paris

Comment monter un projet de recherche transdisciplinaire

Monter un projet de recherche transdisciplinaire : la conception d’une idée innovante, l’implication des partenaires, la soumission du projet et sa négociation avec les organismes financeurs sont autant d’étapes d’un processus complexe et parsemé d’obstacles. Les chercheurs, souvent plus soucieux de finaliser le volet scientifique du dossier, sont de plus en plus amenés à se pencher sur la préparation du budget, sur les aspects de logistique et sur la préparation des accords de consortium.

Vendredi 28 mai, Alain CIMINO (Cimbiose) a animé la deuxième séance du séminaire EHESS “Transdisciplinarité” du Centre Edgar-Morin consacrée au montage, à la coordination et à la gestion des projets de recherche collaborative. Sa présentation, en format .pdf est désormais disponible ici et sur la page web de l’enseignement.

Projets transdisciplinaires : Contexte institutionnel et sources de financement

Quelles sont les sources de financement, les institutions publiques et les acteurs du secteur privé qui peuvent aider la création d’un projet de recherche transdisciplinaire ? Quel est le rôle d’un coordinateur ? Comment structurer le calendrier ?

Vendredi 21 mai, Alain CIMINO (Cimbiose) a animé la première des deux séances consacrées au montage, à la gestion et à la coordination de projets de recheche, dans le cadre du séminaire EHESS “Transdisciplinarité” du Centre Edgar-Morin. Voilà la version .pdf de sa très riche présentation, disponible aussi sur la page web de l’enseignement.

C’est pour moi l’occasion de remercier les chercheurs et les étudiants présents, et pour leur rappeler l’horaire et la salle dans laquelle aura lieu la deuxième séance :

« Faire de la recherche transdisciplinaire (2/2) : outils, méthodologies et questionnements »
28 mai 2010 (15h-17h)
Salle 524, EHESS,
Maison des Sciences de l’Homme,
54 Bd. Raspail

Séminaire Transdisciplinarité : changement de salles

Une petite mise à jour, concernant les séances du séminaire EHESS “Transdisciplinarité” sur le montage, la coordination et la gestion de projets transdisciplinaires animées par Alain Cimino (Cimbiose). Etant donné le nombre très important de pré-inscriptions (nous avons amplement dépassé les 120) nous avons dû changer d’adresse (non plus au 105, mais au 54 Bd Raspail, à la Maison des Sciences de l’Homme) pour trouver des salles aptes à accueillir tous les chercheurs et les étudiants intéressés par ce sujet. Malgré cela, nous n’avons pas pu contenter tout le monde : une liste d’attente a été créée et on a cherché à distribuer de manière équitables les participants sur les deux dates disponibles (le 21 et 28 mai). Finalement, voilà les dates, les horaires et les adresses exactes. Marquez-les dans vos agendas, svp :

SEANCE 1

“Faire de la recherche transdisciplinaire (1/2) : le contexte institutionnel”
21 mai 2010 (13h-15h)
Salle 242, EHESS,
Maison des Sciences de l’Homme,
54 Bd. Raspail

SEANCE 2

“Faire de la recherche transdisciplinaire (2/2) : outils, méthodologies et questionnements”
28 mai 2010 (15h-17h)
Salle 524, EHESS,
Maison des Sciences de l’Homme,
54 Bd. Raspail

—a

Objet communicant (à la mémoire de Susan Leigh Star, 1954-2010)

Dans le cadre du projet Les Vases Communicants, aujourd’hui Bodyspacesociety reçoit David PONTILLE du blog Scriptopolis.fr. C’est à cette adresse que vous pouvez retrouver ma contribution.

Avec les technologies de communication en réseau, le monde se transforme à grands pas. L’avènement d’internet, de la messagerie instantanée, la prolifération des connexions wifi, et le développement du web social où chacun profile et exhibe ses réseaux, reconfigurent le monde au point que nous sommes entrés progressivement dans une “société de l’information”. Conséquence directe : les rencontres en face à face se mêlent de plus plus aux échanges électroniques rendus possibles par différents types de terminaux fixes ou mobiles (ordinateurs et téléphones notamment). Les personnes ont désormais la possibilité d’exister dans des lieux soi-disant “virtuels” et de démultiplier leurs identités sous la forme de pseudonymes ou d’avatars circulant dans des mondes qui seraient “immatériels”. Dans ces conditions, la texture des espaces publics s’en trouverait elle aussi modifiée.

(more…)

L'addiction aux jeux vidéo : trouble psychologique ou construction sociale ?

Dans un précédent billet de Bodyspacesociety, je m’interrogeais sur la notion d’addiction informatique à l’occasion de la parution dans Cyberpsychology & Behavior d’un article remettant en cause 10 ans d’études dans ce domaine. Quand elle est appliquée aux jeux vidéo, la notion de dépendance aux usages informatiques devient encore plus intéressante – et encore plus discutable. Que les jeux vidéo entraînent chez le joueur des comportements au caractère répétitif et compulsif, comparables à ceux des consommateurs de substances psychoactives, reste une question ouverte. Les chercheurs et les thérapeutes qui se penchent sur cette question se confrontent à un objet à multiples entrées, difficile, évanescent, qui demande un véritable dialogue entre les disciplines.

(more…)

"I sing the body suspicious", genetic scientist says

by Antonio A. Casilli (Centre Edgar-Morin, EHESS) [1]

If you are willing to venture off the beaten tracks, Paris art scene might still meet your expectations in terms of authentically thought-provoking experiences. As part of the Swedish Institute’s festival “Hors les murs”, Mildred Simantov and Nils Thornander have designed Information Partielle. Definitely an exclusive exhibition: it is accessible only by appointment and it takes place in a private apartment in the northern part of the French capital. The exhibition is on until March 26, 2010, and it’s worth an hour of your oh so precious time. Just drop a line to the following email address: sanzokuhnam@orange.fr. Don’t forget to mention you are a proud reader of Bodyspacesociety. Not only that will improve your chances of getting in – that’ll also provide you with an interpretative frame-set to help you navigate through this most disparate collection of objects.

Mildred Simantov et Nils Thornander (c) Alexandre Callay

(more…)

Powerpoint de Dominique Dupagne: médecine 2.0, e-santé et réseaux sociaux

Voilà les slides de l’intervention de Dominique Dupagne (atoute.org) dans le cadre de mon séminaire EHESS Transdisciplinarité et numérique. J’en profite pour remercier Dominique pour la passion et la pertinence de son intervention laquelle a été particulièrement appréciée par l’assistance, constituée cette fois-ci surtout par des citoyens, des patients, des militants de la médecine collaborative.

—a

Séminaire EHESS "Médecine 2.0 et démocratie sanitaire"

Dans le cadre du séminaire de recherche Transdisciplinarité et numérique du Centre Edgar-Morin, j’ai le plaisir de vous inviter pour une séance spéciale

MEDECINE 2.0 : NOUVEAUX EQUILIBRES ENTRE LES ACTEURS DE LA SANTE

Vendredi 19 février 2010, de 13h à 15h
salle 1, EHESS, 105 bd Raspail, Paris

Intervenant : Dominique DUPAGNE (médecin, coordinateur d’Atoute.org, un des principaux sites d’e-santé français)
Discutant : Antonio CASILLI (sociologue, Centre Edgar-Morin)

« La Médecine 2.0 (tout comme le concept apparenté de eSanté) représente le champ de possibles que les médias numériques ont ouvert pour la médecine contemporaine. Les patients directement e-connectés élaborent un nouveau système de connaissance parallèle et pas toujours superposable à celui de la médecine ; ils ne sont plus de simples consommateurs passifs d’informations. La médecine des cabinets et des hôpitaux doit de plus en plus prendre en compte la médecine des blogs, des forums de discussion, des wikis, et des communautés de patients. La Médecine 2.0 entraîne par ailleurs une nouvelle approche heuristique qui annonce peut-être la naissance d’une médecine complexe. »

Liens utiles :
* Page Facebook
* Programme enseignements EHESS
* Programme complet du sémainaire sur Calenda
* Centre Edgar-Morin

Ma présentation Simulating online presence sur Facebook

Apparemment la présentation s’est très bien passée : il y avait du monde, le public a participé et, malgré mes 3 heures de sommeil la nuit d’avant, je suis arrivé à la dernière slide. Le modèle que j’ai présenté simule la formation de réseaux de friends sur Facebook. Surtout j’ai voulu montrer comment certaines formes de mise en scène de soi et de la présence en ligne entraînent des configurations de réseau spécifiques.

Donc voilà le powerpoint de “Simulating online presence : L’apport de la modélisation multi-agent à l’étude de la formation des réseaux  sociaux en ligne”, qui est co-signé par moi-même, Antonio Casilli (EHESS) et  Paola Tubaro (University of Greenwich).

—a

Simulating online presence : mercredi 17 février au séminaire w2s

Mercredi 17 février 2010 à 10h, j’interviens dans le cadre du séminaire W2s Web 2 Social Sciences coordonné par Dominique Cardon. Le séminaire a lieu à la Cantine – Silicon Sentier. Ce sera pour moi l’occasion pour présenter les résultats préliminaires de la recherche commencée avec Paola Tubaro (University of Greenwich) en 2009 sur l’application des méthodes mixtes (quali et computationnelles) pour l’étude des réseaux de sociabilité en ligne. Je vous laisse lire le résumé en espérant que cela stimule votre curiosité.

Simulating online presence : l’apport de la modélisation multi-agents à l’étude de la formation des réseaux sociaux en ligne

Intervenant : Antonio A. CASILLI (Centre Edgar-Morin, EHESS)

Lieu : La Cantine – Silicon Sentier, 51 rue Montmartre, Passage des Panoramas, 12 Galerie Montmartre, 75002 Paris (view map)

Résumé : Cette présentation porte sur le rôle de la légitimation des descriptions physiques dans les interactions sociales assistées par ordinateur. Je vais présenter un modèle multi-agents construit à partir d’une observation participante menée au sein du réseau Facebook. Les résultats préliminaires montrent comment différentes configurations de trois éléments (présentation de soi, options de protection de la vie privée et pratiques de partages de contenus en ligne) affectent inégalement les modalités de légitimation réciproque des identités déclaratives et – finalement – concourent à la formation de réseaux d’amitié en ligne aux formes et aux caractéristiques multiples.