Le Digital Labor : exploités et heureux de l’être ? (Office et Culture, mai 2016)

Le Digital Labor : exploités et heureux de l’être ?

Le succès fulgurant de certaines entreprises numériques nous rend-il jaloux au point de réclamer abusivement notre part du gâteau ? Ou bien sommes-nous collectivement victimes d’une nouvelle forme d’exploitation du travail qui ne nous laisse que des miettes ? C’est tout l’objet d’étude du « Digital Labor », porté notamment par le chercheur Antonio A. Casilli et dont il débat avec le sociologue Dominique Cardon dans l’ouvrage « Qu’est-ce que le Digital Labor ? ».

Sous l’impulsion de l’économie numérique, plusieurs dynamiques rendent visible ce que le professeur en science des médias, Trebor Scholz, a le premier qualifié de « Digital Labor ».

Premièrement, le centre de gravité de l’économie bascule de l’offre vers la demande, ce qui se traduit par deux phénomènes : une personnalisation et une co-production de l’offre. Le consommateur devient un utilisateur, interagissant avec le produit ou le service afin de l’adapter le plus possible à ses besoins, quitte à faire des tâches qui étaient auparavant à la charge des producteurs. Par exemple, nous réalisons directement nos virements bancaires sur Internet alors qu’ils étaient auparavant effectués par un banquier et nous payons souvent la possibilité même de pouvoir le faire à travers un abonnement mensuel à un service de banque en ligne. Le néo-libéralisme propulsé par la Silicon Valley « produit l’autonomie et la liberté des sujets », souligne Dominique Cardon, ce qui explique sans doute que nous acceptions volontiers de réaliser ce « travail » gratuitement et parfois même de payer pour le faire. « Ce qui attache les usagers aux plates-formes qui les exploitent sans les aliéner, ajoute t-il, c’est que le service qu’elles rendent est utile et que, dans nos sociétés, cette utilité ne peut guère être négociée ni sacrifiée ». Nous sommes ainsi devenus des co-producteurs volontaires des services et produits que nous utilisons et le phénomène est devenu massif : nous rédigeons des avis, notons des applications, suivons des livraisons, partageons des solutions dans les forums, co-désignons des meubles, co-finançons des albums de musique, etc. Pour Antonio A. Casilli, tout ce temps passé sur le réseau, certes en grande partie à améliorer notre expérience client, doit être reconnu comme du travail à proprement dit, car ce travail invisible produit une valeur dont des entreprises profitent gratuitement et sans payer de cotisations sociales.

Deuxièmement, la logique d’une plus grande autonomie et intervention du consommateur dans sa propre consommation, a conduit progressivement à une réduction des entreprises intermédiaires et à l’émergence des plates-formes collaboratives. L’économie collaborative facilite en effet une mise en relation plus directe et automatisée entre une offre et une demande, diminuant ainsi le rôle de certains agrégateurs, comme les distributeurs ou les grossistes. Le « Digital Labor » se définit, ici, comme une nouvelle organisation du travail autour de plates-formes numériques d’un côté et d’une armée de travailleurs indépendants de l’autre. Ces derniers utilisent les plates-formes pour contractualiser avec des clients, à l’image d’Uber, de Mechanical Turk, de TaskRabbit, d’UpWork, etc., mais aussi d’une certaine façon d’Airbnb, de BlablaCar, etc. Le premier groupe correspond à du crowdsourcing, c’est-à-dire à l’externalisation de tâches auprès d’une multitude de travailleurs indépendants mis en concurrence ; le second s’inscrit dans une économie de particuliers à particuliers, dans laquelle la mutualisation d’un bien ou d’un service permet d’en réduire le coût pour les deux parties. Dans les deux cas, des plates-formes numériques se chargent d’optimiser et de sécuriser la mise en relation. De fil en aiguille, elles dessinent une nouvelle forme de structure, celle de l’entreprise a minima. Uber ne possède pas de voitures, ses chauffeurs ne sont pas des salariés mais des indépendants qui paient eux-mêmes leur assurance, leurs frais d’essence, leurs cotisations sociales. Pourtant, la plate-forme de VTC possède bien la base de clients et le circuit de transaction, ainsi que la décision du montant des courses. En outre, elle peut unilatéralement et sans indemnité exclure un chauffeur ou un client de son réseau. Le co-voiturage, comme proposé par BlablaCar, permet de partager les frais d’un trajet en voiture d’un particulier avec des inconnus. C’est en quelque sorte une version payante et sécurisée de l’auto-stop, le tout rendu plus efficace par les technologies numériques. Outre l’économie voire le gain réalisé par le possesseur de la voiture, le co-voiturage vient concurrencer les offres de transport existantes : train, car, location de véhicules. L’économie collaborative a ainsi une incidence manifeste et croissante sur la sphère du travail. Elle soulève, d’ailleurs, de plus en plus de questions quant à la protection sociale et juridique de ces « travailleurs du numérique » et quant au choix de société qu’elle porte, comme en témoignent de nombreux rapports, comme celui du Conseil National du Numérique, publié en début d’année, qui souligne l’émergence d’un « précariat » généralisé et la disparition programmée du modèle salarial.

Enfin, troisièmement, l’économie des données vient parfaire le tableau du « Digital Labor ». Se connecter à Internet, rendre visible sa localisation, son parcours sur le Web, son graph social, c’est-à-dire les personnes avec qui nous échangeons et l’intensité de nos interactions, toutes les données personnelles que nous laissons échapper volontairement ou non sont captées par des plates-formes numériques comme Google ou Facebook, par exemple, qui en tire une valeur substantielle : revenus publicitaires bien sûr, mais aussi amélioration d’algorithmes. Pour résumer, nous dit Antonio A. Casilli, le célèbre diction du Web « si c’est gratuit, c’est que tu es le produit » (publicitaire) devrait plutôt s’énoncer « si c’est gratuit, c’est que tu y travailles ». Le « Digital Labor » s’exprime ici de façon plus passive, sans effort apparent, mais reste tout aussi réel, si l’on regarde la valeur produite. Les objets connectés que nous portons sous forme de bracelets, de montres, etc., ou bien dont nous truffons nos habitations et nos villes (compteurs intelligents, panneaux publicitaires numériques, etc.) ou encore les fameux cookies qui prolifèrent sur les sites Internet, tous ces capteurs émettent des données sans intervention de notre part et souvent d’ailleurs sans notre consentement. Leur valeur individuelle est marginale mais leur agrégation revêt une valeur très forte et permettra peut-être de faire émerger une société prédictive, celle du « Big Data ». Cette capacité de prédiction promet des opportunités commerciales inédites. Elle représente aussi un enjeu sécuritaire bien compris par les Etats, mais cela est un autre sujet.

Economie de la demande, économie collaborative, économie des données, le « Digital Labor » s’inscrit ainsi dans des dimensions multiples. Mise à part l’émergence de ces modèles économiques, y a t-il d’autres raisons expliquant  l’intérêt soudain pour le « Digital Labor » ? Pour Antonio A. Casilli, il est « lié à la prise de conscience qu’on ne peut plus appliquer les valeurs de partage et de désintéressement caractéristiques de l’Internet des pionniers à l’économie prédatrice enfantée par le Web 2.0 ». Dominique Cardon s’interroge, lui, sur ce revirement soudain, pourquoi ce que nous faisions par plaisir, animés par la culture du don et par l’idée de la construction d’un commun de la connaissance, devrait aujourd’hui devenir l’objet d’un travail ? Une première explication, selon lui, tient dans la démocratisation d’Internet, le réseau n’est plus l’apanage d’un petit groupe d’initiés et ces pionniers, ne reconnaissant plus le projet auquel ils ont adhéré, se retournent contre lui et contre ses nouveaux adeptes. Les « barbares », comme pourrait ironiquement les qualifier, l’essayiste Alessandro Baricco, préfèrent « liker » des vidéos gags de chats sur Facebook, plutôt que d’écrire des billets de blogs sur la chasse illégale des éléphants au Kenya. Bref, Internet est devenu « popu » et l’arrivée de cette audience gigantesque (3,2 milliards d’individus fin 2015) a transformé Internet en un gargantuesque supermarché au service d’intérêts privés. « Alors qu’il libérait en bousculant normes et institutions, Internet serait devenu à la fois un système d’exploitation, une usine, et l’instrument d’une servitude volontaire, une aliénation », observe ainsi Dominique Cardon. En d’autres termes, tant que peu de profit était généré par les plates-formes numériques, personne ne souciait trop de leurs modèles économiques et de leurs conséquences. De plus, le contexte de crise économique durable (croissance faible, augmentation du chômage, aggravation des inégalités) produit un terreau propice aux revendications de la reconnaissance d’un « Digital Labor ». Si, le sociologue ne nie pas le problème de la captation abusive de valeur par les grandes plates-formes numériques et son incidence néfaste sur l’économie et la situation sociale des démocraties occidentales, le concept de « Digital Labor » se révèlerait, selon lui, contre-productif, car il déconsidérerait la dimension collective d’Internet. Il prend l’exemple du don du sang : « Si l’on offre une rémunération à ceux qui donnent leur sang, la valeur investie par les donneurs bénévoles dans leur geste se trouve abîmée, et, en conséquence, les dons diminuent ». En outre, ajoute t-il, la lecture purement marchande d’Internet tend à ignorer l’action bénéfique des plates-formes numériques : « Je crois que les algorithmes fabriquent bien une sorte de commun qui n’est pas déjà présent dans les données individuelles qu’ils calculent, mais cette dimension n’est plus guère perçue aujourd’hui. Et si plus personne ne croit à la fabrication, par tous, d’un bien commun, il est dès lors possible que chacun demande des comptes et cherche à se faire rémunérer. En raison du pouvoir économique que les plateformes exercent sur le web, nous considérons que les outils d’agrégation procédurale qui constitue leur pri