teaching

[Slides séminaire #ecnEHESS] Les univers de travail dans les jeux vidéo (B. Vétel & M. Cocq, 6 juin 2016)

Pour la dernière séance de l’année 2015/16 de mon séminaire EHESS Etudier le cultures du numérique, j’ai eu le plaisir d’accueillir Mathieu Cocq (ENS Cachan) et Bruno Vétel (Télécom ParisTech) pour un débat autour du travail des gamers dans l’industrie des jeux vidéo.

Le séminaire reprendra l’année prochaine, plus grand et plus fort que jamais.

Mathieu Cocq (ENS Cachan)
Le travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo

View Fullscreen

Cette intervention porte sur la participation des joueurs à la création de valeur dans l’industrie du jeu vidéo. Les évolutions récentes des modèles de revenu (monétisation, vente de contenu additionnels, micro-transactions), de production (implication marquée de joueurs à toutes les étapes du développement, sous forme de versions alpha, beta, early-access), et de diffusion (massification du streaming sur des plateformes comme Youtube ou Twitch) nous amènent à penser l’activité des joueurs comme un véritable facteur de production dans l’industrie du jeu vidéo. A travers l’examen d’un matériau qualitatif varié (études de cas, entretiens semi-directifs, observation de plusieurs mois, archives de forums), nous chercherons à donner des éléments d’analyse de ce travail, de la manière dont il est activé et invisibilisé par les entreprises du secteur, de sa rémunération et des conflictualités auxquelles il donne lieu.

Bruno Vétel (Télécom ParisTech)
À quoi jouent les « farmers » ? La construction sociotechnique des activités répétitives des joueurs en ligne. 

View Fullscreen

Les jeux en ligne sont caractérisés par la cohabitation de joueurs, qui réalisent des activités plus ou moins monotones. Les plus simples sont exercées par des participants souvent désignés comme des « farmers ». Cette communication s’appuie sur une quarantaine d’entretiens réalisés avec des concepteurs et des joueurs en ligne dans le cadre d’une thèse qui porte sur le jeu en ligne Dofus. Nous décrivons comment les joueurs de Dofus sont encouragés à l’exercice du « farm » par des éléments de design relativement simples qui sont de deux types. Les premiers sont inspirés d’un imaginaire du travail productif, les seconds assurent les circulations des objets du jeu suivant des principes économiques très classiques. Nous montrons que cette construction sociotechnique rend compte d’une séparation des activités de « farm » en fonction du budget que les joueurs peuvent dépenser pour jouer. Un budget qui s’avère souvent lié à leur classe sociale d’origine.

Photo credit: Tereza Ruller @ The Royal Academy of Arts, The Hague. All rights reserved (c) 2015

Slides du séminaire EHESS d'Antonio Casilli “Contre l’hypothèse de la fin de la vie privée” (20 nov. 2012)

La première séance de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques pour cette année universitaire a eu lieu le mardi 20 novembre 2012 à l’EHESS. Merci à tou(te)s les participant(e)s pour leur présence, leurs commentaires et leur enthousiasme. Voilà les slides de ma présentation.

TITRE : “Contre l’hypothèse de la ‘fin de la vie privée’ sur les médias sociaux : négociabilité et cyclicité de la privacy”

RESUME : “Au sein de la communauté internationale plusieurs voix se lèvent pour dénoncer l’érosion inexorable de la vie privée dans le  contexte des usages actuels du Web social. En s’adonnant à une surveillance mutuelle et participative, les internautes renoncent-ils volontairement à la protection de leurs données personnelles ? Cette intervention adopte une approche ethno-computationnelle des controverses relatives aux politiques de négociation des paramètres de confidentialité en ligne pour montrer que la vie privée a encore de beaux jours devant elle. Sous certaines conditions, des « cycles de privacy » se mettent en place. Au travers du travail des associations d’usagers et des organismes préposés à la défense de leurs droits, ces conditions peuvent être remplies.”

Lectures :

Susan B. Barnes (2006) A privacy paradox: Social networking in the United States, First Monday, 11 (9)

danah boyd (2008) Facebook’s Privacy Trainwreck: Exposure, Invasion, and Social Convergence, Convergence, 14 (1): 13-20

danah boyd & Eszter Hargittai (2010) Facebook privacy settings: Who cares?, First Monday, 15 (8)

Anders Albrechtslund (2008) Online Social Networking as Participatory Surveillance, First Monday, 13 (3)

(more…)

Séminaire EHESS de Pierre Mounier “Quels enjeux pour les digital humanities ?” (21 mars 2012, 17h)

Dans le cadre de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques j’ai le plaisir d’accueillir Pierre Mounier, professeur certifié à l’EHESS et directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), pour une séance consacrée aux humanités numériques.

Le séminaire aura lieu le mercredi 21 mars 2012, de 17 h à 19 h (salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris). Pour s’inscrire, c’est par ici.

Quels enjeux pour les digital humanities ?

Depuis plusieurs années, l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales fait l’objet d’une attention croissante à l’intérieur et à l’extérieur de la sphère académique. La popularité grandissante du terme “digital humanities” et de ses traduction diverses (“humanités numériques”, “humanités digitales”) en est un des signes. En prenant la suite d’une tradition désormais ancienne de relations entre informatique et sciences humaines ou sociales, les digital humanities présentent cependant certaines ruptures par rapport aux mouvements précédents (“litterary and linguistics computing”, “humanities computing”). Elles se caractérisent par l’émergence de débats qui lui sont propres. Trois d’entre eux semblent plus centraux que d’autres :

– la structuration, la définition et le périmètre de ce champ dont le statut de discipline émergente est discuté ;
– la redéfinition des relations en terme d’accès, d’exploitation et de visualisation que la recherche en sciences humaines et sociales établit avec ses sources primaires, désormais constituées comme de larges ensembles de données numériques ou numérisées ;
– le développement de nouvelles pratiques de communication scientifique, de nouvelles compétences à la frontière du scientifique et du technique, de nouveaux modes d’organisation de l’activité de recherche et leur (non)-reconnaissance au sein des structures académiques institutionnelles.

(more…)

Le CNRS et l’Université Paris Descartes lancent une chaire “Liaisons numériques”

Dear all,

une chaire CNRS-Université Paris Descartes “sur la sociologie des liens sociaux ‘virtuels’ et sur les liaisons numériques” vient d’être créée.

Voilà la description du profil :

“La personne devra situer ses travaux dans la perspective des liens sociaux, et maîtriser les nouvelles techniques pour approcher les liens ‘virtuels’. Plus précisément elle doit reconnaître, sans négliger la force de certains processus de délitement social, la vigueur renouvelée des relations sociales, l’importance quotidienne et la force des liens relationnels. Elle doit revenir, avec le laboratoire, à la force de la préoccupation fondatrice de la sociologie afin d’interroger si, derrière ce qui est en apparence censé affaiblir le lien social, voire le détruire, sont ou non en action de nouvelles formes de sa production et de son renouvellement. Elle tiendra compte tout particulièrement des ‘liaisons numériques’ pour comprendre le renouvellement des formes du lien social. La chaire donne la possibilité à des maîtres de conférences d’être accueillis en délégation au CNRS pour y exercer une activité de recherche pendant 5 ans en bénéficiant d’une décharge de 2/3 de leur service d’enseignement, d’une prime d’excellence scientifique et d’un environnement scientifique approprié.”

La date limite d’envoi du dossier est le 7 mars 2012. Pour plus d’informations, suivre le lien vers « Galaxie », le portail des enseignants-chercheurs.

Small data vs. Big Data (slides du séminaire EHESS, Antonio A. Casilli, 15 févr. 2012)

La séance du 15 février 2012 de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques a été l’occasion de proposer quelques éléments de réflexion sur:

Small data vs. Big data : comment mener des expériences dans les médias sociaux

L’explosion récente des « Big data » (traitement automatique d’énormes bases de données natives du Web) a été saluée par les chercheurs en sciences humaines et sociales comme une véritable révolution. Néanmoins, certaines voix se lèvent pour dénoncer les limites épistémologiques, méthodologiques, et éthiques de cette approche. La méthode ethno-computationnelle développée par Tubaro & Casilli (2010) permet de dépasser ces limites en ayant recours à des petits jeux de données qualitatives (small data) utilisés pour calibrer des simulations multi-agents. Loin de produire des « prophéties », cette approches permet de mener des expériences in silico dans des situations d’information imparfaite et asymétrique. Deux études récentes (l’une relative aux effets de la censure des médias sociaux géolocalisés dans des situations de violence civile, l’autre sur la diversité culturelle sur Facebook) illustreront cette démarche.

(more…)

Le corps dans les réseaux sociaux : technologie du soi, technologie du nous (slides)

La cinquième séance de mon séminaire EHESS Corps et TIC : approches socio-anthropologiques des usages numériques a eu lieu le vendredi 11 févr. 2011. Le sujet traité : le corps dans les réseaux sociaux en ligne, comment les amis sur Facebook influencent l’apparence physique des utilisateurs, comment le choix de la photo d’un profil peut avoir un impact sur le capital social en ligne. Voici, comme d’habitude, les slides.

La prochaine (et dernière séance) est prévue pour jeudi 24 février 2011 (17h, salle 5, 105 Bd Raspail). Il y sera question de jouissance et sexe en ligne. Pour s’inscrire, il suffit de m’envoyer un petit mail gentil.

E-Santé : Résistance, autonomie et environnements apomédiés

La quatrième séance de mon séminaire EHESS Corps et TIC : approches socio-anthropologiques des usages numériques a eu lieu le jeudi 27 janv. 2011. Le sujet traité : e-santé, médecine 2.0, le rôle des professionnels de santé, des collectifs de militants des droits des patients et des pouvoirs étatiques. Voici, comme d’habitude, les slides.

ATTENTION CHANGEMENT DE DATE : La prochaine séance (où il sera question de corps dans les médias sociaux) aura exceptionnellement lieu le VENDREDI 11 février 2011 de 17h à 19h en SALLE 2, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris. Pour s’inscrire, il suffit de m’envoyer un petit mail gentil.

E sante – Résistance, autonomie et environnements apomédiés

Virus, viralité, visceralité – Logiques culturelles et processus sociaux en réseau

Voilà la présentation contenant les notes de la première séance de mon séminaire EHESS Corps et TIC : approches socio-anthropologiques des usages numériques : rôle et place de la notion de virus dans la culture du numérique.

La prochaine séance (où il sera question de cyborgs et d’hacktivisme) aura lieu le jeudi 9 décembre de 17h à 19h en salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris. Pour s’inscrire, il suffit de m’envoyer un petit mail gentil.

(more…)

Séminaire EHESS "Corps et technologies des l'information et de la communication"

Première séance du séminaire EHESS

Corps et technologies des l’information et de la communication

Approches socio-anthropologiques des usages numériques

animé par Antonio Casilli sociologue au Centre Edgar-Morin (IIAC EHESS/CNRS) et chercheur associé à l’Institut Télécom (équipe de recherche ETOS, TEM).

Date : jeudi 25 novembre 2010
Horaire : de 17h à 19h
Lieu : salle 5, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

L’essor des usages informatiques de masse a coïncidé avec le télescopage de deux plans – l’un physique, l’autre informationnel – de l’expérience humaine. Tout en s’inscrivant dans une continuité entre les objets techniques et la corporéité même de l’usager, les TIC véhiculent des représentations sociales qui semblent mettre entre parenthèse la sensualité et la matérialité des corps. Cet enseignement a pour objet une exploration synchronique et diachronique des pratiques et des recherches portant sur le corps dans les contextes d’interaction assistée par ordinateur. Il s’agira de tenter d’éclairer les logiques sous-tendant les différentes dimensions de ces technologies (de la e-santé à la construction d’avatars dans les jeux vidéo, de la mise en scène de soi dans les réseaux sociaux aux hybridations “cyborg” d’organismes et de machines) aussi bien que de s’intéresser aux contextes institutionnels et aux régimes de production des savoirs qui conditionnent ces faits sociaux.

Programme

Les séances à venir auront lieu les 2e et 4e jeudis du mois (17h, salle 5, sauf  la séance du 10 février, reportée au 11 février, même heure, salle 2). Le séminaire est ouvert aux auditeurs libres – étudiants qui désirent simplement participer aux séminaires de l’EHESS, sans y être inscrits officiellement.

* 25 novembre 2010 (17h, salle 5) : Virus
* 9 décembre 2010 (17h, salle 5) : Cyborg
* 13 janvier 2011 (17h, salle 5) : Avatar
* 27 janvier 2011 (17h, salle 5) : eSanté
* 11 février 2011 (17h, salle 2) : Réseaux
* 24 février 2011 (17h, salle 5) : Jouissance

Liens utiles

Page web EHESS : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/124/
Page Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=167047909985177
Page Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle18070.html

Knowtex, Culture Visuelle et les autres

C’est le mois d’août, tout le monde est en vacances et moi j’ai envie d’écrire un petit billet pour vous annoncer que dans le milieu de la recherche française on assiste – avec beaucoup de satisfaction – à la naissance de médias sociaux pour la mise en relation d’universitaires, étudiants, scientifiques et grand public. Ma sensibilité (exquise, vous vous en doutez) et mes intérêts (on ne peut plus éclairés, ça va sans dire) me font privilégier deux services particulièrement bien conçus : Knowtex et Culture Visuelle. L’un, plus orienté sciences exactes, et avec un penchant pour la divulgation ; l’autre plutôt sciences humaines, et  centré sur l’enseignement. Moi, je suis délicieusement (paraît-il) polymorphe, donc vous me trouvez parfois sur l’un, parfois sur l’autre.

(more…)