vidéo

[Video] Entrevista al programa “30 minuts” (TV3 Catalunya, 22 nov. 2019)

M’han entrevistat pel programa “30 minuts” (televisió Catalana TV3), sobre el treball de plataformes, el micro-treball i l’economia freelance. El reportatge esmenta el nostre estudi “Le micro-travail en France” (Projecte Diplab).

Video del Reportatge.

“Proletaris online”, a “30 minuts”

El diumenge 24 de novembre, a les 21.55, “30 minuts” emetrà la producció pròpia “Proletaris online”, on s’analitzarà l’anomenada economia de plataforma, un nou mercat laboral d’ingressos intermitents, en què llibertat i flexibilitat es repeteixen com un mantra però que té conseqüències imprevisibles per a l’estat del benestar.22/11/2019 – 10.41Imprimir

No és el futur. És el present. Treballadors freelance, per projectes, gig economy (feines esporàdiques sota demanda), remots digitals, crowdsourcing (subcontractació de la feina a una multitud), microtreballadors… La nova economia digital està plena de paraules noves que agafen força i sacsegen el mercat laboral tradicional, el dels drets dels treballadors aconseguits amb les lluites sindicals.

La industrialització va crear el proletariat. La digitalització, el proletariat online.

El “30 minuts d’aquesta setmana s’endinsa en l’anomenada economia de plataforma, el model de negoci de l’era digital. Potents plataformes tecnològiques que connecten oferta i demanda i converteixen els treballadors en proveïdors de serveis. Poden ser repartidors en bicicleta amb les seves vistoses motxilles o experts programadors. Qualsevol persona que pugui fer feines esporàdiques a través d’una aplicació. Tots formen part d’aquest nou mercat laboral en què llibertat i flexibilitat es repeteixen com un mantra i en què un algoritme és qui mana.

1 La gig economy, serveis sota demanda

“Hi ha una equivocació molt gran, i és pensar que aquests models de treball van un pas al davant de la llei, com si fossin tan innovadors que la llei no s’hagués pogut adaptar a ells”. Núria Soto, exrepartidora de la plataforma Deliveroo

“El fet que visquis en una ciutat on pots guanyar-te uns 300 o 400 euros extra amb un horari totalment flexible, sense caps i a través de la teva aplicació, és bo per a la societat”. Òscar Pierre, CEO i cofundador de Glovo

Aquest any se n’ha parlat molt, de plataformes i condicions laborals, perquè les dues grans plataformes de repartiment a domicili, Glovo i Deliveroo, han hagut de defensar-se als jutjats contra la Tresoreria de la Seguretat Social, que en diverses actes d’inspecció havia dictaminat que els repartidors havien de ser assalariats i no autònoms. Hem volgut analitzar de primera mà les condicions de feina d’aquests treballadors i per això un equip del “30 minuts” ha passat hores amb ells, al carrer, durant les hores anomenades d'”alta demanda”, esperant les comandes davant els restaurants. A un costat, els llatinoamericans; a l’altre, els pakistanesos. Molts acaben d’arribar a Catalunya. Entrevistem també per recollir el seu punt de vista Òscar Pierre, CEO i cofundador de Glovo, i Román Gil, advocat de Deliveroo.

2 El microtreball

“Els microtreballadors som una gran massa de gent invisible. Som completament invisibles. És per això que és tan important que parlem als mitjans, que expliquem el que fem. I quan siguem una mica més visibles tindrem força per negociar les nostres regles”. Julie, microtreballadora

El “30 minuts” també entrevista gent que treballa a les plataformes de microtasques (com ara Clickworker, Spare5, Appen, Lionbridge o Amazon Mechanical Turk), un fenomen procedent dels Estats Units que s’expandeix per tot el món. Transcripcions, gravacions per a sistemes de reconeixement de veu, identificar objectes dins una imatge, moderació de continguts a xarxes socials, analitzar resultats dels buscadors… Les grans empreses tecnològiques divideixen la feina en petites tasques i contacten en segons amb milions de treballadors a tot el món que les executen des de casa, a tant la tasca. Intervenen en el programa el sociòleg Antonio Casilli, coautor d’un exhaustiu estudi sobre el  microtreball a França, i Mary Gray, investigadora de Microsoft Research i autora del llibre “Ghost work” (“Treball fantasma”), sobre els microtreballadors als Estats Units.

3 Cap a un món de freelance?

Finalment, en el reportatge s’analitza com aquesta plataformatització de l’economia arriba també a la part alta de la piràmide. Qualsevol empresa pot contractar, a través de plataformes freelance, experts a l’altra punta del món. L’externalització d’un departament sencer a través d’una plataforma és cada cop més senzilla. I el mar de fons és un augment creixent a tot el món dels treballadors independents. Ens ajuden a treure’n l’entrellat Anna Ginés, professora de Dret del Treball d’ESADE, Luz Rodríguez, professora de Dret del Treball de l’UCLM i autora de l’estudi “Plataformes digitals i mercat de treball”, i Lucía Velasco, economista especialitzada en tecnologia que ha format part del grup d’experts que analitza l’impacte de la digitalització en el mercat laboral per a la Comissió Europea.

Hi ha un consens entre els experts que s’ha acabat la feina fixa per a tota la vida. Anem cap a feines flexibles amb ingressos intermitents, amb conseqüències imprevisibles per a l’estat del benestar.

Recension vidéo dans Xerfi Canal (16 juillet 2019)

Une enquête sur les travailleurs de force du CLIC

Ghislain Deslandes – Professeur à l’ESCP Europe et directeur de programme au Collège International de Philosophie

Nous pensons généralement que le travail numérique est externalisé dans des machines, et que c’est là sa principale caractéristique.

Eh bien en cela nous avons tort, tant il existe sans que nous le sachions aux Philippines, au Mozambique ou en Ouganda, par exemple, des régions entières où les personnes se consacrent à faire ce que l’intelligence artificielle est supposée faire sans s’en montrer toutefois capable. Il suffit de regarder fonctionner le service lancé en 2005 l’Amazon Mechanical Turk, le Turc mécanique d’Amazon, pour s’en convaincre. Celui-ci recrute dans le monde entier des travailleurs du clic qui se consacrent à de micro-tâches comme identifier et classer des sons et des images, renommer des fichiers, faire des requêtes sur des sites dédiés ou produire des commentaires courts. Dans l’économie de la data qui se cesse de prendre de l’ampleur, on évalue en effet la valeur d’un like sur Facebook de 0,0005 dollar minimum à 174 dollars, la valeur d’un tweet quant à elle se situant entre 0,001 et 560 dollars.

Or ces « poinçonneurs de l’IA », pour reprendre l’expression du sociologue Antonio Casilli qui étudie ce phénomène de grande ampleur dans son ouvrage En attendant les robots, seraient donc comme « des milliards de petites mains qui, au jour le jour, actionnent la marionnette de l’automation faible ». Ce phénomène issu de l’émergence concomitante des plateformes mondiales et de la gig economy, notre sociologue choisit de le qualifier en tant que digital labor. Labor pour signifier une main d’œuvre qui ne peut être assimilée à un emploi salarié (dans ce cas c’est le mot work en anglais qui aurait été privilégié). Et « digital » parce qu’il s’agit bien d’une besogne que réalise le doigt, en transformant des masses d’informations à faible valeur ajoutée en données négociables sur les marchés mondiaux.

Ce livre révélateur et fort bien documenté, contredit au moins deux croyances trop souvent partagées s’agissant de l’avenir du travail : d’une part sa fin telle que la prédit Jérémy Rifkin, qui apparaît dès lors comme une vue de l’esprit.
D’autre part le mythe de l’automatisation totale, qui apparaît comme inatteignable. Car celles et ceux qui fournissent le carburant aux systèmes de traitement des données, se sont certes les cliqueurs précarisés de l’hémisphère sud mais également les « produsagers », utilisateurs de Facebook ou d’Instagram, c’est-à-dire vous et moi et beaucoup d’autres. Il en sera de même pour les automobiles dites « autonomes », qui nécessiteront quand même un « opérateur de véhicules » que vous, anciens pilotes, serez bientôt.


Cette recherche héritière de la tradition « opéraïste » italienne, a aussi le mérite de lever le voile sur l’immensité du marché du fake qu’alimente l’activité à moitié secrète des « fermes à liens, les click farms. Celles-ci, chargées d’optimiser le nombre de followers d’une marque ou simplement d’entretenir le buzz, représentent un immense marché. Selon l’auteur on estimait déjà qu’en  2013 « la vente de faux followers sur Twitter représentait un chiffre d’affaires de 360 millions de dollars par an, alors que sur Facebook, les faux clics auraient généré 200 millions. » Aussi, dans une série de pages particulièrement saisissantes pour les utilisateurs de Uber, on comprend mieux pourquoi près des deux tiers de la journée d’un conducteur consiste en réalité à mettre à jour son profil, à entretenir la relation client, à sélectionner les bonnes courses et à refuser adroitement les autres, pour tenter de limiter les « dead miles » (les « kilomètres morts »). Casilli d’évoquer alors des stratégies de « rétro-ingénierie de la plateforme » de la part des chauffeurs.

A la lecture de ce livre deux sentiments l’emportent devant cette économie de la microtâche qui s’annonce. L’un qui l’emporte est certes pessimiste, qui consiste à «  condamner à la précarité une partie de la force de travail globale, tout en assujettissant l’autre à un loisir producteur de valeur », pour employer une autre formulation critique de l’auteur. L’autre serait plus optimiste malgré tout : car travailler sans le savoir, produire de la valeur sans en avoir l’air, en se distrayant grâce à des interfaces « gamifiées », ou agglomérer subrepticement des collectifs de connaissances susceptibles à terme de constituer des savoirs partageables à l’infini, ne serait-ce pas entrevoir la possibilité de nouvelles formes d’organisation du travail, contributives et capacitantes, défaites des rapports de subordination du salariat traditionnel ?

Réf.

Antonio Casilli (2019), En attendant les robots, enquête sur le travail du clic, Seuil, Paris.

[Vidéo] Le micro-travail en France (séminaire CFE-CGC Orange, Paris, 1 juillet 2019)

Avec Paola Tubaro (CNRS), j’ai présenté lors du séminaire de la CFE-CGC Orange nos travaux concernant les « petites mains » cachées derrière les intelligences dites artificielles.

Ces « travailleurs et travailleuses du clic », qui sont plus de 260 000 en France et des millions à travers le monde, constituent un nouveau prolétariat, faisant le travail des robots et éduquant les logiciels d’intelligence artificielle (IA) pour quelques centimes par clic. En France, ces invisibles « néo-précaires du digital » sont majoritairement des femmes (56,1%), souvent sans réel contrat, et surtout sans stabilité d’emploi.

A l’heure des réflexions sur une IA éthique, l’étude du projet DiPlab pose clairement la question de la régulation et de la protection sociale généralement inexistante de cette nouvelle forme de travail : un défi pour les syndicats et les législateurs.

Espaces numériques, travail et idéologie (conférence, La Gaîté Lyrique, 6 nov. 2018)

Le 6 novembre 2018 j’ai eu le plaisir d’intervenir lors de la conférence de lancement du cycle “Idéologies et technologies”, né d’un partenariat entre l’EHESS, la Gaîté Lyrique et Mediapart.

Cette première séance s’est interrogée sur la manière dont le Web, espace autrefois foisonnant et décentralisé, se reconfigure sous la concentration des services, des politiques d’utilisation et des visions développées par ces plateformes hégémoniques. À qui appartiennent les données personnelles qui les nourrissent ? Qui les utilisent et comment circulent-elles ? La soirée a proposé de cartographier les jeux d’influence et de contrôle en ligne. Elle a donné à voir comme un territoire où s’affrontent des idéologies antagonistes et des intérêts divergents. 

Avec moi, Louise Drulhe, designer graphique, dessinatrice et artiste et Arthur Messaud (animateur), analyste juridique et politique de l’Association la Quadrature du Net.


[Vidéo] Turfu Express #1 : une émission sur politique, travail du clic et mouvements sociaux (2 juin 2017)

Arthur de Grave et Eric Baille m’ont invité pour un entretien sur internet, progrès, justice sociale et émancipation politique. On a fini par parler de bulles de filtre, fake news et digital labor. Avec en bonus une enquête sur Vélès, la “capitale des fake news”, et une digital detox dans la campagne française. C’est la vie.

A la conférence Minimum2 n°42, Désirs et algorithmes (20 févr. 2013)

La conférence Minimum2 de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, accueille le sociologue Antonio A. Casilli, Nicolas Thiely et les artistes du collectif RYBN pour parler d’algorithmes, art et socialité. (L’intervention d’Antonio Casilli démarre à 04’40”).

Minimum2 n°42, Désirs et algorithmes / Antonio A. Casilli, RYBN.ORG on Vimeo

 

En apparence, c’est un phénomène anodin et plutôt amusant : quand on tape les trois premières lettres d’une requête sur le moteur de recherche le plus connu, il nous suggère des formulations et des idées que nous ne soupçonnions peut-être pas mais qu’il a calculé notamment à partir des traces que nous avons laissées lors de nos précédentes navigations. Derrière cette belle mécanique invisible se cachent les algorithmes, programmations informatiques ultra performantes qui exécutent des tâches précises, et dont les capacités prédictives sont à l’évidence sidérantes…

De la suggestion à l’incitation, de l’envie à la distraction, voire à la dispersion, les algorithmes gouvernent-ils nos inclinaisons et nos tentations ? Qu’en est-il de la notion de désir en mode numérique ? Comment les usagers des services Internet et des réseaux sociaux répliquent-ils à cette logique computationnelle ? Inventent-ils de nouveaux comportements ? Dans ce monde où les données se quantifient et s’analysent sans peine, comment s’articulent les requêtes des individus et la création de valeurs et de richesses ? Quelle économie des désirs se met en place ?