liaisons numériques

[Podcast] Vers la dictature du trollétariat ? (France Culture Plus, 25 févr. 2013)

Podcast de l’émission #Politique – Citoyens connectés, de France Culture Plus, webmédia étudiant de France Culture. Le journaliste Christophe Payet revient sur la figure du troll et sur l’hypothèse inquiétante de la “dictature du trollétariat” en discutant les thèses du sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

» Le Troll est-il un chien de garde de la démocratie ? | France Culture Plus.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

Le Troll est-il un chien de garde de la démocratie ? Cet être vil des bas fonds d’internet. Ce provocateur intempestif qui inonde les discussions sur internet pour les détourner en polémique. Le Troll, explicitement bête et méchant, serait en voie de réhabilitation… Depuis quelque temps circule une idée étrange : et si le Troll était le gardien d’un Internet comme espace public ouvert.  Celui qui nous prévient de l’endogamie et du conformisme.  Exploration d’une hypothèse en clics, en sons et en méchanceté.

Antonio Casilli "Le Web social, outil d'interculturalité" (Corriere della Sera, Italie, 17 février 2013)

Dans La Lettura, supplément culturel du quotidien italien Il Corriere della Sera du 17 févr. 2013, la journaliste Serena Danna donne la parole à Antonio A. Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil). L’occasion pour parler de Web et d’interculturalité est fournie par l’intervention du sociologue lors du colloque Il Corpo e la Rete (Fondation Intercultura, Florence, Italie, 28 févr. -02 mars 2013).

» Il Web sociale, ponte tra culture – Corriere della Sera.

http://www.casilli.fr/wp-content/uploads/2013/02/AntonioCasilliCorriere.jpg 

“I social network hanno un ruolo fondamentale in ciascuna delle fasi. «Nei momenti di emergenza o di spaesamento — spiega Antonio Casilli, docente di Digital humanities al Telecom ParisTech — i migranti hanno un maggiore bisogno di risorse relazionali e il web 2.0 rappresenta un bacino unico di capitale sociale». A volte basta una chat con l’amico lontano per superare il momento di difficoltà e uno sguardo alla timeline di Twitter per ritrovare l’entusiasmo della scoperta.

La Nanyang Technological University di Singapore ha monitorato gli status di Facebook (102 in tutto) di un diciassettenne malesiano arrivato negli Stati Uniti per un programma di studio di sei mesi con lo scopo di valutare il suo livello di integrazione. Azioni ed emozioni online dello studente corrispondevano agli stadi dell’adattamento: dall’entusiasmo per la «nuova vita» (rappresentato da continui status e foto divertenti) al timore della mancata integrazione (dimostrata dalla ricerca di contatto con i vecchi amici) fino alla tristezza per la fine dell’esperienza (a cui è corrisposto un minor numero di aggiornamenti). «Gli scambi online — continua Casilli — servono ai migranti per trovare il giusto equilibrio tra il bonding, la coesione sociale tra i simili, e il bridging, ovvero la costruzione di ponti con i diversi». (…)

Per Casilli è una questione di metodologia: «Chi utilizza l’analisi semantica e dunque si concentra solo sul contenuto degli scambi perde di vista l’importanza delle strutture sociali: quando guardo una timeline di Twitter o una bacheca di Facebook penso solo ai network di relazioni che rappresentano». La vastità delle reti presenti nel web sociale — «i parenti dei conoscenti degli amici» — impone dunque necessariamente l’incontro con l’altro.”

[Podcast] Antonio Casilli sur Occupy Wall Street (France Culture, La Grande Table, 11 févr. 2013)

Podcast de l’émission La Grande Table, le magazine culturel du midi sur France Culture : pour dresser un bilan du mouvement Occupy à l’occasion de la parution du livre de Noam Chomsky Occupy aux Editions de l’Herne, Caroline Broué accueille François Cusset, Sylvie Laurent et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

 

» Que reste-t-il du mouvement Occupy Wall Street ? – Idées – France Culture – 28 minutes.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

“Cet ouvrage est en réalité très intéressant car il resitue Occupy dans le contexte américain et en même temps il faut aussi s’interroger sur la cartographie de l’année 2011. Chacun de ces mouvements sont enracinés dans des réalités, des histoires politiques d’un pays, d’une nation. J’aurais aimé qu’il interroge le positionnement d’Occupy par rapport à un mouvement qui l’a précédé Tea Party, et notamment sur la question de l’horizontalité, de l’absence de leadership.

[…] Quel est l’attracteur politique de ce mouvement ? C’est des mouvements qui proposent une certaine déontologie du politique, une certaine manière de faire du politique, de créer de la subjectivité politique”

 

[Vidéo] Antonio Casilli sur anonymat et Internet (Stratégies.fr, 07 févr. 2013)

Sur Stratégies, la vidéo du débat SMCTalks consacré à l’anonymat, la surveillance et la vie privée sur Internet. Pour en parler, Nicolas Danet (co-auteur de l’ouvrage Anonymous : Pirates ou altermondialistes numériques, FYP, 2011) et le sociologue Antonio A. Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).


SMC Talk par strategies

» SMCTalks – Anonymat et Internet – 18 minutes.

SMCTalks : un partenariat Social Media Club France et Master 2 MISC du CELSA.

La question de l’anonymat sur l’internet est régulièrement remise sur le tapis. Le SMC Talks, présenté ici, et réalisé avec le concours des étudiants du master MISC du CELSA et le Social Media Club, et en partenariat avec Stratégies, cherche à faire le point sur les représentations de l’anonymat chez les internautes et sur l’état des techniques.

[Podcast] Antonio Casilli, André Gunthert et Dominique Cardon sur les 30 ans d'Internet

Podcast de l’émission La Grande Table, le magazine culturel du midi sur France Culture : pour parler des efforts récents de construction d’une histoire et d’une mémoire collective d’Internet, Caroline Broué accueille Dominique Cardon, André Gunthert et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

» Internet a trente ans… et tout le monde s’en fout !? – 29.01.2013 – 26 minutes.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

Janvier 2013 marque l’anniversaire des 30 ans de l’adoption du protocole TCP/IP, qui est salué outre-Atlantique comme “la naissance de l’Internet actuel”. C’est l’occasion pour les médias étasuniens de s’adonner à leur sanctification habituelle des géants commerciaux du Web, doublée d’un bilan social et technique de trois dernières décennies. Mais ici en France, on en parle à peine. Même dans les cercles spécialisés, cet anniversaire est un non-événement. 

Chauvinisme technologique ? Syndrôme “nostalgie Minitel” ? Méfiance vis-à-vis de l’idéologie “disruptive” du numérique étasunien ? 

On pourrait avancer une autre hypothèse. Si nous ne célébrons pas cet anniversaire, c’est presque pour une forme de pudeur : parce nous savons pertinemment qu’Internet est plus âgé que cela.  Quel âge a Internet ? Quelle est exactement sa date de naissance ? Selon Tim Berners Lee , c’est avec l’introduction du Web dans les années 1990 que le “réseau des réseaux” est devenu celui que nous connaissons aujourd’hui. Mais Vint Cerf, “évangéliste Internet en chef” de chez Google, nous assure que c’est justement en 1983, quand Internet a remplacé ARPANET, que son acte de naissance se situe. D’autres encore, tels les documentalistes du Kleinrock Center for Internet History de l’UCLA, affirment que cela remonte aussi loin qu’en 1969 (date d’établissement du premier “backbone” du réseau) – ou même en 1961 (date de parution de l’un des premiers papiers théoriques à son sujet) ! 

Internet n’aurait donc pas 30 ans, mais 52. Comme un acteur sur le retour qui cherche encore à décrocher des rôles de jeune homme, il tricherait donc sur son âge ! Chaque année, dans un effort constant de rajeunissement, cette vieille innovation cherche à réécrire son histoire, pour paraître toujours dynamique, toujours projetée vers le futur, toujours capable de surprendre et de “révolutionner” nos vies. Mais, soumise à la concurrence de nouveaux paradigmes technologiques (des nanosciences au biotech), quelle est la place actuelle de cette technologie qui a besoin, pour exister, d’être “forever young” ?

[Podcast] La vie et l'oeuvre d'Aaron Swartz (France Culture, Place de la Toile, 19 janv. 2013)

Podcast de l’émission Place de la Toile, le magazine des cultures numériques de France Culture. Le journaliste Xavier de la Porte et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil) analysent la vie, l’héritage et les tragiques événements ayant porté au suicide de l’activiste des libertés numériques Aaron Swartz.

» La vie et l’oeuvre d’Aaron Swartz / Peut-on critiquer la neutralité du net ? 19.01.2013 – 45 minutes

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.