colonialité

Dans le Monde Diplomatique (déc. 2017)

Dans Le Monde Diplomatique (plus précisément dans son bimestriel « Manière de voir »), Thibault Henneton se penche sur la vie et les conditions de travail des click-workers : évaluateurs, modérateurs, censeurs et parfois “petites mains” des campagnes politiques et du marketing viral. Mes travaux (ainsi que ceux de Sarah Roberts et Alain Supiot) y sont abondamment cités.

Les tâcherons du clic

Sur Internet, l’adage « si c’est gratuit, c’est que tu es le produit » devrait plutôt s’énoncer : « si c’est gratuit, c’est que tu travailles ». L’activité de chacun sur les réseaux en cache une autre, et les millions de petites mains qui l’exécutent.

Le 23 septembre 2017, Microsoft et Facebook célébraient la pose de Marea, un câble sous-marin long de 6 600 kilomètres entre Bilbao et l’État de Virginie, destiné notamment à soutenir le trafic en provenance et à destination de l’Europe. Que le premier réseau social du monde investisse dans une telle infrastructure prouve son désir de maîtriser les tuyaux. Quand bien même Facebook n’existerait plus comme réseau social, il continuerait à traiter des big data ! Mais son modèle économique impliquerait un travail très différent de la part de ses deux milliards d’utilisateurs que celui dont il profite aujourd’hui. Ce labeur, largement invisible, s’accomplit plus ou moins bénévolement dès connexion à la plate-forme. Chaque trimestre, Facebook en récolte en moyenne 4,75 dollars de profits publicitaires par tête.

Le terme digital labor désigne ces activités. Mal cerné par la traduction « travail numérique » — à ne pas confondre avec le travail informatique —, il a bénéficié d’un soudain coup de projecteur grâce à… l’élection de M. Donald Trump. Cherchant hors de ses frontières (de préférence dans l’est de l’Europe) les raisons d’un tel coup de théâtre, une partie de la presse occidentale s’est émue de l’existence de « fermes de contenus » à Saint-Pétersbourg, capables de produire, en anglais, des propos sulfureux sur l’immigration, la race ou le port d’armes. Celles-ci payaient ensuite Facebook pour mettre en valeur ces contenus dans les flux d’actualités de millions d’électeurs.

Dans le même temps, une ville de 55 000 habitants en Macédoine, Vélès, voyait bourgeonner une centaine de sites au service de la communication du candidat républicain. Leurs auteurs, décrits comme de jeunes entrepreneurs, plagiaient des sites d’informations avant de diffuser dans des groupes de militants leurs vrais faux articles derrière de vrais faux profils Facebook. Achetés quelques dizaines de centimes chacun, deux cents profils leur permettaient de drainer quantité d’internautes électrisés par la campagne. Grâce à AdSense, la (…)

Cliquer pour télécharger le pdf.

Colonialisme numérique ? (dans Usbek&Rica, oct-nov. 2017)

Dans le numéro 20 (oct-nov. 2017) du magazine de technologie, prospective et société Usbek & Rica, un long essai de Lilas Guevara sur les postures néo-colonialistes des géants du numérique. La deuxième partie du texte discute mon article Digital labor studies go global, paru dans l’International Journal of Communication en 2017.

Voici un fragment (le reste est disponible en libre accès ici).

(…)

« Colonialité » plutôt que colonialisme

Pourtant, si la grille de lecture postcoloniale est un outil conceptuel intéressant pour mieux comprendre ces structures de domination, la référence ne peut être manipulée à la légère. Dans son article « Digital Labor Studies Go Global. Towards a “digital decolonial turn” », publié en 2017 dans l’International Journal of Communication, le chercheur Antonio Casilli écrit que le parallèle avec « le colonialisme, l’impérialisme et l’esclavage pose certains problèmes. (…) Ces concepts sont à la fois trop osés et trop mous. Osés parce qu’ils reposent sur la valeur choc de notions chargées d’histoire ; mous parce qu’ils ne vont pas au-delà d’équivalences abstraites ». D’après lui, ces grilles d’analyse plaquent des interprétations sur des relations qui n’ont pas d’histoire coloniale : les États-Unis n’ont jamais été les colonisateurs historiques par exemple ; pour autant, ce sont eux qui essuient les principales critiques dans le débat sur l’exploitation à l’heure numérique. Antonio Casilli souligne également une tendance à l’« orientalisme », qui enferme les pays du Sud dans un rôle statique, figé dans des rapports qui les rendent « passifs », ce qui relève d’« un certain paternalisme ».

Antonio Casilli introduit le concept philosophique de « colonialité » en lieu et place de celui de colonialisme pour nourrir une réflexion sur l’émancipation des travailleurs du Sud

Casilli introduit donc le concept philosophique de « colonialité » en lieu et place de celui de colonialisme, non seulement pour rendre visibles les relations de pouvoir évoquées plus haut, mais aussi pour nourrir une réflexion sur l’émancipation des travailleurs du Sud. Il s’appuie sur les travaux du professeur portoricain d’études postcoloniales Nelson Maldonado-Torres, pour qui la colonisation s’immisce aussi dans les manières d’être des colonisés, subsistant même après la fin des administrations coloniales. Pour Maldonado-Torres, les sujets modernes « respirent la colonialité tout le temps et tous les jours » et partagent des traits existentiels, qu’il définit comme la « colonialité de l’être ». En d’autres termes, il faut prendre en compte les subjectivités des personnes qui ont créé leur identité en tant que sujets coloniaux « et donc qui ne se projettent qu’à partir de ces relations d’exploitation », explique Antonio Casilli.

Des travailleurs dans les mines de cobalt du Congo. Crédits : Amnesty International

Pour le sociologue, ce concept peut éclairer les relations de pouvoir qui continuent d’exister aujourd’hui à l’ère du digital labor, tout en ouvrant une voie vers l’émancipation, grâce à la création d’une identité commune pour ces travailleurs numériques, souvent isolés et marginalisés. Le chercheur reprend les mots de Maldonado-Torres pour appeler à « rendre visible l’invisible et analyser les mécanismes qui produisent cette invisibilité ou la visibilité distordue (…) pour permettre l’émergence de réflexions critiques provenant des personnes “invisibles” elles-mêmes ». Cette prise de conscience des travailleurs invisibles est la première étape pour s’émanciper des relations de pouvoir, que ce soit par la création de coopératives ou par le conflit.

En parallèle – et peut-être sera-t-elle poussée par l’autonomisation des travailleurs –, il faudra bien aussi qu’à terme intervienne une forme de « libération » du consommateur. Car même l’exploitation numérique possède deux versants : la situation de l’ouvrier/travailleur numérique vient refléter celle du consommateur qui, tout en étant du « bon côté » de la barrière, est devenu dépendant des produits et services de la Silicon Valley, en échange desquels il cède aux Gafa et autres géants du numérique ses données personnelles et toute son attention. Bref, tout le monde est perdant, sauf Google et ses amis. Pour l’instant. Mais il semblerait que le désir d’un modèle plus équitable pour tous commence à gronder… Sous la Valley, les pavés ?