virtual assistant

M, le maudit chatbot (ou, de l’impossibilité de l’automation complète au lendemain de l’échec de l’assistant virtuel de Facebook)

L’année 2018 commence fort chez Zuckerberg. Facebook a décidé de mettre fin à l’expérience de son assistant virtuel, M. Par rapport aux autres chatbots sur le marché, M avait une particularité : il ne cachait pas la présence d’humains derrière les rideaux de l’automation, pour ainsi dire. Facebook allait jusqu’à intégrer cet attribut dans ses arguments de vente. M était présenté comme une intelligence artificielle « mue par des humains » (human powered).

Il s’agissait d’un logiciel qui envoyait des messages via l’application Messenger, initialement disponible pour un nombre limité d’usagers-testeurs (10 000 résidents de San Francisco) qui l’utilisaient surtout pour des opérations commerciales. La plupart des tâches réalisées par le chatbot nécessitaient de personnes pour assister, entraîner, vérifier ses réponses — et parfois se faire carrément passer pour M. D’où la suspicion que son nom ne soit pas un clin d’œil à l’assistant de James Bond, miss Moneypenny, mais une référence assez claire au “micro-travail”…

L’objectif de Facebook avec cet agent conversationnel était de développer une technologie d’intelligence artificielle capable d’automatiser presque n’importe quelle tâche (“Facebook put no bounds on what M could be asked to do“). C’est toujours la vieille promesse du machine learning : tu fais réaliser des tâches par des humains, puis “la machine” apprend et — bam ! tu te débarrasses des humains. Néanmoins, malgré les vastes ressources techniques de Facebook, le taux d’automation de M semble n’avoir jamais dépasse 30%. Presque trois quarts des tâches, donc, étaient effectuées par des petites mains payées à la pièce, entre San Francisco et Katmandou (si le bruit selon lequel elles étaient recrutées via le bureau népalais de la plateforme de micro-travail Cloudfactory était confirmé).

L’histoire de M contient une moralité pour toute entreprise qui développe ou achète des solutions de IA : quand on prend en compte le coût de the human in the loop, l’automation revient très chère. C’est à cause de l’importance de ces coûts (et de la médiocrité des résultats) que Facebook a définitivement décidé de discontinuer M en 2018.

L’autre leçon à retenir ici est que dans la mesure où l’objectif final de M était de préparer le développement de solutions IA qui auraient pu automatiser presque toutes les tâches que les usagers réalisent en ligne, l’automation complète s’avère être un fantasme de silconvallards. A chaque fois qu’on automatise une tâche, les êtres humains avec qui l’IA interagit en redemandent, et de plus en plus complexes. Comme Wired le souligne :

“Another challenge: When M could complete tasks, users asked for progressively harder tasks. A fully automated M would have to do things far beyond the capabilities of existing machine learning technology. Today’s best algorithms are a long way from being able to really understand all the nuances of natural language.”

Il faut alors recommencer et recommencer à concevoir-entraîner-tester-micro-travailler etc. Comme quoi, nous (autant les centaines de millions de tâcherons du clic sur les plateformes de micro-travail que les milliards de micro-tâcherons dissimulés que nous sommes sur les plateformes de médias sociaux) avons devant nous une longue carrière de dresseurs d’IA. Très longue. Interminable même, à en croire certains jeunes experts d’automation. Parmi eux, un nommé Ernest Mandel, lequel affirmait, dans un texte paru en… 1986 :

“Sous le capitalisme, l’automation complète, l’introduction de robots sur grande échelle sont impossibles car elles impliqueraient la disparition de l’économie de marché, de l’argent, du capital et des profits. (…) La variante la plus probable sous le capitalisme, c’est précisément la longue durée de la dépression actuelle, avec seulement le développement d’une automation partielle et d’une robotisation marginale, les deux étant accompagnées par une surcapacité de surproduction sur grande échelle (une surproduction de marchandises), un chômage sur grande échelle, une pression sur grande échelle pour extraire de plus en plus de plus-value d’un nombre de jours de travail et d’ouvriers productifs tendant à stagner et à décliner lentement. Cela équivaudrait à une augmentation de la pression à la surexploitation de la classe ouvrière (en faisant baisser les salaires réels et les prestations de Sécurité sociale), en affaiblissant ou détruisant le mouvement ouvrier organisé et en sapant les libertés démocratiques et les droits de l’homme.”