sociologie du web

[Slides séminaire #ecnEHESS] Les univers de travail dans les jeux vidéo (B. Vétel & M. Cocq, 6 juin 2016)

Pour la dernière séance de l’année 2015/16 de mon séminaire EHESS Etudier le cultures du numérique, j’ai eu le plaisir d’accueillir Mathieu Cocq (ENS Cachan) et Bruno Vétel (Télécom ParisTech) pour un débat autour du travail des gamers dans l’industrie des jeux vidéo.

Le séminaire reprendra l’année prochaine, plus grand et plus fort que jamais.

Mathieu Cocq (ENS Cachan)
Le travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo

View Fullscreen

Cette intervention porte sur la participation des joueurs à la création de valeur dans l’industrie du jeu vidéo. Les évolutions récentes des modèles de revenu (monétisation, vente de contenu additionnels, micro-transactions), de production (implication marquée de joueurs à toutes les étapes du développement, sous forme de versions alpha, beta, early-access), et de diffusion (massification du streaming sur des plateformes comme Youtube ou Twitch) nous amènent à penser l’activité des joueurs comme un véritable facteur de production dans l’industrie du jeu vidéo. A travers l’examen d’un matériau qualitatif varié (études de cas, entretiens semi-directifs, observation de plusieurs mois, archives de forums), nous chercherons à donner des éléments d’analyse de ce travail, de la manière dont il est activé et invisibilisé par les entreprises du secteur, de sa rémunération et des conflictualités auxquelles il donne lieu.

Bruno Vétel (Télécom ParisTech)
À quoi jouent les « farmers » ? La construction sociotechnique des activités répétitives des joueurs en ligne. 

View Fullscreen

Les jeux en ligne sont caractérisés par la cohabitation de joueurs, qui réalisent des activités plus ou moins monotones. Les plus simples sont exercées par des participants souvent désignés comme des « farmers ». Cette communication s’appuie sur une quarantaine d’entretiens réalisés avec des concepteurs et des joueurs en ligne dans le cadre d’une thèse qui porte sur le jeu en ligne Dofus. Nous décrivons comment les joueurs de Dofus sont encouragés à l’exercice du « farm » par des éléments de design relativement simples qui sont de deux types. Les premiers sont inspirés d’un imaginaire du travail productif, les seconds assurent les circulations des objets du jeu suivant des principes économiques très classiques. Nous montrons que cette construction sociotechnique rend compte d’une séparation des activités de « farm » en fonction du budget que les joueurs peuvent dépenser pour jouer. Un budget qui s’avère souvent lié à leur classe sociale d’origine.

Photo credit: Tereza Ruller @ The Royal Academy of Arts, The Hague. All rights reserved (c) 2015

Dans le Smithsonian Magazine (blog, 22 juillet 2013)

Dans le blog du Smithsonian Magazine, un compte rendu de l’étude ANAMIA coordonnée par le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

 

» What Happened to ‘Self-Harm Blogs’ After Tumblr Banned Them?.

Au revoir à la Grande Table (France Culture, 19 juillet 2013)

Caroline Broué accueille une délégation des chroniqueurs de La Grande Table pour une dernière émission avant la fin de la saison – et avant de “démobiliser la brigade” d’une cinquantaine d’écrivains, chercheurs et personnalités qui avaient animé le magazine culturel du midi sur France Culture. Le sociologue Antonio Casilli, qui avait intégré l’émission en 2011, était présent avec 8 autres chroniqueurs pour prendre congé et remercier tous les journalistes, producteurs et techniciens.

» La Grande Table — Emission Spéciale – France Culture (28 min).

 

La Brigade de la Grande Table. De gauche à droite : (debout) Tobie Nathan, Pascal Ory, Gérard Mordillat, Mathieu Potte-Bonneville, Fabienne Servan-Schreiber, Antonio A. Casilli, Caroline Broué, Dominique Cardon, (assis) Christophe Prochasson, André Gunthert, Raphaël Bourgois. 

 

Retrouvez les autres interventions d’Antonio Casilli à La Grande Table sur le site de France Culture :

A propos du roman Lionel Asbo de Martin Amis – 28.05.2013

L’accès ouvert aux revues en sciences humaines et sociales – 15.04.2013

Beppe Grillo et le populisme 2.0 en Italie – 28.03.2013

Science, controverses et la “disqualification des experts” – 27.03.2013

Guy Debord à la BNF – 22.03.2013

– A propos de l’ouvrage Occupy de Noam Chomsky – 11.02.2013

A propos du rapport de l’Académie des Sciences L’enfant et les écrans – 08.02.2013

Pour les 30 ans du protocôle TCP/IP – 29.01.2013

– A l’occasion de la parution de Karaoke Culture de Dubravka Ugresic – 31.12.2012

Sur l’ouvrage Voyages imaginaires de Farid Abdelouahab – 20.12.2012

A l’occasion du colloque BNF Comprendre le phénomène pro-ana – 29.11.2012

– Sur le film Reality de Matteo Garrone – 12.10.2012

Nouvelles mythologies : de la voiture au smartphone – 04.10.2012

Peut-on encore parler de biopolitique ? – 03.07.2012

A propos de l’ouvrage Paris est un leurre de Xavier Boissel – 06.06.2012

La NSA et le loi LOPPSI : extension du domaine de la surveillance sur Internet – 23.05.2012

Pour le centenaire d’Alan Turing – 25.04.2012

Les drones et la guerre – 06.03.2012

L’affaire Megaupload : le début de “l’Internet de plomb” ? – 08.02.2012

Virus, contagion, viralité : une approche transdisciplinaire – 20.01.2012

L’intimité à l’épreuve des réseaux sociaux numériques – 05.01.2012

La BD à l’âge du web – 08.12.2011

[Étude] Internet Prospective 2030 (CGSP, 27 juin 2013)

Le 27 juin 2013, le nouveau Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective (qui se substitue auprès du premier ministre au Centre d’Analyse Stratégique) présentait le rapport La dynamique d’internet. Prospective 2030 | Centre d’analyse stratégique réalisé à sa demande par la Fing et Télécom ParisTech. Le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil), a contribué à la réalisation et à la rédaction de l’étude, dirigée par Laurent Gille (Télécom ParisTech) et Jacques-François Marchandise (FING).

Télécharger le rapport :

Internet forme sans aucun doute l’innovation la plus importante de la fin du XXe siècle. Aujourd’hui, plus de 2,5 milliards d’êtres humains y sont connectés. Demain, internet nous reliera également à des dizaines de milliards d’objets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de notre vie quotidienne.

La dynamique d’internet influence l’ensemble de notre économie, offrant de réelles opportunités de croissance mais obligeant des secteurs entiers à s’adapter.

Plus largement, internet bouleverse les organisations, les modes de production, le travail, le rapport au savoir et à la connaissance, l’expression démocratique, les liens sociaux et le rôle de la puissance publique.Nous ne sommes qu’à l’aube des transformations numériques de nos sociétés.

À partir d’une analyse rétrospective d’internet, cette étude a cherché à dégager les tendances que crée une histoire forte désormais de plus de vingt ans, sans négliger les ruptures que suscite une croissance jusqu’à présent quasi exponentielle.

Puis elle s’est penchée sur les tensions multiples que provoque un tel développement dans la société, et sur les bifurcations qu’elles peuvent induire. Enfin, elle a cherché à en tirer des recommandations de politique publique.

 

Antonio Casilli : « Le numérique: une continuation de notre sociabilité par d'autres moyens » (La Croix, 26 juin 2013)

Dans le quotidien La Croix, le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil), est interviewé par Paula Pinto Gomes à propos de notre rapport à la solitude et aux nouvelles occasions de sociabilité à l’heure du numérique.

» Antonio Casilli : « Les relations numériques ne remplacent pas celles en face-à-face, mais s’y ajoutent » | La-Croix.com.

 

La Croix. 12 % des Français souffrent de solitude, selon le dernier baromètre de la Fondation de France. Parmi ces personnes, 20 % fréquentent les réseaux sociaux sur Internet, mais cela ne suffit à combler ce sentiment. Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social, comme l’affirment certaines études, ou au contraire, renforcent-elles l’isolement ?

Antonio A. Casilli : « C’est un débat qui anime la communauté scientifique depuis les années 90. Une première étude menée en 1996 par Robert Kraut, devenue célèbre, a d’abord conclu qu’Internet diminuait notre socialisation. Mais le chercheur a lui même reconnu que les choses étaient plus complexes et a décidé de reprendre son enquête. Quelques années plus tard, il a interrogé les mêmes personnes et là, le sentiment d’isolement avait disparu car elles s’étaient familiarisées avec Internet et perdaient moins de temps avec la technique, assez lourde à l’époque.

Ensuite, d’autres études, et notamment celles de Barry Wellman, ont démontré que le fait d’être connecté à Internet n’éloigne pas des personnes avec lesquelles on interagit en face-à-face. Au contraire, les individus qui ont le plus de liens sociaux sont aussi ceux qui ont d’avantage d’interactions numériques. Autrement dit, les relations médiatisées par ordinateurs ne remplacent pas celles en face-à-face, mais s’y ajoutent. Elles ne sont que la continuité de notre sociabilité par d’autres moyens. Depuis les années 2000 de nombreux travaux confirment ces résultats. Et il y a désormais un consensus autour de l’idée qu’Internet n’appauvrit pas notre vie relationnelle, mais représente une manière de la développer. »

Pourtant, plus on passe de temps devant l’ordinateur, moins il en reste pour les relations en face-à-face, non ?

A. C. « L’idée qu’en passant trop de temps devant son écran on néglige les autres interactions relève d’une vision « hydraulique » de la socialité : si le niveau d’interactions augmente dans le « vase du numérique », il diminuerait dans celui « du face à face ». C’est une conception extrêmement dualiste qui suppose une différence substantielle entre ce qui se passe en face-à-face et sur Internet. Beaucoup parlent d’ailleurs de « vrai vie » (IRL, in real life) et de « virtuel », des expressions qui me heurtent car elles ne veulent rien dire. Notre vie est toujours réelle. Et une intéraction qu’elle soit médiatisée par un ordinateur, un téléphone, une lettre ou une conversation, reste une interaction. »

Toutes les interactions se valent-elles ? Les relations numériques peuvent-elles être aussi solides que celles en face-à-face ?

A. C. « La question de la force du lien est une problématique sur laquelle les sociologues se penchent depuis longtemps. Dans les années 1970, déjà, on se demandait si toutes les relations humaines étaient du même type. Et la réponse fut non. Il y a certaines relations qui tissent des liens forts et d’autres des liens faibles. Mais la conclusion à laquelle les chercheurs sont arrivés, avant même l’apparition d’Internet, c’est que le fait d’avoir un lien faible avec quelqu’un n’était pas forcément négatif. Comme le disait le sociologue Granovetter, il y a « une force des liens faibles ». Il existe des moments, ou des taches spécifiques, pour lesquelles ces derniers sont plus efficaces. Par exemple, lorsque nous recherchons une information nouvelle, qui nous oblige à sortir de nos réflexes sociaux-culturels. Là, nous avons besoin de solliciter des personnes un peu éloignées de nous, qui nous apportent un regard différent.

Ce qui se passe aujourd’hui sur Internet démontre qu’il existe aussi une force des liens numériques. Ces derniers peuvent être forts – avec des proches – ou faibles – avec des collègues, des personnes que nous avons croisées… –, mais, ensemble, ils créent un tissu social particulier qui s’appuie sur des règles de sociabilité caractéristiques de cet outil. Ces liens ont une force puisqu’ils forment une communauté à laquelle nous pouvons faire appel lorsque nous avons besoin d’informations, d’actions communes, d’entraide ou de soutien. »

(1) Auteur de Les Liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, 2010.

 

Antonio Casilli : ne pas diaboliser les blogs des personnes atteintes de TCA (Rue89, 15 juin 2013)

Le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil), présente l’enquête internationale ANAMIA dans l’article de Laurent Bonnat publié sur Rue89.

» Anorexie-boulimie : les blogs d’ados font parfois du bien | Rue89.

 

S’il ne s’agit pas, au sens propre, de se soigner mutuellement, les relations tissées dans un même milieu peuvent parfois éviter un suicide. Un phénomène fréquent que les relations hors ligne ne parviennent pas forcément à déjouer, écrit Antonio A. Casilli :

« La collectivité exerce une forme de contrôle et la validation des déclarations performatives des contributeurs de sites “anamia” (avoir ou ne pas avoir absorbé des aliments), validation qui vise autant à vérifier la véracité des déclarations qu’à empêcher que l’escalade dans la confrontation n’aboutisse à une issue fatale. »

Ce que M. Casilli entend par « véracité » est en réalité la succession de codes communautaires visant à prouver que l’on fait bien « partie » de ce monde, une garantie nécessaire entre membres, pour montrer patte blanche (n’y entre pas qui veut).

 

[Podcast] Discorde et réveil du politique en ligne (France Culture Plus, 27 mai 2013)

Podcast de l’émission #Politique : Citoyens connectés, de France Culture Plus, webmédia étudiant de France Culture. Le journaliste Christophe Payet se penche sur les modalités d’expression de la discorde sur Internet : du tweet-clash aux commentaires venimeux des blogs, aux jeux vidéos, aux trolls. Avec le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

» Tweet-clash et bagarre 2.0 : un réveil du politique ? | France Culture Plus.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

Il est facile de penser qu’Internet a appauvri le débat politique. Que le web a consacré la petite phrase assassine. Que les commentaires en ligne sont violents gratuitement. Que le débat s’est muté en tweet-clash, en bagarre 2.0. Mais le web n’aurait-il pas tout simplement réveillé une discorde que notre démocratie refusait de regarder en face ? 

"Les liaisons numériques" à l'épreuve de culture générale du BTS 2013

Pour l’épreuve de Culture générale et expression écrite du BTS, les candidats de la session 2013 ont synthétisé et commenté un extrait de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, l’essai du sociologue Antonio A. Casilli paru aux Editions du Seuil. L’ouvrage, ayant intégré depuis janvier 2012 la liste des recommendations bibliographiques du Ministère de l’Éducation nationale, est proposé pour cette année dans le cadre du thème Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique.

 

 

 

[Podcast] Antonio Casilli sur Guy Debord (France Culture, La Grande Table, 21 mars 2013)

Podcast de l’émission La Grande Table, le magazine culturel du midi sur France Culture. Pour parler de l’héritage de Guy Debord à l’occasion de l’exposition rétrospective que lui consacre la Bibliothèque Nationale de France, Caroline Broué accueille la journaliste Raphaëlle Rérolle, l’écrivain Marin de Viry et le sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil). Emission en partenariat avec le supplément “Culture et Idées” de Le Monde et en direct du Salon du Livre 2013.

» A chacun son Debord ? (en direct du Salon du Livre ) – 28 minutes

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

[Podcast] Vers la dictature du trollétariat ? (France Culture Plus, 25 févr. 2013)

Podcast de l’émission #Politique – Citoyens connectés, de France Culture Plus, webmédia étudiant de France Culture. Le journaliste Christophe Payet revient sur la figure du troll et sur l’hypothèse inquiétante de la “dictature du trollétariat” en discutant les thèses du sociologue Antonio Casilli, auteur de Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Ed. du Seuil).

» Le Troll est-il un chien de garde de la démocratie ? | France Culture Plus.

Pour écouter d’autres podcast d’Antonio Casilli sur France Culture.

Le Troll est-il un chien de garde de la démocratie ? Cet être vil des bas fonds d’internet. Ce provocateur intempestif qui inonde les discussions sur internet pour les détourner en polémique. Le Troll, explicitement bête et méchant, serait en voie de réhabilitation… Depuis quelque temps circule une idée étrange : et si le Troll était le gardien d’un Internet comme espace public ouvert.  Celui qui nous prévient de l’endogamie et du conformisme.  Exploration d’une hypothèse en clics, en sons et en méchanceté.