surveillance

About the chilling effect of communication surveillance on free speech (a letter from the President of the USA)

A French version of this post has been featured in Slate, La Libre Belgique, and Yahoo News.

“I owe you a political letter. Yet the infidelities of the post office and the circumstances of the times are against my writing fully and freely, whilst my own dispositions are as much against mysteries, innuendoes and halfconfidences.

I know not which mortifies me most, that I should fear to write what I think, or my country bear such a state of things.”

[Thomas Jefferson, letter to John Taylor, November 26, 1798]

Just a memo…

Privacy is not dying, it is being killed. And those who are killing it have names and addresses

Quite often, while discussing the role of web giants in enforcing mass digital surveillance (and while insisting that there is a cultural and political war going on around privacy and technology), I am asked this question: “If people are not willing to be spied upon, how come they aren’t out in the streets protesting tech companies’ privacy invasions?”. To which I reply: “Sure they are!”

Case in point: as part of a larger San Francisco Bay Area anti-Google campaign, protesters have started organizing rallies outside houses of Google Street View developers.

I’m not endorsing these protest tactics (they display deontological ambiguity, plus the flyer they distributed is pure rambling). I’m just pointing them out as examples of ongoing struggles. To paraphrase Utah Phillips: “Privacy is not dying, it is being killed. And those who are killing it have names and addresses.” Activists know these addresses, and protest outside them.

Further reading: my latest book Against the hypothesis of the « end of privacy » in social media: An agent-based modeling approach, co-authored with Paola Tubaro and Yasaman Sarabi, just published by Springer.

Google censure les gros mots : une non-nouvelle [Updated 02.12.13]

Depuis quelques jours cette nouvelle fait le tour des Internets.

Mystère du journalisme, l’angle choisi est “après le porno, Google censure les gros mots”. Personnellement, cela me surprend. Et c’est à peu près la seule chose surprenante de toute cette histoire. En effet, le brevet déposé par la firme de Mountain View concerne un système de détection automatique de contenus multimédias “non autorisés, tel qu’un contenu protégé par le droit d’auteur ou des violations de nudité, de violence, de langue”.

Malgré les affirmations pseudo-libertaires d’Eric Schmidt, Google a une longue histoire de filtrage et de bricolage algorithmique du référencement des pages via son moteur de recherche. Ces formes de censure concernent (selon les occasions) des contenus dérageants pour certains gouvernements, lobbies industriels ou porteurs d’intérêts diverses et variés. Donc là, rien de nouveau.

Que les contenus visés soient les “flux multimédia composites multiutilisateur” des Google Hangouts n’a rien d’étonnant non plus. Youtube, autre fer de lance de l’entreprise de Larry Page, pratique depuis longtemps cette chasse à l’audiovisuel protégé par le copyright, grâce à son système d’identification de contenu. Le filtrage des contenus de transmissions du type chat ou vidéoconférences, quant a lui, est coutumier dans nos sociétés (voir cet exemple récent de surveillance de masse des utilisateurs de TOM-Skype et censure de contenus non appropriés pour le régime chinois : scandales politiques, mouvements indépendantistes, sectes).

Rien d’épatant, donc, sauf justement le fait de vouloir lire, derrière les “language violations” auxquelles fait allusion le brevet, l’interdiction de tout langage vulgaire – écho peut-être de la diatribe publique autour du rôle des “fauteurs d’incivilité numérique” (trolls, vandales et anonymes assortis). En fait les gros mots en soi n’ont jamais représenté un risque pour les services en ligne. Au contraire, ils peuvent représenter un gage de liberté d’expression dans des contextes d’interaction numérisée extrêmement contraignants et répressifs. C’est le cas de la plateforme sociale VKontakte (l’homologue de Facebook en Russie), où l’usage de l’argot grossier (мат) est autant répandu qu’y sont sanctionnés les propos contraires au gouvernement de Poutine.

Quantité moyenne de gros mots par post sur VK.com. Axe Y: nombre de gros mots. Axe X: âge des membres. Ligne rouge: seulement profils actifs. Ligne bleue: tous. Source: Habrahabr.ru

Comme pour d’autres inventions de Google aux possibles conséquences disruptives, et par delà la réalisation effective du système qui en fait l’objet, ce brevet est plus important pour ce qu’il révèle de l’idéologie sous-jacente du modus operandi de la firme américaine. Même s’il a alimenté une non-actualité, le dépôt de demande de brevet est certes un événement.

Dictators, democracies, and technology: Evgeny Morozov's keynote speech at #28c3 (Berlin, 12.27.11)

This is the pre-release video of Evgeny Morozov’s keynote speech Marriage From Hell: On the Secret Love Affair Between Dictators and Western Technology Companies delivered on dec. 27th, 2011 at the 28c3, 28th Chaos Communication Congress “Behind Enemy Lines”.

Why sanctions on technology companies who do business with totalitarian countries are ineffective? How much know-your-customer rule should we delegate to technologies? Did the Arab Spring end censorship and Web filtering in the Middle-East and North Africa? Are Russia, China and Western democracies becoming more and more unconfortable with too much Internet freedom? Why we need to act NOW against domestic surveillance? These, and other important questions are answered in the speech (which by the way starts at 3:20…)

(more…)