diplab

Interviewé dans l’enquête Mediapart sur assistants vocaux, digital labor et privacy (31 août 2019)

Le site d’information et d’enquête Mediapart publie les révélations depuis l’usine à “intelligence artificielle artificielle” de Siri, signées Jerome Hourdeaux. Le journaliste donne la parole aux micro-travailleurs français travaillant depuis le siège de Cork en Irlande d’un sous-traitant du géant de Cupertino, et met la main sur les documents qui attestent l’étendue des abus d’Apple. J’ai été interviewé dans le cadre de cette enquête et j’ai pu apporter mon éclairage à la publication de ces sources inédites.

Par-delà les risques psychosociaux qu’encourent les micro-travailleurs (isolement, TSPT, perte de sens), il y a un problème évident en termes de violation systématique de la vie privée des usagers des produits Apple. L’entreprise a depuis promis de mettre fin à ces pratiques. Crédible ? Pas vraiment, à mon avis.

La partie vraiment passionnante de l’enquête de Mediapart est la plongée dans le fonctionnement concret du micro-travail. Ça rassemble à quoi une micro-tâche de retranscription et d’annotation de conversations captées par une IA ? Comment se structure le workflow de Siri ?

Capture d’écran de l’interface pour la réalisation de micro-tâche de transcription de l’assistant vocal Siri. Source : Mediapart.

A cette révélation s’en ajoute une autre, celle-ci des plus inquiétantes. Les micro-travailleurs recrutés par Apple ne se limitent pas à retranscrire des phrases anodines que n’importe qui pourrait prononcer. Ils gèrent des données à caractère personnel qui identifient les usagers, lesquels font référence dans leurs conversations à noms, adresses, situations souvent sensibles. De surcroît, pour vérifier que Siri aie bien répondu aux requêtes formulées par les usagers, Apple donne à ses micro-travailleurs accès à tous leurs fichiers personnels via une fonctionnalité qui, selon Mediapart, s’appelle user data browser.

L’usage de ces données n’est pas restreint ni discret, puisque les assistants virtuels comme Siri ont besoin de millions d’exemples pour apprendre à interpréter une simple requête. Leur apprentissage machine nécessite la mise sur écoute systématique et massive des usagers. Ce n’est pas un accident ni le problème de la seule Apple.

J’ai eu l’occasion de l’affirmer ailleurs, et je le répète dans l’article de Mediapart : tous les GAFAM ont désormais été démasqués. Ils ont menti à propos du respect de la vie privée de leurs usagers, mais ils ont surtout menti sur l’artificialité de leurs intelligences artificielles.


Assistant vocal d’Apple: le calvaire des salariés

PAR JÉRÔME HOURDEAUX
ARTICLE PUBLIÉ LE SAMEDI 31 AOÛT 2019

Assistant vocal d’Apple: le calvaire des salariés

À la fin du mois de juillet, TheGuardian et El País révélaient que des centaines de personnes étaient chargées d’écouter les conversations d’utilisateurs de Siri, l’assistant vocal d’Apple, afin de corriger ses résultats. Après avoir suspendu le programme qui reprendra à l’automne, la société vient d’annoncer le licenciement de 300 salariés.

Alors que, acculé par les révélations sur l’écoute des utilisateurs de Siri, Apple vient de mettre à la porte plusieurs centaines de salariés, Mediapart a pu recueillir les témoignages de plusieurs d’entre eux et consulter des documents détaillant le travail de ces employés, chargés d’écouter les utilisateurs.

Au total, au moins 300 personnes travaillant pour des sous-traitants d’Apple à Cork, en Irlande, se sont vu notifier la fin de leur contrat vendredi dernier, rapporte mercredi 28 août The Guardian.

Cette annonce n’a pas vraiment été une surprise pour les salariés concernés. Depuis le 2 août, nombre d’entre eux avaient été placés en chômage technique après la révélation, par The Guardian et El País, de la nature réelle de leur travail : écouter les utilisateurs d’Apple parler à Siri. Cette intelligence artificielle, embarquée sur l’ensemble des appareils vendus par la marque à la pomme, permet d’activer une application, d’écouter de la musique, de faire une recherche sur Internet ou encore d’appeler un contact, simplement en donnant un ordre oral.

Les articles du Guardian et d’El País n’étaient pourtant pas en eux-mêmes des scoops. Plusieurs chercheurs avaient déjà expliqué que les intelligences artificielles le sont beaucoup moins que ce que leurs concepteurs prétendent. Incapables de réellement « apprendre » par eux-mêmes, les algorithmes ont besoin de centaines de milliers d’exemples, fournis par des êtres humains.

Les deux quotidiens rapportaient en revanche les témoignages inédits d’anciens salariés de sous- traitants d’Apple ayant passé leurs journées à écouter des conversations de clients et à noter la réponse apportée par Siri. De plus, révélaient-ils, les différents appareils sur lesquels est embarqué l’assistant vocal ont une fâcheuse tendance à activer celui-ci à tout bout de champ.

Les salariés chargés d’écouter les extraits sonores enregistrés par Siri tombaient ainsi régulièrement sur des échanges particulièrement privés, comme lors de relations sexuelles ou encore lors de ce qui semblait être un trafic de drogue. En réaction, Apple avait annoncé la suspension de programmes d’amélioration de Siri, le temps de revoir ceux-ci et de les reprendre, sous une forme modifiée, à l’automne prochain.

Depuis, Mediapart a également recueilli les témoignages de plusieurs ex-salariés ayant travaillé dans les locaux de GlobeTech, l’une des deux principales sociétés travaillant pour Apple à Cork (l’autre étant Lionbridge). Ceux-ci confirment les informations du Guardian et d’El País et donnent des détails supplémentaires.

Les centaines de personnes travaillant pour Globetech et Lionbridge étaient affectées à de multiples « projets » correspondant aux différentes phases de vérification et de notation de Siri. Ces différentes tâches nécessitaient des compétences et des niveaux d’accréditation différenciés permettant, pour certaines d’entre elles, d’accéder aux données personnelles contenues dans l’appareil de l’usager.

Chaque salarié étant soumis à une clause de confidentialité, il est très difficile de savoir à quoi correspond exactement chacun de ses projets. Mais plusieurs documents internes et témoignages d’ex- salariés recueillis par Mediapart permettent d’avoir une idée assez précise du rôle des humains au cœur du fonctionnement de l’intelligence artificielle et de leurs conditions de travail.

Les salariés travaillant directement sur Siri sont classés en deux principales catégories. Il y a tout d’abord les « language analysts », qui travaillent sur les « bulk data », les données brutes, c’est-à-dire les extraits audio livrés sans autre information.

La tâche de base correspond aux programmes « 1.000 hours » (1 000 heures) et se décline au sein de projets spécifiques en fonction de l’appareil : « 1.000 hours iPhone », « 1.000 hours iPad », « 1.000 hours CarPlay », etc. Le salarié, connecté à une interface sur un réseau interne d’Apple, a accès à l’enregistrement audio et, dessous, la transcription automatique qui a été faite par l’algorithme. Il doit se contenter d’écouter la séquence, appelée « itération », et de corriger les éventuelles fautes de retranscription.

Le nombre d’itérations nécessaires au bon fonctionnement de Siri est impressionnant. Dans les documents consultés par Mediapart, un tableau d’objectifs trimestriel donne le chiffre de 609 309 extraits audio pour les clients francophones, 874 778 pour les Chinois, ou encore 716 388 pour les Japonais. Et ce, uniquement sur le troisième trimestre 2019 et pour l’iPad. S’ensuit, pour les employés, un rythme effréné afin d’atteindre un quota quotidien fixé à 1 300 itérations par jour.

L’autre catégorie d’employés correspond aux « data analysts » qui, eux, ont accès à certaines données personnelles des utilisateurs. Apple avait pourtant affirmé que ses salariés n’avaient pas les moyens d’identifier les personnes écoutées, notamment parce qu’ils ne disposaient pas de l’« user ID », l’identifiant.

C’est en partie vrai. Le nom de l’utilisateur ou son numéro n’apparaissent effectivement pas. Mais un petit menu intégré à l’interface d’Apple, le user data browser, permet d’effectuer des recherches parmi les données stockées dans l’appareil. Cette fonctionnalité est principalement intégrée à l’outil de notation de Siri, le Siri results widget (SRW).

Assistant vocal d’Apple: le calvaire des salariés

Celui-ci présente, en haut, l’extrait sonore et, en dessous à gauche, la réponse apportée par Siri à la requête. À droite, une série de questions permet de noter celle-ci. Et en dessous, le user data browser permet de fouiller dans les données de l’appareil pour vérifier que Siri a utilisé les bonnes informations.

Comme l’explique l’un des documents, « les données d’utilisateur peuvent être utiles pour comprendre l’intention de l’utilisateur. Par exemple, si l’utilisateur dit : “Montre coucher de soleil horizontal”, cela peut être dur à comprendre. Toutefois, si l’utilisateur a un album photo appelé “Couchers de soleil horizontaux”, ce que l’utilisateur voulait devient clair ».

Concernant les conditions de travail, les salariés des sous-traitants d’Apple sont un peu mieux lotis que beaucoup d’autres micro-travailleurs, tels que ceux décrits notamment par le sociologue Antonio Casilli, auteur du livre En attendant les robots (Seuil, janvier 2019) et membre du projet DipLab (Digital Platform Labor), à l’origine du rapport « Le micro-travail en France », sorti en avril 2019.

Ce nouveau sous-prolétariat numérique, ces « tâcherons du Web », travaillent bien souvent de chez eux, via des plateformes intermédiaires, et ne connaissent souvent même pas l’identité du commanditaire. Ils sont rémunérés à la tâche, le plus souvent quelques centimes d’euros.

À GlobeTech, les salariés disposent d’un contrat de travail de droit irlandais, avec un salaire mensuel d’environ 2 000 euros brut par mois, pour des journées de 7 h 30, pause déjeuner déduite, avec deux pauses de 15 minutes. Ils travaillent dans des locaux spécifiques d’où ils se connectent à l’interface d’Apple via un réseau sécurisé.

Les conditions de travail y sont strictes, et souvent mal vécues par les salariés. « Le pire, c’est le côté répétitif, les itérations qui reviennent constamment, du style “mets l’alarme à telle heure”, explique Antoine*, un des anciens salariés que Mediapart a rencontrés. Les gens étaient tous surdiplômés, des bac + 3 à bac + 5. Tout le monde s’ennuyait. La plupart des gens s’en allaient le plus tôt possible, dès qu’ils avaient fini leur quota journalier d’itérations. Je crois que personne ne reste plus de six mois. Même nos supérieurs avaient l’air de détester leur travail. »

« De plus, poursuit le jeune homme, on était hyper fliqués. Quand on ne faisait pas d’itération pendant plus de six minutes, on était considéré en pause. Il fallait envoyer chaque soir par mail le nombre d’itérations que l’on avait faites durant la journée. »« On pouvait être viré du jour au lendemain, confirme Gaël*, un autre ex-salarié. Le soir, votre superviseur pouvait venir vous voir pour vous dire : t’as pas fait tes stats aujourd’hui, tu pars. »

Beaucoup de salariés ont mal vécu le fait d’être les témoins de la vie privée des utilisateurs. Une bonne partie des requêtes concernent des ordres assez classiques, comme appeler un contact. « Le plus drôle que j’ai eu, c’est un “appel Frank Riester” », se souvient Antoine.

Mais certains se révèlent particulièrement intrusifs.

« Beaucoup de gens dictent leurs textos. Et on a donc beaucoup de “sextos” », raconte Antoine. Il y a également les cas de demande de recherche relative à des maladies par exemple. « On entend aussi beaucoup de voix d’enfant. On ne leur a pas demandé leur avis,

à eux ! », s’indigne Gaël, qui se souvient d’une voix enfantine demandant : « Dis Siri, tu peux me montrer une photo de vrai zizi ? »

Il y a également les nombreuses personnes qui utilisent Siri comme dictaphone, afin d’enregistrer des mémos vocaux. Antoine et Gaël sont ainsi tous deux tombés à de nombreuses reprises sur des extraits de professeurs, enregistrant leurs avis de conseils de classe.

Enfin, il y a les enregistrements accidentels, provoqués par un déclenchement involontaire de Siri. Car l’assistante vocale semble particulièrement sensible. « Ça s’active à tout bout de champ, confirme Antoine. J’ai remarqué que ça marchait notamment avec les phrases des autres assistants vocaux, par exemple si vous dites “OK Google”. »

Lorsqu’un salarié tombait sur un de ces enregistrements, il devait l’écouter et le signaler en cliquant sur un bouton « accidental trigger ». « C’était tout simplement le bouton sur lequel on appuyait le plus, se souvient Antoine. On pouvait entendre de tout. Ça pouvait être la musique d’une voiture pendant plusieurs minutes ou deux ados se racontant leurs drames. » Gaël, lui aussi, est tombé à plusieurs reprises sur des disputes amoureuses, des confessions intimes…

Parfois, le malaise ressenti par le salarié se transforme en traumatisme. Certains salariés peuvent être confrontés à des enregistrements dévoilant des pratiques illégales ou des situations de violence. « Je me souviens un jour d’une fille qui disait à sa copine, a priori à propos de son petit copain, un truc du style : “il est dangereux, il faut le faire enfermer”. Dans ces cas-là, on se sait pas quoi faire, on ne sait pas s’il y a réellement danger. » Gaël, de son côté, se souvient d’un enregistrement dans lequel un homme tient des propos explicitement pédophiles. « Ça m’a mis hors de moi, se souvient-il. Avons-nous un devoir moral à partir du moment où on surveille ? Est-ce qu’il n’y a pas un délit de complicité ? »

En page d’accueil du portail d’aide mis à la disposition des salariés par Apple, un message les prévient qu’ils peuvent être confrontés à « des propos vulgaires, des thèmes violents, pornographiques ou des sujets criminels » et les incite à contacter leur supérieur si besoin. Pourtant, dans la pratique, les salariés n’ont aucune information sur ce qui arrive par la suite.

« Ce genre de traumatisme est assez courant, explique Antonio Casilli. Il arrive même que certains travailleurs souffrent du syndrome de stress posttraumatique, notamment chez ceux chargés de la modération des commentaires. Des modérateurs de Microsoft et de Facebook ont déjà poursuivi leur employeur après avoir été frappés par ce syndrome. Dans le contexte des correcteurs de Siri, poursuit le sociologue, il y a un facteur supplémentaire qui joue : la difficulté de contextualisation. Ils sont confrontés à des extraits de discussions, des propos isolés, totalement déracinés du contexte général. Ils ne peuvent pas savoir s’il s’agit d’une provocation ou d’une exagération. Cela peut être plus perturbant que s’ils étaient présents physiquement. »

Dans ses travaux, Antonio Casilli a démontré à quel point les micro-travailleurs étaient indispensables au bon fonctionnement des intelligences artificielles. Dans ce cas, quelles mesures prendra Apple ? La marque à la pomme a annoncé au Guardian que le programme de notations de Siri reprendrait à l’automne, avec quelques modifications. Les utilisateurs auront notamment la possibilité de préciser qu’ils refusent d’être écoutés et les personnes chargées d’écouter les extraits sonores seront directement employées par Apple.

Antonio Casilli prend ces annonces « avec beaucoup de méfiance ». « Le travail de ces personnes est fondamental pour le fonctionnement d’un assistant vocal, rappelle-t-il. L’intelligence artificielle a besoin d’être entraînée et vérifiée. Sinon, elle ne marche pas. Ils vont donc devoir inventer une nouvelle manière de faire cet entraînement et cette vérification.

La solution consistant à internaliser ces tâches permettrait notamment d’imposer des contraintes de confidentialité accrue. Mais ça irait tout simplement à l’encontre des principes de gestion d’Apple. Une autre solution serait de morceler encore plus les tâches d’entraînement et de vérification et de les confier à des centres de gestion dans des pays tiers, poursuit le sociologue. Il y a tout de même eu une vague de révélations ces derniers mois, avec plusieurs travailleurs qui se sont transformés en lanceurs d’alerte. Et il semblerait que la plupart d’entre eux soient originaires de pays de l’Union européenne, où les législations sont plus protectrices qu’ailleurs. On peut imaginer qu’Apple cherche à installer ses centres de gestion dans des pays ayant une législation moins clémente. »

Gaël, lui aussi, est convaincu que le programme reprendra sous peu, peut-être en interne. « Ils vont se contenter de modifier les conditions générales d’utilisation pour y inclure le fait que ce que vous dites à Siri peut être écouté. Les gens vont signer et ça reprendra », prédit le jeune homme. « C’est, hélas, très possible, acquiesce Antonio Casilli. Nous sommes tous les esclaves de ce consentement forcé que sont les CGU. Ils sont totalement capables d’y mettre ce qui était encore inimaginable hier. »

Les révélations de ces derniers mois marquent cependant un tournant incontestable. Le 13 août, c’est Facebook qui admettait, lui aussi, écouter les conversations des utilisateurs des fonctions audio de son service Messenger et annonçait leur suspension. Apple, de son côté, a présenté jeudi 29 août ses excuses à ses clients écoutés.

« Tous les Gafam ont désormais été démasqués, constate Antonio Casilli. Il y a encore un an, si je disais dans une conférence que des travailleurs écoutent ce que l’on dit à un assistant vocal, c’était une “educated guess”, une supposition éclairée, une conséquence logique de ce que j’avais pu comprendre de leur fonctionnement lors de mes recherches. »

« Depuis, il y a eu une avalanche de témoignages qui montrent que non seulement il y a des enregistrements sauvages, mais également que ces assistants vocaux sont extrêmement défectueux, poursuit le sociologue. Quand on voit des taux de précision de 90 %, on peut se dire que c’est déjà pas mal, mais ça veut dire tout de même que quand vous demandez votre chemin, une fois sur dix, l’algorithme vous donnera le mauvais. C’est tout de même problématique. Apple a donc doublement menti : en disant qu’ils n’enregistraient pas les gens, et en leur affirmant que Siri fonctionne. »

[Vidéo] Le micro-travail en France (séminaire CFE-CGC Orange, Paris, 1 juillet 2019)

Avec Paola Tubaro (CNRS), j’ai présenté lors du séminaire de la CFE-CGC Orange nos travaux concernant les « petites mains » cachées derrière les intelligences dites artificielles.

Ces « travailleurs et travailleuses du clic », qui sont plus de 260 000 en France et des millions à travers le monde, constituent un nouveau prolétariat, faisant le travail des robots et éduquant les logiciels d’intelligence artificielle (IA) pour quelques centimes par clic. En France, ces invisibles « néo-précaires du digital » sont majoritairement des femmes (56,1%), souvent sans réel contrat, et surtout sans stabilité d’emploi.

A l’heure des réflexions sur une IA éthique, l’étude du projet DiPlab pose clairement la question de la régulation et de la protection sociale généralement inexistante de cette nouvelle forme de travail : un défi pour les syndicats et les législateurs.

[Compte Rendu + Podcast + Vidéo] Colloque INDL “Les plateformes de micro-travail” (Paris, 13-14 juin 2019)

A l’occasion de la restitution des résultats de notre projet DiPLab sur “Le Micro-travail en France” et dans le cadre de l’activité du réseau INDL (International Network on Digital Labor), émanation du ENDL (European Network on Digital Labour), j’ai eu le plaisir d’organiser et d’animer le colloque “Les plateformes de micro-travail : enjeu pour l’intelligence artificielle, enjeu pour l’emploi ?”. L’évènement, organisé en collaboration avec le think tank gouvernemental France Stratégie et la MSH Paris Saclay, a eu lieu le 13 et 14 juin 2019 à Paris. Le colloque a accueilli environ 300 participants : universitaires, travailleurs, étudiants, syndicalistes, représentants d’institutions, journalistes, citoyens.

Chercheur•ses et étudiant•es du réseau INDL (Paris, 14 juin 2019).

La première journée a été l’occasion d’entendre des témoignages de micro-travailleurs et d’entreprises / plateformes qui les recrutent, de présenter les résultats des enquêtes nationales et internationales sur ces formes émergentes d’emploi.

Intervention de l’économiste Mariya Aleksynska lors de la première journée du colloque (Auditorium France Stratégie, Paris, 13 juin 2019)
Ouverture du colloque doctoral lors de la deuxième journée (France Stratégie, Paris, 14 juin 2019)

La seconde journée a été consacrée à un débat avec des experts académiques, français et étrangers, ainsi qu’à un colloque doctoral, où des étudiants ont présenté leurs recherches de pointe dans le domaine de l’économie des plateformes numériques.

L’argumentaire

Après Uber, Deliveroo et autres services à la demande, le micro-travail est une nouvelle facette du travail intermédié par les plateformes numériques. Des services sur Internet ou sur mobile proposent à des foules d’individus de réaliser, pour le compte de commanditaires, des petites tâches standardisées et répétitives, en contrepartie d’une rémunération allant de quelques centimes à quelques euros par tâche. Celles-ci nécessitent en général de faibles qualifications : prendre une photo dans un magasin, reconnaître et classer des images, transcrire des bouts de texte, mettre en forme un fichier électronique… Malgré leur simplicité apparente, ces micro-tâches réalisées par des millions de personnes dans le monde, servent notamment à créer les bases de données nécessaires au calibrage et à l’« entraînement » d’algorithmes et d’intelligences artificielles.

Au niveau international Amazon Mechanical Turk est la plus connue des plateformes de micro-travail. En France et dans les pays francophones d’Afrique, d’autres plateformes attirent un nombre croissant de travailleuses et travailleurs, pour compléter leur revenu primaire, voire pour y suppléer. Quelle est l’ampleur du phénomène ? Comment reconnaître, organiser et réguler cette nouvelle forme de travail ? Comment, finalement, s’articule-t-elle avec les formes traditionnelles de l’emploi ?

Le programme
Programme-Microwork-conference

Les podcasts
Podcast introduction et première séance de la première journée (Eng/Fr).
Intervenants : Gilles de Margerie (France Stratégie), André Torre (MSH Paris Saclay), Vili Lehdonvirta (Oxford Internet Institute), Florian Alexander Schmidt (University of Applied Sciences HTW Dresden), Antonio Casilli (Telecom Paris).
Podcast deuxième séance de la première journée (Eng/Fr).
Intervenant•es : Paola Tubaro (CNRS), Clément Le Ludec (MSH Paris Saclay), Marion Coville (IAE de Poitiers), Louis-Charles Viossat (IGAS), Anoush Margaryan (Copenhagen Business School), Antoine Naboulet (France Stratégie).
Podcast troisième séance de la première journée (Fr).
Intervenant•es :
Amélie, Ferdinand, Julie (micro-travailleurs), Daniel Benoilid (Foulefactory), Maël Primet (Snips), Odile Chagny (Sharers & Workers).
Podcast quatrième séance de la première journée (Eng/Fr).
Intervenant•es : Mariya Aleksynska (Institute of Labor Economics), Marguerita Lane (OECD), Thiebaut Weber (CES), Patricia Vendramin (UCLouvain), Gilles Babinet (CNNum), Cécile Jolly (France Stratégie).
Les vidéos
Entretien avec Antonio Casilli (Telecom Paris).
Entretien avec Paola Tubaro (CNRS)
Entretien avec Mariya Aleksynska (IZA)
Dans les médias
Les travailleurs du clic, petites mains invisibles de l’économie numérique

AFP/L’Express, 21 juin 2019

Les chercheurs français de Diplab ont étudié la plateforme française Foule Factory: 56% des “fouleurs” sont des femmes, qui cumulent emploi à temps partiel, travail domestique et micro-travail. “On glisse vers une triple journée de travail“, constate Marion Coville, de l’Université de Nantes, qui a collaboré à Diplab…

Rapport “Le micro-travail en France” : les médias en parlent (mai-août 2019)

Dans le cadre du projet DiPLab, que j’ai coordonné avec Paola Tubaro, le rapport complet du projet de recherche DiPLab a été publié le 24 mai 2019. De Le Monde à la BBC, les médias en parlent.


Jobs du clic : qui sont ces micro-travailleurs « invisibles » ?

Le Monde, 24 mai 2019

La première étude approfondie sur les micro-travailleurs français, publiée vendredi, dépeint une activité précaire, où, isolés, ils n’ont aucune prise sur leur environnement de travail…


Ces microtravailleurs de l’ombre

CNRS Le Journal, 24 mai 2019

L’investissement des femmes dans le microtravail, assez important dans certains cas, montre un glissement de celles-ci vers la « triple journée » : l’activité sur les plateformes de microtravail vient s’ajouter à un emploi à temps plein et aux tâches ménagères et familiales. À noter que 22 % des microtravailleurs sont au-dessous du seuil de pauvreté, ce qui confirme un réel problème de précarité économique dans notre pays…


L’explosion des « travailleurs du clic » en France

Les Echos, 24 mai 2019

Jugeant que cette activité n’est pas près de disparaître et qu’elle a vocation à remettre en cause le salariat, les auteurs de l’étude soulignent la nécessité pour la société de s’emparer du phénomène, et pour les pouvoirs publics de commencer à fixer un cadre légal à ce nouveau type d’activité…


En France, 260.000 micro-travailleurs précaires nourrissent les IA en données

La Tribune, 24 mai 2019

Cette opacité des rapports sert dans certains cas à cacher le travail humain sous un habillage IA. Les tâches effectuées par les micro-travailleurs peuvent parfois compenser des lacunes de technologies “intelligentes” déjà sur le marché…


Pour quelques centimes par tâche effectuée, 260.000 Français sont des “travailleurs du clic”

Sud Ouest, 25 mai 2019

Ce travail est régi par des formes de contrats très superficielles comme un simple “accord de participation”, voire la seule adhésion aux conditions générales d’utilisation de la plateforme. L’étude pose la question de la régulation et de la protection sociale parfois inexistante de cette nouvelle forme de travail, un défi pour les syndicats et les législateurs…


Une première étude s’intéresse aux 260 000 “travailleurs du clic” en France

AFP/L’Express, 25 mai 2019

L’étude du projet DiPlab pose ainsi la question de la régulation et de la protection sociale parfois inexistante de cette nouvelle forme de travail, un défi pour les syndicats et les législateurs. Elle invite également les entreprises qui développent des IA et ont recours à des “travailleurs de clics” à plus de transparence…


Comment le «travail du clic» contribue au succès de l’IA

Heidi News, 27 mai 2019

Au-delà de la faiblesse des rémunérations au vu du temps passé à comprendre des consignes parfois complexes, les auteurs pointent les risques psycho-sociaux nouveaux inhérents à ces activités: par exemple, pour les modérateurs de contenus, de se retrouver à modérer des contenus violents ou caractère pornographique…


Qui sont les « travailleurs du clic » en France ?

La Croix, 28 mai 2019

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces « travailleurs du clic » ne sont donc pas des « oubliés » qui peinent à trouver un emploi. « Le microtravail épouse un emploi traditionnel », résume le rapport. Une situation qui les différencie des autres indépendants soumis aux plates-formes numériques…


Antonio Casilli : « La création d’emploi n’est pas la finalité des plates-formes de microtravail »

Les Echos, 28 mai 2019

Ce travail a de fortes chances de s’inscrire dans la durée. Il est nécessaire avant et après le déploiement des IA : avant pour les mettre au point, après pour les réentraîner. Quand vous ajoutez de nouveaux services à un assistant vocal, par exemple, il devra reconnaître de nouvelles commandes, de nouvelles instructions orales…


Travailleurs du clic : il y aurait 260 000 micro-travailleurs en France

Le Blog du Modérateur, 28 mai 2019

Le temps passé a effectuer ces micro-tâches est lui aussi extrêmement variable selon les travailleurs. La moitié des personnes interrogées par les chercheurs micro-travaillent moins de 3 heures par semaine, mais « certaines arrivent jusqu’à en faire l’équivalent d’un emploi principal à temps complet ou presque, travaillant entre 20 et 60 heures par semaine. » complète l’étude…

Pour arrondir leurs fins de mois, ils deviennent “travailleurs du clic”

Journal Télévisé de M6, 31 mai 2019

Cette invisibilité est problématique, bien sûr, pour le travailleur d’un point de vue social, mais aussi d’un point de vue contractuel — protection social, condition de travail, rémunération du travail. [Elinor Wahal, sociologue, chercheuse à Telecom Paris]

Précaire, décontextualisé et invisible : la réalité du « micro-travail »

Digital Society Forum, 4 juin 2019

L’étude appelle donc à une prise au sérieux de ce type de travail, appelé selon eux à se développer, et à une réflexion publique d’ampleur sur ces nouvelles formes de travail, qui reconfigurent la catégorie traditionnelle de « métier ».
« Nouveau mode de subsistance pour des populations fragilisées par des emplois insuffisamment rémunérateurs, voire éloignées de toute forme d’emploi, le micro-travail pose une question essentielle aux syndicats, aux pouvoirs publics et aux entreprises : que veulent-ils faire du travail en tant qu’institution salariale ? »…


Ouvriers du clic : extension du domaine de la machine

Alternatives Économiques, 18 juin 2019

Un tiers des micro-travailleurs sont par ailleurs inactifs, c’est-à-dire ni en emploi ni au chômage. Ces micros-tâches peuvent cependant être réalisées en complément d’un emploi, pour constituer un supplément de revenu. Le besoin d’argent est d’ailleurs la principale motivation de ces micro-travailleurs, indique l’étude. Autre signe de précarité, inhérente à cette activité de micro-travail : une très faible protection sociale, aucune sécurité dans l’activité car la plate-forme peut rompre la relation à tout moment…


Les travailleurs du clic, petites mains invisibles de l’économie numérique

AFP/L’Express, 21 juin 2019

Les chercheurs français de Diplab ont étudié la plateforme française Foule Factory: 56% des “fouleurs” sont des femmes, qui cumulent emploi à temps partiel, travail domestique et micro-travail. “On glisse vers une triple journée de travail“, constate Marion Coville, de l’Université de Nantes, qui a collaboré à Diplab…


Microtravail. Ces humains qui piquent le travail aux robots

L’Humanité, 26 juin 2019

« J’avais 120 à 170 transcriptions à vérifier à l’heure. C’était intense. Je devais écouter des pistes audio correspondant à des bouts de conversations. » Ses corrections sont censées améliorer Cortana, l’assistante personnelle virtuelle de Microsoft…

Qu’est-ce que le micro-travail ?

Podcast Maintenant vous savez, 1 juillet 2019

Concrètement, un micro-travailleur peut identifier des objets sur une image, regarder des vidéos, étiqueter des contenus, traduire des courtes phrases ou encore enregistrer sa voix. Bien qu’accessible et flexible, le micro-travail s’avère précaire, comme le révèle l’étude Diplab


The ‘microworkers’ making your digital life possible

BBC, 1 août 2019

Professor Paola Tubaro of CNRS, France’s national scientific research centre, says microworking is not a temporary phenomenon but structural to the development of new technologies like AI . “Even if machines learn, say, how to recognise cats and dogs, you still need to feed them more details to recognise.” As these technologies expand so will the need for people to feed in the data, she says…


Ailleurs dans la presse…

Précarité au travail : 260 000 « forçats du clic » comptabilisés en France, Clubic.

Le micro-travail précaire, face cachée de l’intelligence artificielle, NewZilla.

Il y aurait 260 000 travailleurs du clic en France qui sont le côté obscur de l’intelligence artificielle, Programmez.

260.000 « micro-travailleurs du clic » en France, ZDNet.

Les micro-travailleurs, forçats de l’intelligence artificielle ?, Hérault Juridique et Économique

Micro-travail: la réalité sociale alarmante des auto-entrepreneurs invisibles, Fédération des Auto-entrepreneurs

Microtravail : face à un manque de réglementation, il faut “passer la première”, AEF Info

Entretien dans Le Journal du CNRS (24 mai 2019)

Ces microtravailleurs de l’ombre

24.05.2019, par Laure Cailloce

56% des microtravailleurs sont des femmes, qui effectuent ces tâches le soir, après leur journée de travail.
A. Nakic / Getty Images

La toute première étude sur le microtravail en France vient d’être dévoilée. 260 000 «travailleurs du clic» effectueraient ces petites tâches rémunérées de quelques centimes à quelques euros, destinées pour la plupart à alimenter les nouveaux outils numériques. Les sociologues Antonio Casilli et Paola Tubaro nous en disent plus.

Vous publiez aujourd’hui un rapport complet sur le microtravail en France. Pouvez-vous nous dire ce qu’on entend par microtravail ?
Paola Tubaro1 : Ce sont des tâches courtes, répétitives et assez rébarbatives, effectuées pour la plupart devant un ordinateur : identifier des objets sur une image, étiqueter des contenus, enregistrer sa voix en lisant de courtes phrases, traduire de petits bouts de texte… De façon plus marginale, photographier des étiquettes de prix avec son Smartphone ou l’emplacement de produits dans un supermarché, effectuer de petites tâches proposées via une application (comme, depuis tout récemment, recharger à son domicile des trottinettes électriques, NDLR), relèvent aussi du microtravail. Ces activités faiblement rémunérées, de quelques centimes à quelques euros la tâche, ne supposent pas de qualifications particulières. Elles sont proposées par des plateformes spécialisées dans le microtravail, qui font office d’intermédiaires entre les microtravailleurs et les entreprises pour lesquelles ces opérations sont exécutées.

Le microtravail recouvre un ensemble de tâches courtes, répétitives, effectuées pour la plupart devant un ordinateur.
Illustration : C. Buée – Source DiPLab

À quoi servent ces microtâches, exactement ?
Antonio Casilli2
 : Une grande partie d’entre elles sont destinées à alimenter les technologies dites « intelligentes ». Ainsi, pour préparer un assistant vocal comme Alexa d’Amazon, capable de comprendre les demandes qu’on lui adresse, il faut produire une masse d’exemples de langage naturel humain, avec une pluralité d’accents et de bruits de fond, dans les langues de tous les pays où l’outil va être commercialisé… On parle beaucoup de “machine learning”, mais cela n’est possible que si on fournit à la machine des données qu’elle sait utiliser. Et ce sont des humains, en l’occurrence les microtravailleurs, qui produisent les exemples nécessaires à cet apprentissage.

Même chose pour la voiture autonome sur laquelle beaucoup d’entreprises travaillent : il faut fournir à l’intelligence artificielle des décryptages d’images toujours plus fins, identifier les feux rouges, les passages piétons, les devantures de magasins… de toutes les formes et dans tous les contextes possibles. On parle beaucoup de machine learning, d’« apprentissage machine », mais cela n’est possible que si on fournit à la machine des données utilisables qu’elle saura reconnaître et ranger. Et ce sont des humains, en l’occurrence les microtravailleurs, qui produisent les exemples nécessaires à cet apprentissage. Ce sont aussi eux qui testent ces outils intelligents et vérifient qu’ils interprètent correctement les données.
 

De quand date le phénomène du microtravail ?
P. T. : Le phénomène a commencé aux États-Unis au milieu des années 2000 avec le lancement par Amazon de Mechanical Turk, première plateforme de microtravail. Mais il n’a réellement débuté en France que dans les années 2010. Depuis, le microtravail a pris de l’ampleur : nous avons dénombré 23 plateformes de microtravail dans l’Hexagone, dont 14 sont de nationalité française, à l’image de la plus grosse d’entre elles, Foule Factory, aussi connue sous le nom de Wirk, sur laquelle nous avons interrogé près de 1 000 microtravailleurs dans le cadre de notre étude.

Mechanical Turk, la plateforme de microtravail d’Amazon, est une allusion au Turc mécanique, une supercherie du XVIIIe siècle : un automate censé jouer aux échecs, mais qui en réalité dissimule un humain. Humboldt-Universitaet zu Berlin / Bridgeman Images Partager

Sait-on combien il y a de microtravailleurs en France ?
A. C. : Ne pouvant nous reposer sur les seules déclarations des plateformes, nous avons croisé plusieurs méthodes, qui nous ont permis d’aboutir à trois estimations différentes : en France, 15 000 personnes seraient très actives et se connecteraient chaque semaine sur les plateformes de microtravail ; 50 000 seraient des microtravailleurs réguliers et se connecteraient au moins une fois par mois ; enfin, nous avons dénombré 260 000 microtravailleurs occasionnels, qui constituent une véritable « armée numérique de réserve » pour les plateformes en cas de besoin. Il faut savoir que les microtravailleurs inscrits sur ces plateformes ne connaissent généralement pas le nom de l’entreprise pour laquelle ils effectuent ces tâches, ni le projet dans lequel elles s’inscrivent, ce qui peut générer pas mal de frustration et une vraie perte de sens. D’autant que les plateformes généralistes commencent à céder la place à des structures en couches encore plus opaques : une plateforme s’occupe de la contractualisation, une autre met en relation avec le client, une troisième gère le paiement et c’est encore sur une autre plateforme que le microtravailleur effectue les tâches. Ces chaînes longues, qui entraînent une dilution complète du lien de subordination – parfois les différentes plateformes ne sont même pas dans le même pays ! –, apparaissent du fait des exigences des grandes entreprises clientes qui essaient de se protéger au maximum du regard de la concurrence, notamment dans le domaine très stratégique de la voiture autonome.

Quel est le portrait-robot du microtravailleur ?
A. C. : Notre enquête révèle une géographie sociale marquée par la précarité, dont certains aspects sont assez alarmants. Le microtravailleur est d’abord une microtravailleuse, souvent chargée de famille et possédant un emploi principal à côté. 56 % des microtravailleurs en France sont en effet des femmes ; 63 % des microtravailleurs ont entre 25 et 44 ans, et 64 % ont un emploi principal. Ils travaillent dans les secteurs de la santé, de l’éducation, ou encore dans les services publics… et utilisent le microtravail comme revenu de complément. Le microtravailleur est d’abord une microtravailleuse, souvent chargée de famille et possédant un emploi principal à côté. De façon assez surprenante, pour des tâches dont on dit qu’elles ne demandent aucune qualification, il est plus diplômé que la moyenne de la population.

L’investissement des femmes dans le microtravail, assez important dans certains cas, montre un glissement de celles-ci vers la « triple journée » : l’activité sur les plateformes de microtravail vient s’ajouter à un emploi à temps plein et aux tâches ménagères et familiales. À noter que 22 % des microtravailleurs sont au-dessous du seuil de pauvreté, ce qui confirme un réel problème de précarité économique dans notre pays. Enfin, et c’est assez surprenant pour des tâches dont on dit qu’elles ne demandent aucune qualification, les microtravailleurs sont plus diplômés que la moyenne de la population. Ainsi, 43 % ont un diplôme supérieur à Bac+2. Leur motivation principale pour le microtravail est avant tout l’argent, mais aussi la flexibilité qu’il autorise : on peut se connecter à n’importe quelle heure et y passer le temps que l’on souhaite puisque l’on est généralement payé à la pièce.

Photographier des produits dans des supermarchés pour alimenter des bases de données, une tâche parmi d’autres du microtravail, rémunérée quelques centimes d’euros par produit. P. Turpin / Photononstop Partager

Sous quel statut ces « travailleurs du clic », comme on les appelle aussi, travaillent-ils ? Et quels sont leurs revenus ?
P. T. : On ne peut pas parler de statut, puisque les microtravailleurs ne signent pas de contrat de travail et ne sont pas non plus entrepreneurs indépendants. Leur activité est régie par des formes de contrats diverses, qui vont du simple « accord de participation » à l’adhésion aux conditions générales d’utilisation. Ils ne bénéficient d’aucune protection, ne cotisent pas à la retraite ou au chômage… Et n’ont actuellement aucun moyen de faire valoir cette expérience dans le cadre d’un parcours professionnel. Le microtravail a la particularité d’être, de façon générale, invisible, effectué à la maison, ce qui rend très difficile sa valorisation, mais aussi toute forme d’organisation collective. Les risques inhérents à cette activité existent pourtant, notamment les risques psycho-sociaux, même s’ils sont difficiles à évaluer. Nous parlions tout à l’heure de perte de sens, mais cela peut aller plus loin : certains microtravailleurs ont pu se retrouver en situation de modérer des contenus violents pour les réseaux sociaux – par exemple, des vidéos de nature terroriste –, ou de discriminer des photos à caractère pornographique ou non…

A. C. : Les revenus perçus sont en moyenne de 21 euros par mois, ce qui masque évidemment des réalités différentes, entre celui qui travaille occasionnellement et celui qui se connecte trois fois par semaine. Mais il ne faut pas espérer gagner un salaire avec cette activité, même en y passant huit heures par jour.
  Le microtravail a la particularité d’être invisible, effectué à la maison, ce qui rend très difficile sa valorisation, mais aussi toute forme d’organisation collective. Les risques inhérents à cette activité, notamment psycho-sociaux, existent pourtant.

Si les plateformes rémunèrent les tâches en référence au SMIC horaire – à la condition expresse que celles-ci soient validées par le client, ce qui n’est pas toujours le cas –, les microtravailleurs passent en réalité autant de temps à essayer de comprendre les consignes et à échanger sur les forums de microtravail qu’à réaliser effectivement les tâches. Or ce temps n’est pas rémunéré. Même chose pour les qualifications que les plateformes demandent aux microtravailleurs pour réaliser certaines activités, comme de petites traductions. Pour passer une qualification en arabe, par exemple, il faut accomplir un certain nombre de tâches qui ne seront pas payées… Et ces qualifications ne sont valables que sur une seule plateforme, il faudra donc tout recommencer avec la suivante.

Derrière les voitures autonomes, se cache une armée de microtravailleurs qui fournit à l’intelligence artificielle des décryptages d’images au pixel près. M. Handrek-Rehle / Bloomberg via Getty Images Partager

Selon vous, quel est l’avenir du microtravail en France ?
P. T. : Nous pensons qu’il ne s’agit pas d’un phénomène temporaire, car les besoins du secteur du numérique et de l’intelligence artificielle ne cessent de croître et d’évoluer. Il y a quelques années, on demandait aux robots de pouvoir distinguer un chien d’un chat… Aujourd’hui, ils font ça très bien, mais d’autres demandes beaucoup plus complexes sont apparues. Pour les voitures autonomes, qui occupent beaucoup les plateformes de microtravail depuis deux ans, les clients veulent désormais des images annotées au pixel près… Le mythe selon lequel l’automatisation allait supprimer les emplois peu qualifiés se révèle faux : derrière l’intelligence artificielle, il faut certes des ingénieurs et des informaticiens, mais il faut également une armée de microtravailleurs qui n’est pas près de disparaître. C’est pour cette raison que la société doit aujourd’hui s’en préoccuper. Elle doit se demander quelle place sociale elle veut réserver au microtravail et comment mieux l’encadrer. Les syndicats, et notamment Force ouvrière qui est partenaire de cette étude, commencent à s’emparer de la question. La présence de France Stratégie (organisme public d’études et de prospective, placé sous l’autorité du Premier ministre, NDLR) parmi nos financeurs montre que les services de l’État prennent aussi conscience du phénomène. ♦
 
L’intégralité du rapport sur le microtravail est téléchargeable à l’adresse : diplab.eu

Rendez-vous :
Conférence de restitution du rapport sur le microtravail, organisée par France Stratégie et la Maison des sciences de l’Homme Paris Saclay.
Le 13 juin de 9 h à 17 h 30. Lieu : France Stratégie, Paris 7e

  • 1. Paola Tubaro est sociologue au Laboratoire de recherche en informatique (CNRS/Université Paris-Sud/CentraleSupélec).
  • 2. Antonio Casilli est sociologue à l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (CNRS/Mines ParisTech/Télécom ParisTech/École polytechnique). Il a publié « En attendant les robots, enquête sur le travail du clic » aux éditions du Seuil en janvier 2019.

Dans l’Est Républicain (5 avril 2019)

Après l’ubérisation, l’essor du microtravail

Joël CARASSIO

Travailler (beaucoup) plus pour gagner (beaucoup) moins ? Dernier avatar du capitalisme numérique, le microtravail remet le travail à la tâche mal payé et socialement désastreux au goût du jour.

Accepteriez-vous de cliquer sur 300 photos afin de dire si y figure ou non un chat, par exemple, en étant payé 0,01 € pièce ? Si oui, vous êtes prêt pour la nouvelle « économie du clic » – une sorte de retour des tâcherons.

À l’origine, le modèle économique lancé il y a une dizaine d’années par les VTC d’Uber et suivi par de nombreux autres. De plus en plus d’entreprises externalisent une partie, voire toute leur activité, pour en supporter le plus faible coût possible. Grâce à des « indépendants » – qui n’en ont souvent que le nom : les tarifs leur sont imposés, et leur liberté « d’entrepreneur » est toute relative (lire par ailleurs).

« Partenaires » très particuliers

Mais tous ces travailleurs – chauffeurs Uber, livreurs Deliveroo ou Amazon, chargeurs de trottinettes électriques Lime… – ne produisent pas qu’un service « visible » : chaque trajet, chaque livraison, chaque action produit son lot de données : trajet du client, lieu, date et heure de commande, etc. Des données qui valent de l’or.

Encore faut-il les traiter. Uber, Google, Amazon et consorts proposent donc à des millions de personnes « partenaires », éparpillées à travers le monde, de réaliser pour quelques centimes des microtâches sommaires et répétitives sur d’immenses listes, des monceaux de photographies, ou encore des enregistrements sonores.

« Les machines ont besoin de l’homme », rappelle Antonio Casilli, chercheur-enseignant à Télécom Paristech. Ne serait-ce que parce qu’elles ont besoin d’apprendre à « devenir » autonomes – « c’est le machine learning ». « Ces machines auront toujours besoin d’un travail humain… mais aussi de le cacher », ajoute M. Casilli.

Le « cacher » ? Il y a pourtant quelque 300 000 microtravailleurs rien qu’en France – dix fois plus que de chauffeurs Uber. Et presque l’effectif de géants comme Carrefour ou Auchan.

Mais loin de la médiatisation des conflits sociaux chez Uber ou dans la distribution, les microtravailleurs « travaillent de chez eux, ne se rencontrent pas, et sont invisibles aux pouvoirs publics comme aux partenaires sociaux », détaille M. Casilli. Bien pratique : ils ne risquent pas de se mobiliser pour se plaindre de leur précarité.

Vous êtes sans doute un microtravailleur qui s’ignore

Ce n’est pas le pire : « Bien plus que leur relation avec leur « employeur », c’est leur rapport au client qui manque aux microtravailleurs. Ils exécutent des tâches, sans savoir pourquoi… ni pour qui : sont-ils en train d’améliorer un robot de cuisine, un assistant personnel… ou un drone militaire ? », demande Antonio Casilli. Il est presque toujours impossible de le savoir. « C’est un phénomène qu’il faut reconnaître avant que les conséquences sociales ne soient trop graves », assure M. Casilli. Qui rappelle qu’il y a un cheveu entre « travailler pour presque rien » et « travailler pour rien ».

D’ailleurs : avez-vous déjà, sur internet, dû prouver que « vous n’êtes pas un robot » ? Si oui, vous êtes un « consommateur-producteur », et donc un microtravailleur gratuit, et qui s’ignore : ces suites de caractères à recopier ou ces images sur lesquelles vous devez cliquer permettent à Google d’améliorer ses outils « Maps », « Images », ou encore « Books »…N

« En attendant les robots », d’Antonio A. Casilli, éditions du Seuil, 24 € (16,99 € en numérique).

Lire la suite dans L’Est Républicain (5 avril 2019).

[Podcast] Interview in OECD’s ‘The Technofile’ [Feb. 28, 2019]

On the occasion of my presentation of the DiPLab project at the OECD ELS seminar, I was interviewed by Clara Young for the podcast The Technofile. The interview is available on Soundcloud.

[Errata: when discussing microworkers in France, I misspoke and claimed the esimate number amounts to approximately “forty to sixty thousands”. Of course, what I had in mind was “two-hundred and forty to sixty thousands”, as per our working paper “How many people micro-work in France?”.