would be pressured by friends not to break a strike, this might be particularly effective.”

Nevertheless, as past experiences on social platforms have taught us, successful actions adopt a specific repertoire of contention dominated not by strikes (which are usually costly and difficult to coordinate) but by lobbying and litigation. If we expect Facebook users grievances to be heard, a comprehensive and wide-ranging strategy is necessary to boost their rights. Community, organization, and the selection of effective tools are the three pillars of collective action.

Ailleurs dans les médias (mars 2018-août 2018)

» (19 août 2018) Quand l’entreprise dit : déconnectez !, Le Dauphiné

» (17 août 2018) Le pari du Privacy paradox : être vu et rester caché, Le Journal du Net

» (11 juillet 2018) Casilli: Hay trabajo humano invisibilizado detrás de la inteligencia artificial, Periódico Digital PIEB (Bolivie)

» (02 juillet 2018) Le numérique, à l’origine d’une nouvelle fracture sociale, Le Monde

» (26 juin 2018) Facebook: Bientôt une fonctionnalité pour savoir combien de temps vous passez sur le réseau, 20 Minutes

» (25 juin 2018) Facebook prépare une fonctionnalité pour lutter contre l’addiction à Facebook, Le Figaro

» (08 juin 2018) Digital labour et travail domestique : quand l’exploitation capitaliste s’étend aux hommes blancs, La Quadrature du Net

» (05 juin 2018) Décoloniser l’enseignement, Nonfiction.fr

» (21 mai 2018) Assistants vocaux: nos conversations sont écoutées par des travailleurs bien réels, BFMTV

» (15 mai 2018) Prendre en charge les troubles du comportement alimentaire, Mondes Sociaux

» (01 mai 2018) Ανθρωποι που αρνούνται να εργαστούν, Iefemerida

» (26 avril 2018) Les réseaux sociaux ont-ils fini par ériger une justice 2.0 ?, Siècle Digital

» (23 avril 2018) Comment Facebook a transformé l’amitié en donnée mesurable, Usbek & Rica

» (12 avril 2018) Comment être méchant ?, Vice

» (09 avril 2018) Dans La Tête De Jeff Bezos, La Plus Grosse Fortune Mondiale, Forbes

» (04 avril 2018) Pour une téléologie du numérique, Internetactu.net

» (02 avril 2018) Une automatisation en trompe-l’œil, Interactons UTC

» (31 mars 2018) Le Troll, un ami qui vous veut du bien (ou presque). Partie 5 : Sociologie du troll, C’est données !

» (27 mars 2018) Alors comme ça, on veut quitter Facebook?, Makery

» (22 mars 2018) Haverá proteção contra o capitalismo de vigilância?, Outras Palavras

» (14 mars 2018) Les fake news auront-elles la peau de la liberté de la presse?, Mediapart

» (13 mars 2018) Spotify va faire bosser ses utilisateurs pour compléter ses métadonnées, Mashable

» (13 mars 2018) I’m a digital worker, killing an arab. Chronique de la guerre algorithmique, Affordance.info

» (12 mars 2018) Proposition de Loi sur les “Fake News” : Nécessité impérieuse ou fausse bonne nouvelle ?, Universdoc

» (5 mars 2018) Propriété personnelle des « data » : le dernier combat de la secte libérale- Pour un Commissariat à la souveraineté numérique, Viv(r)e La Recherche

[Séminaire #ecnEHESS] Big data, rencontres en ligne et formation du couple (14 mai 2018, 17h)

Enseignement ouvert aux auditeurs libres. Pour s’inscrire, merci de renseigner le formulaire.

Pour notre séminaire Étudier les cultures du numérique nous aurons le plaisir d’accueillir Marie Bergström, chercheuse à l’Institut National d’Études Démographiques et membre du comité éditorial de la revue RESET et du comité de rédaction de la revue Sociologie, pour une séance dans laquelle nous interrogerons ce que les big data nous apprennent sur la formation des couples à l’heure des rencontres en ligne.

⚠️ CHANGEMENT DE SALLE : La séance aura lieu le lundi 14 mai 2018 de 17h à 20h, Salle 1, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris. ⚠️


Titre : Le « choix du conjoint » sous la loupe des rencontres en ligne

Intervenante : Marie Bergström (INED)
Discutant : Fred Pailler (Université de Nantes)

“En moins de quinze ans, l’usage de sites et d’applications de rencontres est devenue une pratique courante en France comme dans d’autres pays occidentaux. Ces services non seulement changent la manière de trouver des partenaires mais renouvellent notre savoir sur la rencontre. Les chercheurs en sciences sociales sont de plus en plus nombreux à mobilisent les données « massives » issues de ces plateformes pour étudier l’appariement des partenaires. Cette innovation méthodologique se solde souvent par des résultats inédits comme le montre la présentation. À partir d’un exemple concret, mobilisant les données d’une plateforme parmi les plus utilisées en France, on s’intéresse aux comportements de contact entre utilisateurs. Ce faisant, l’objectif n’est pas seulement de décrire les interactions (qui échange avec qui ?) et les logiques sociales et sexuées qui sous-tendent ce processus. La présentation montre, plus généralement, la manière dont les rencontres en ligne mettent au défi les théories habituelles du « choix » des partenaires.”

[Podcast] Médias sociaux : paniques morales et critique des plateformes (France Culture, 27 avril 2108)

J’étais l’invité de Serge Tisseron sur France Culture pour l’épisode de l’émission Matières à penser de vendredi 27 avril 2018, consacré aux médias sociaux, leurs opportunités et leurs risques.

“Les années 2000 ont vu se développer des travaux autour de la façon dont la culture numérique était porteuse d’un nouveau rapport au territoire, au don (qui n’est plus un acte de bienfaisance unilatérale, mais une obligation sociale réciproque) et même à la politique, avec l’émergence possible de nouvelles vertus démocratiques. Quinze ans plus tard, les réseaux sociaux sont accablés de critiques. Alors, celles-ci sont-elles fondées ou relèvent-elles d’un climat de panique morale ?”

>> Podcast Splendeurs et misères des réseaux sociaux (45′)

[Controverse] Pour ou contre la notion de digital labor

This is getting interesting 😉 

Sur son blog Archinfo, Jean-Michel Salaün (ENS Lyon) propose une critique de la notion de digital labor.

Nous, les internautes ordinaires, ne travaillons donc pas pour les plateformes, mais éventuellement pour notre propre compte ou pour des partenaires des plateformes. Les plateformes nous observent afin de fluidifier les relations entre nous et ceux qui nous proposent des services. Mais cette observation génère un nombre considérables de données sur nos comportements. Cette accumulation a fait émerger une inquiétude quant à leur capacité à changer de registre, c’est à dire à dépasser leur fonction d’intermédiaire pour jouer un rôle politique. L’inquiétude est accentuée par les compétences en design de l’expérience utilisateur acquises par les plateformes parfois assimilées à de la manipulation. C’est sans doute la première limite sérieuse à un développement jusqu’ici spectaculaire par son ampleur et sa rapidité.

Sur son blog S. I. Lex, Lionel Maurel (Université Paris Lumières) lui répond en proposant une critique des critiques de la notion de digital labor.

Le principal intérêt de la notion de Digital Labor réside son potentiel « critique » et dans sa capacité à faire apparaître des situations d’exploitation auxquelles les plateformes soumettent leurs utilisateurs, rouvrant le débat sur la justice sociale au XXIème siècle. Or c’est un ressort à part entière de ces nouvelles formes d’exploitation de mobiliser de la « violence symbolique » (au sens où Bourdieu entendait cette notion) dans le but de faire participer les dominés à leur propre soumission. L’invisibilisation du travail effectué par les internautes sur les plateformes constitue de ce point de vue un des principaux moyens pour elles de maintenir les individus hors de possibilité de revendiquer un changement dans leur condition et le respect de leurs droits fondamentaux. Si nous travaillons en ligne «par défaut, fortuitement sans le savoir», c’est parce que tout est fait pour que nous le sachions pas. Dès lors, construire la catégorie du travail sur « l’intentionnalité des individus » ou sur « l’action volontaire et réfléchie » est éminemment problématique, car cela revient à incorporer dans la notion même de travail cette violence symbolique que les plateformes exercent, en contribuant par là à renforcer son efficacité.

[Séminaire #ecnEHESS] Payal Arora et Edgar C. Mbanza “Le prolétariat ludique du Sud global” (9 avril 2018, 17h)

Enseignement ouvert aux auditeurs libres. Pour s’inscrire, merci de renseigner le formulaire.

Notre séminaire Étudier les cultures du numérique se poursuit avec une séance passionnante sur les usages ludiques, participatifs et “associés” entre l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Nos deux intervenants sont Payal Arora, professeure à l’Université Erasmus de Rotterdam (Pays-Bas) et auteure de The Leisure Commons: A Spatial History of Web 2.0 (Routledge, 2014) et Edgar Charles Mbanza, socio-anthropologue, chercheur post-doctoral à Télécom Paristech et chercheur associé IRCAV (Institut de Recherche sur la Communication et l’audiovisuel, Paris 3).

La séance aura lieu le lundi 9 avril 2018 de 17h à 20h, Salle Lombard, EHESS, 96 bd Raspail, 75006 Paris.


Titre : Poor@play – mobilizing the ludic underclass in the digital age
Intervenante : Payal Arora (Erasmus University Rotterdam)

Résumé : This talk sets aside received wisdom and instead assesses real patterns of usage in India, China, South Africa, Saudi Arabia, Brazil, and elsewhere. Where Westerners fret that social media leaves us “alone together,” Himalayan teens grow more intimate by sharing a single computer with all of their passwords and profiles exposed to one another. In China, gaming factories break down boundaries of leisure and labor. And what to make of a YouTube fashion show from Riyadh? Notions of the global poor as virtuous utilitarians-who mainly go online to study, find work, check farm prices, and obtain health information-is false. It is time to unpack what leisure means for the vast global poor as they fast take to the digital life.

Titre : Les “réseaux men” : ludification et réception domestique dans les milieux populaires de l’Afrique urbaine
Intervenant : Edgar C. Mbanza (Télécom Paristech)

Résumé : Du point de vue de l’Afrique urbaine populaire, terrain de mes investigations ethnographiques, le numérique amplifie un processus de ludification historique des milieux médiatiques locaux. Je présenterai , avec une visée à la fois descriptive et critique, quelques lieux et figures emblématiques de la vie sociale qui illustrent l’insécable intrication des logiques du jeu et celles des technologies : certaines cérémonies de réception domestique de la nouvelle télévision, les rituels de bricolage des actualités, ou encore les activités des pirates du câble appelés « réseaux men », le « jeu double » de ce que l’on appelle les débrouillards « branchés », les « cartes » des ambassadrices -ces petites ouvrières de Jumia (l’Amazon africain), etc.


Les présentations et les débats se dérouleront en anglais et en français.

[Podcast] La domination des géants d’internet (RTS, Suisse, 23 mars 2018)

J’étais l’invité de Julien Magnollay dans l’émission Tribu de vendredi 23 mars 2018, sur RTS (Radio Télévision Suisse), La Première, pour parler GAFAM, colonialité numérique, trolling et Cambridge Analytica.

>> Podcast La domination des géants du numérique (25’54”)

Sur les réseaux sociaux ou sur le web en général, nous produisons chaque jour des données qui sont revendues ensuite à des tiers. Le travail à lʹheure du numérique est aussi caractérisé par une précarisation de lʹemploi. Certains parlent de néo-colonialisme. On en parle avec le sociologue Antonio Casilli, maître de conférences en humanités numériques à Télécom ParisTech.

[Séminaire #ecnEHESS] Gabriella Coleman “Histoire et anthropologie du hacktivisme” (28 mars 2018, 17h)

Enseignement ouvert aux auditeurs libres. Pour s’inscrire, merci de renseigner le formulaire.

C’est avec grand plaisir que notre séminaire Étudier les cultures du numérique se prépare à accueillir pour une séance extraordinaire l’anthropologue Gabriella Coleman. Professeure à l’Université McGill de Montréal, elle est connue internationalement pour ses travaux novateurs et ses ethnographies du collectif hacktiviste Anonymous. Elle est l’auteure, entre autres, des ouvrages Coding freedom : the ethics and aesthetics of hacking (Princeton University Press, 2013) et Hacker, Hoaxer, Whistleblower, Spy: The Many Faces of Anonymous, lauréat du prix Diana Forsythe 2015 de l’American Anthropological Association.

ATTENTION SÉANCE EXCEPTIONNELLE : la présentation aura lieu le mercredi 28 mars 2018 de 17h à 20h, Amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris.


Titre : HackAccess: How Anonymous re/invented the hack-leak combo

Intervenante : Gabriella Coleman (McGill University)

Résumé : In most of North America, Latin American and Europe, Anonymous, the protest collective most famous for its wily hacking sprees, is no longer an activist force of nature as they were during the height of their power between 2011-2015. This talk steps back to assess their historical legacy, honing in a specific tactic: the hack-leak combo, which they helped engender and stabilize. The hack-leak combo entails a computer infiltration for the purpose of acquiring and leaking documents meant for widespread public consumption. This talk will examine the analog and digital pre-history of this tactic, the material and historical conditions that help explain why it came into being largely between 2007 and 2012 and the its mutation in 2014 as nation-state hackers deployed what had originally been a tactic used exclusively by hacktivists.


La présentation et les débats se dérouleront en anglais.

Une loi sur les fake news : à quoi bon ? Tribune dans L’Obs (1 mars 2018)

Si la notion de « fausse nouvelle » est déjà définie par la loi sur la liberté de la presse de 1881, la « loi de fiabilité et de confiance de l’information » annoncée par Emmanuel Macron en 2018 va soi-disant obliger les plateformes numériques à plus de transparence sur les contenus sponsorisés. Toutefois, nous ne connaissons pas suffisamment bien les modes de diffusion de l’information problématique, ni les incitations économiques des grandes plateformes étrangères et des petits producteurs de faux contenus et fausses intéractions qui peuplent leurs écosystèmes. “L’Obs” a demandé à trois intellectuels (Slavoj Žižek, Emmanuel Todd et moi-même) de réfléchir à ce problème qui touche à la nature même du débat public en démocratie.

L’Obs

jeudi 1 mars 2018 – p. 91,92,93,94

Faut-il une loi sur les “fake news” ?

Par ANTONIO CASILLI

A l’heure où le gouvernement veut légiférer sur les fausses informations, le sociologue et spécialiste d’internet Antonio Casilli explique comment elles se fabriquent, et révèle les dessous d’un marché mondial.

Les colporteurs, d’après l’édition 1751 de l’« Encyclopédie », étaient « anciennement des gens de mauvaise foi qui rodoient de ville en ville, vendant & achetant de la vaisselle de cuivre, d’étain, & autres semblables marchandises ». Un peu marchands, un peu charlatans, ils vendaient du rêve sous forme de livres et de gazettes truffées d’histoires mêlant le monstrueux au prodigieux. Il serait aisé de tracer un parallèle historique entre la littérature de colportage et les fake news actuelles. L’Histoire pullule d’exemples de systèmes organisant la circulation d’informations non vérifiées. Citons les écrits apocryphes de l’Antiquité, qui entretiennent des similitudes avec les « faits alternatifs » et les théories complotistes actuelles, ou encore l’invention de la dezinformatsiya dans le « bureau spécial de désinformation » du KGB créé par Staline en 1923, et qui a servi de modèle à la production active d’ignorance et de confusion à des fins politiques. Mensonges et propagande ont toujours fait partie de la sphère publique. A première vue, les traits distinctifs des fake news ne ressortent pas de manière évidente. Même en admettant que la propagation actuelle de rumeurs et contre-vérités s’inscrive dans un cadre culturel et technologique inédit, dominé par les médias numériques, la cause de cette confusion généralisée demeure inconnue. Est-ce la possibilité que le web offre à n’importe qui de publier n’importe quoi qui ébranle la capacité des citoyens à se forger une opinion éclairée? Ou alors, comme le rappelle le chercheur Nikos Smyrnaios, serait-ce l’opinion largement partagée d’une presse soumise aux pouvoirs économiques et politiques qui pousse les publics à rechercher « une information “alternative”, pour le meilleur et pour le pire » ? Quelle qu’en soit la raison, la perte de légitimité des médias traditionnels a créé un appel d’air pour la production de fake news. Mais contrairement à ce qu’on dit souvent, leur diffusion n’est pas le fait de hordes de « colporteurs numériques » venus répandre librement leurs fausses nouvelles. C’est bien la manière dont les grandes plateformes numériques, comme Google ou Facebook, ont décidé de sélectionner l’information qui pose problème.

Les modèles économiques des médias sociaux s’appuient sur des régies publicitaires comme AdSense et AdWords de Google ou Audience Network de Facebook, qui collectent et mettent à profit les informations personnelles de leurs usagers : historiques de navigation, listes d’amis, localisation géographique, visionnages de vidéos ou « J’aime » sur des photos constituent cette fameuse data que vont monnayer les Gafam [Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft]. Dès lors que les médias sociaux ont intérêt à retenir leurs abonnés le plus longtemps possible pour collecter davantage de données personnelles, ils finissent par mettre en place des incitations économiques qui favorisent les contenus sensationnalistes. Dans le jargon des annonceurs, les histoires outrancières seraient plus sticky, plus « collantes ». Les contenus doivent émouvoir et polariser les opinions pour constituer une occasion de partage, d’engagement de l’attention, d’échanges entre amis et ennemis sur les médias sociaux – qu’importe leur degré de fiction. Cet intérêt pour l’attention des internautes pousse les producteurs d’information en ligne à se débarrasser des standards éthiques et des méthodes d’autorégulation qui avaient caractérisé le journalisme d’avant internet.

La ville de Veles, en Macédoine, en donne un exemple flagrant. Sans grande perspective d’emploi dans cette cité désindustrialisée, des jeunes ont mis en ligne des sites tels que TrumpVision365.com, USConservativeToday.com, DonaldTrumpNews.co, qu’ils ont utilisés comme base pour propager sur Facebook des millions de mèmes. Ces images cocasses ou choquantes, propageant des mensonges sur les adversaires politiques du candidat républicain, ont généré des flux de revenu publicitaire qui ont permis à ces adolescents, souvent en rupture scolaire, de joindre les deux bouts. Les modèles économiques des plateformes numériques ne favorisent pas tant la militance spontanée émanant de la base d’un parti, que des campagnes de propagande et de dénigrement montées de toute pièce. Les Américains les désignent par le néologisme crowdturfing, issu du terme anglais crowd (« foule ») et de la marque de gazon artificiel AstroTurf.

Mais l’artificialité du phénomène ne réside pas là où on le croit. Car ces contenus factices ne sont généralement pas créés par des « bots » – des agents automatiques, trop vite repérés par les filtres anti-spam des plateformes et par les usagers avec lesquels ils sont censés interagir. Les propagateurs sont en réalité des faux comptes animés par des êtres humains, qui la plupart du temps n’ont que faire de l’opinion politique des images ou textes qu’ils diffusent. Les faux followers, par exemple, sont créés par des internautes qui s’abonnent volontairement à une page, une chaîne, un compte en échange d’un micropaiement. Vu que pour le reste, leurs comportements sont ceux d’usagers communs, il est difficile de les détecter. En outre, ils peuvent influencer les électeurs par leurs messages et comportements. Le crowdturfing vise à produire des vagues de trafic et de viralité de l’information qui servent à « amorcer la pompe ».

Les campagnes électorales à l’heure des grandes plateformes se basent donc sur des masses grandissantes d’influenceurs numériques qui se font passer pour des militants mais sont essentiellement motivés par l’appât du gain. Ce phénomène ne se résume pas à la production d’intox : l’interaction sociale qui accompagne les fake news est tout aussi importante que leur contenu. Il existe sur internet des plateformes de crowdturfing où l’on achète à prix cassé commentaires, partage et retweets de messages haineux ou diffamatoires. Moyennant des paiements d’à peine quelques centimes d’euro, les experts en marketing politique peuvent recruter des myriades d’ouvriers du clic pour assurer la circulation des fake news, ou les faire remonter dans le référencement des moteurs de recherche et dans les tendances émergentes des médias sociaux. Pendant la présidentielle française de 2017, le chercheur belge Nicolas Vanderbiest a pu détecter sur Twitter des réseaux d’influence nationaux (Patriosphère, Sens Commun, etc.) et internationaux (provenant des Etats-Unis, de la Russie, et même de l’Arabie saoudite), qui ont vraisemblablement acheté le travail de foules de faux militants pour mettre en avant les hashtags #MacronLeaks, #PenelopeGate, etc.

La majorité de ces ouvriers du clic opèrent depuis chez eux et sont recrutés sur des services en ligne tout à fait légitimes comme UpWork ou FreeLancer. Selon une étude de l’université de Santa Barbara, entre 70% et 95% des requêtes négociées sur certaines plateformes de microtravail (MinuteWorkers, ShortTask, MyEasyTask, MicroWorkers) consistent en la création de faux profils, faux avis, faux liens vers sites web, etc. L’origine géographique des acheteurs de clics (Etats-Unis, Canada et Royaume-Uni, mais aussi France, et Espagne) et celle des producteurs (Bangladesh, Pakistan, Népal, Indonésie, Sri Lanka, Inde, Kenya, Madagascar) reproduit des tendances globales de délocalisation de « sales boulots » vers des zones du monde où la force de travail est marquée par une forte vulnérabilité à l’exploitation. Partager des messages de haine, faire augmenter le compteur de visionnage d’une vidéo diffamatoire voire créer des profils qui s’abonnent au fil d’une personnalité de l’extrême droite xénophobe : voilà les tâches que ces travailleurs se voient proposer. Selon les révélations de Business Insider, en 2015 Donald Trump aurait acheté près de 60% des fans de sa page Facebook aux Philippines, en Malaisie et… au Mexique.

Les grands médias sociaux jouent un rôle extrêmement ambigu dans cette économie du clic. D’une part, Facebook et Google s’engagent depuis 2016 dans des remaniements réguliers de leurs algorithmes de référencement et de ciblage publicitaire afin de corriger les biais qui ont permis aux fake news de se répandre et ils s’adonnent depuis toujours à des « purges » de faux profils, voire proscrivent les utilisateurs ayant recours aux plateformes de crowdturfing. Mais, d’autre part, le réseau de Mark Zuckerberg semble fonctionner grâce à des mécanismes d’achat de visibilité qui entretiennent de nombreuses similitudes avec le fonctionnement des usines à faux clics.

Entre 2012 et 2014, des experts ont mené des expériences à partir de pages-appâts conçues pour attirer des lecteurs. Tous arrivent à la même conclusion : l’essentiel des profils ayant partagé leurs contenus ont des comportements suspects, ils sont fans de milliers de marques et de personnalités politiques disparates situées en Inde comme en Amérique du Nord. Autre conclusion de ces expériences : ces faux clics ne sont pas un détournement mais bien le résultat de la politique commerciale de Facebook Facebook ne vend pas directement du clic, mais propose à ses usagers de « booster leurs publications », voire d’en augmenter la visibilité moyennant un petit paiement. Or selon ces mêmes experts, ce visionnage vendu par Facebook provient des mêmes pays en voie de développement. C’est ainsi que le crowdturfing chassé des profils reviendrait par la fenêtre de la publicité. Cela redimensionne considérablement les prétentions d’authenticité de l’information qui circule sur ces réseaux. La distinction entre expression politique « artificielle » et « vraie conviction » devient floue. Sans vouloir entrer dans les débats philosophiques sur « ce qu’est la vérité », il nous faut admettre une chose : les fake news mettent à mal la possibilité de s’entendre sur la réalité même d’une action politique bien informée, indépendante des logiques commerciales et dans laquelle les intermédiaires politiques et culturels opéreraient de manière transparente.

Toute intervention législative sur les fake news qui manquerait de prendre en compte ces aspects serait destinée à l’échec. Au lieu de cibler exclusivement les petits dealers de mal-information, il est nécessaire de se concentrer sur leurs mandataires et sur les infrastructures techniques qui rendent possible leur action. Il faudrait par exemple établir l’obligation, pour les formations politiques, de publier un « bilan numérique » faisant état des dépenses et de la nature de leur marketing politique sur internet, de façon à les décourager d’effectuer des opérations clandestines à base de marchandage de clics. Tout comme les médias audiovisuels adoptent une règle d’égalité du temps de parole des candidats pour garantir le pluralisme, il est urgent de s’assurer que les partis politiques n’obtiennent pas subrepticement du « temps de cerveau » supplémentaire en achetant des tweets, des « like » et des contenus viraux lors des campagnes.

Mais la responsabilité informationnelle des organisations politiques doit se conjuguer avec un renouvellement des modèles économiques des médias sociaux numériques, qui ont reposé jusqu’à présent sur l’expropriation des données personnelles de leurs usagers à des fins publicitaires et sur la mise en place de longues chaînes de sous-traitance de tâches informationnelles vers des pays dits « du Sud ». C’est non seulement leur viabilité économique, mais aussi leurs admissibilités politique et éthique qui doivent être aujourd’hui questionnées. Une dernière recommandation politique concerne alors la défense des droits des travailleurs du clic, non pas pour normaliser le système du crowdturfing mais pour s’en affranchir. Le respect des normes internationales du travail, la garantie pour ces travailleurs d’une rémunération équitable et de conditions de travail décentes – bref la possibilité de résister au chantage au travail à la micro-pièce – constituerait un levier de négociation qui leur permettrait de refuser de contribuer au système des fake news. Reconnaître le travail invisible de ces ouvriers du clic et les doter de méthodes pour se protéger et pour faire entendre leurs voix, est aussi – et avant tout – un enjeu de citoyenneté globale.